Bienvenue sur la librairie indépendante en ligne Librairie Dialogues

Nos coups de cœur

Des idées de cadeaux pour la fête des pères 🤎✨

Nos actualités

( Voir tout )

Notre magazine

( Voir tout )
Les pavés pour l'été
Les classiques qu'on adore
Voir tous les articles
Nancy Huston et Francia, Lignes de failles de notre société
Nos grands entretiens | Vendredi 07 juin 2024

Nancy Huston et Francia, Lignes de failles de notre société

Électron libre de la scène littéraire, l’écrivaine franco-canadienne Nancy Huston est l’autrice de romans, essais, pièces de théâtre et d’un recueil de poèmes. Depuis son premier roman, Les Variations Goldberg, elle est traversée par les voix de nombreux personnages qui forgent et interrogent notre regard sur la société. Son nouveau roman, Francia, s’inscrit dans cette lignée, en nous plongeant dans le quotidien d’une travailleuse du sexe transsexuelle au bois de Boulogne.   Entretien mené par Laurence.     D’où est venu ce roman ?   C’est une première dans mon histoire littéraire : ce roman est presque né d’une commande. Un ami, ancien médiathécaire, m’a dit : « Je participe depuis des années aux maraudes dans le bois de Boulogne, et c’est vraiment un univers très impressionnant. Là, il y a un roman à faire et c’est toi qui dois le faire. » Je crois qu’il devait savoir que je travaillais sur Grisélidis* à ce moment-là. Au début, j’ai dit non. Et en même temps, ça m’interrogeait que je ne me sente pas concernée par les trans. J’ai donc rappelé quelques mois plus tard, et j’ai dit : « Oui, je vais venir. J’aimerais bien au moins voir la forêt la nuit, avec vous. » C’était avec une association sous l’égide de l’Église catholique, Magdalena, comme dans le roman. Et cette nuit-là, on était au mois de novembre et il faisait très froid. Même à l’intérieur du camion, on avait nos manteaux. Alors de voir ces femmes quasi-nues à l’extérieur, c’était déjà impressionnant. Plusieurs sont montées dans la camionnette discuter avec nous, et j’ai découvert leur niaque, leur sens de l’humour, leur gentillesse, leur solidarité. L’ambiance est finalement beaucoup plus positive que dans les rues de Paris un jour lambda. Je les ai trouvées étonnantes et ça ne s’est jamais démenti. J’ai fait pas mal de maraudes par la suite, et le personnage de Francia a commencé à se cristalliser. J’ai interviewé plusieurs personnes, et j’ai décidé qu’elle devait être colombienne pour des raisons autres, qui ont à voir avec des amis à moi, colombiens, que j’avais envie d’interroger aussi. Donc je suis allée là-bas pour essayer d’imaginer son enfance, comme petit garçon dans la ville de Girardot, j’ai appris un peu l’espagnol, j’ai engagé une jeune prof colombienne pour apprendre avec l’accent. Voilà. Et j’ai avancé un petit peu à tâtons, mais j’avais décidé dès le début qu’il fallait 17 clients. Ça, c’était une décision de mon « dictateur ». Heureusement que j’ai un dictateur, une voix interne, qui donne au départ de chaque roman quelques instructions très précises. Et le titre Francia s’est imposé tout de suite, parce que je voulais aussi qu’à travers les 17 clients de ce jour-là, nous ayons une sorte de mosaïque de la France contemporaine.   Ce titre, Francia, c’est aussi le nom du personnage principal. Comment s’est-elle dessinée sous votre plume ?   C’est un processus mystérieux, heureusement. Je ne peux pas expliquer exactement comment cela se passe. Nous faisons tous un peu la même chose la nuit, dans nos rêves, nous inventons des personnages, il y a des créatures qui surgissent comme ça. L’idée de la claudication du personnage est venue très tôt, c’était une décision absolument sûre dès le début. Mais par exemple, je ne savais pas ce qui avait causé ce boitillement, je l’ai appris plus tard. Et c’est comme ça, l’écriture de romans. Ça peut paraître étrange pour les gens qui n’y sont pas, mais nous pouvons tout à fait nous poser une question à propos d’un personnage, un être humain qui n’existe pas, et recevoir la réponse juste. Parfois il faut attendre longtemps.   Ce roman est né des maraudes que vous avez faites, de rencontres… Comment avez-vous alors abordé la question de la justesse ? Est-ce qu’il s’agissait d’intégrer vos témoins dans le processus de l’écriture ?   Non, je ne pouvais pas tellement faire lire au fur et à mesure. Maintenant, il y en a qui le lisent, qui l’ont lu, et qui - heureusement pour moi, je suis très soulagée - l’aiment bien. Mais c’est quelque chose de… c’est le métier. Je suis vraiment une romancière professionnelle et donc je fais confiance à cette logique. Et je sais quand je me trompe. C’est étonnant ! Par exemple, dans la première version, la première scène où j’apparais, dans la camionnette sous le nom de « La Griffonne » - parce que je suis présente dans le livre de temps en temps, je surgis au milieu des personnages -, il y a une des femmes qui est très méfiante et très cassante. Dans la première version, c’était Francia. Et puis, au bout de quelques mois, j’ai compris qu’elle était incapable de parler comme ça. Parce que j’avais construit le personnage de la grand-mère entretemps, parce que je savais que cette grand-mère lui avait appris les valeurs essentielles de la vie : la douceur, l’écoute, et une certaine relation à Dieu. Une relation très heureuse, j’ai envie de dire, qui consiste à pouvoir poser ses soucis, à demander à Dieu que la famille aille bien, que les gens se pardonnent, etc. C’est très doux comme christianisme. Ce n’est pas du tout quelque chose de sévère et de raide comme peut l’être le catholicisme dans d’autres contextes. Donc c’est curieux comme livre parce qu’il y a par exemple des clients qui ont des diatribes anticatholiques d’un côté, et puis ce personnage principal, central, qui elle-même est profondément pieuse, croyante, pratiquante. Et quelque part, je me sens plus proche intellectuellement de ceux qui attaquent l’Église, mais mon cœur va complètement avec Francia. Et je n’ai aucune difficulté, étrangement, à construire quelqu’un qui est croyante de cette façon-là. Et pas seulement à la construire mais à l’aimer.     Dans le roman, il y a aussi 17 autres voix d’hommes que vous faites exister au plus près de leurs fêlures, et qui sont une ébauche de notre société, des non-dits qui la traversent et la tiennent. Que s’agissait-il de dire, grâce à ces voix ?   Je trouvais qu’il fallait restituer l’autre moitié du tableau, tout simplement, dont on ne parle jamais. Quand j’interrogeais les femmes pour savoir qui étaient les clients, elles avaient toutes la même réponse exactement : « C’est tout le monde. » Et puis, grâce à Grisélidis aussi, j’ai réfléchi de plus en plus pour me demander : « Mais, pourquoi est-ce qu’on méprise les prostituées ? Qu’est-ce qui est honteux, au juste ? Qui est lésé dans cette affaire ? » Et j’ai compris que la haine de la prostituée, c’est la haine de la sexualité féminine tout simplement. Or, dans la prostitution, il n’est jamais question de sexualité féminine. C’est ça qu’on met en scène dans des films, dans la pornographie, bien sûr, dans des tableaux, dans toutes les représentations, c’est cette féminité soi-disant exhibitionniste, obscène, avec les mimiques, les attitudes... Et tout ça, ce sont les fantasmes des hommes. En réalité, il est question de sexualité masculine, et c’est de ça qu’on ne parle jamais quand on parle de prostitution. C’est la demande qui crée la prostitution, ce n’est pas l’offre. L’offre correspond à un besoin d’argent simplement.   Tous ces hommes qui traversent le roman, on découvre leurs pensées dans des moments de vérité, dans la mesure où ils sont hors de vue de la société. Comment est-ce qu’en tant que romancière, on investit cet espace de liberté, en dehors de toute question de bienséance ? Est-ce qu’il s’agissait de se tenir au plus près des personnages, et de ne surtout pas les juger ?   Oui, je n’invente pas un personnage pour le ridiculiser, pour le tourner en bourrique. Je n’aime pas les charges, les caricatures. J’aime bien quand c’est drôle, donc c’est souvent assez comique, par certains côtés, chacun à sa manière, mais c’est parce que les pensées qui leur traversent l’esprit peuvent être cocasses. C’est comme dans Les Variations Goldberg, c’est ce que j’ai appris à faire. Comme je le dis, moi c’est plutôt « pute de cerveau » : depuis toujours, je me laisse pénétrer par des inconnus. Sans doute parce que, petite, j’étais toujours la nouvelle, à l’école. Je devais toujours me mettre à la place des autres pour voir comment ils me voyaient, qu’est-ce que je devais faire, quelles étaient les valeurs en vogue ici, etc. Et donc je n’ai pas UNE langue française, par exemple, à moi. J’imite celle des autres, je ne parle pas des accents mais des façons d’utiliser la langue. J’écoute. L’ouïe est mon sens le plus aigu.   Francia raconte aussi le quotidien des travailleuses du sexe au bois de Boulogne, et c’est un monde où il y a beaucoup de violence. Était-ce difficile à traiter dans le roman, cette question de la violence ?   Au moment où j’ai vraiment commencé à écrire le livre, il y a eu le procès des tueurs de Vanesa Campos, et j’ai assisté à ce procès. C’était en deux fois, d’abord au Palais de Justice dans l’île de la Cité, et ensuite en appel au tribunal d’instance de Créteil. Deux semaines la première fois, trois semaines la deuxième. Et j’ai été très frappée par le contraste entre ces bâtiments, surtout l’ancien Palais de Justice au centre de Paris, qui est le symbole même de tout ce que valorise la République, avec ses statues de la Renaissance, les fresques sur les murs, l’architecture imposante, les juges avec l’hermine, et nous étions là à évoquer un univers de sperme, de sang, de boue, de flingues, de vol, de viol, d’étranglement, etc. Vanesa Campos était une travailleuse du sexe transgenre péruvienne, qui a été tuée avec l’arme de service d’un policier. Quinze jours avant le crime, il avait laissée cette arme dans sa voiture pour être lui-même client. Il y avait une telle densité d’extrêmes réunis dans la même pièce, et je me suis dit, les gens ne veulent pas regarder ces marges et les comprendre, et comprendre à quel point le fonctionnement de notre société, de notre civilisation, dépend aussi de ces travailleurs et travailleuses du sexe. Et la France est très en retard dans ce domaine, comme elle a été un des derniers pays à accorder le droit de vote aux femmes, c’est un des derniers pays à comprendre l’importance de respecter les travailleurs et travailleuses du sexe. Il y a des pays beaucoup plus avancés sur ce thème. La France en est encore à pénaliser les clients alors que toutes les études montrent que dans les pays où les clients sont pénalisés, le taux de viol augmente systématiquement.   Peut-on dire que Francia est un roman politique, dans le sens où il change notre regard sur le monde ?   Je l’espère, oui. Quelqu’un a dit récemment : « C’est un livre-monde ». Eh bien, c’est un peu l’ambition, oui, c’est sûr.   Et « La Griffonne », fallait-il des années d’expérience d’écriture pour la laisser entrer ?   Sans doute. Oui. J’ai essayé de le faire avec L’Empreinte de l’ange il y a 25 ans, j’avais une version où je racontais aussi mon histoire, je glissais ça et là des comparaisons entre moi et le personnage principal. Mais mes éditeurs ont dit: « Non, ça distrait. L’autre histoire est tellement intense, il ne faut pas qu’il y ait ces distractions. » Et ici, je me suis dit : « Je me lance, c’est trop tentant. » J’ai fait plusieurs scènes comme ça, puis je les ai supprimées. Mes éditeurs ont tous réclamé davantage, donc je les ai ressuscitées. Et voilà. C’est vrai qu’on a besoin de rigoler de temps en temps, parce que c’est un monde dur. Très dur. J’étais en train de lire, à l’instant, une citation d’Ernest Renan : « Une philosophie perverse sans doute me portait à croire que le bien et le mal, la joie et la douleur, le beau et le laid, la raison et la folie, se transforment les uns dans les autres par des nuances aussi indiscernables que celles du cou de la colombe. » C’est beau, ça. Rousseau disait la même chose : « Bien et mal coulent de même source. » Et Romain Gary aussi, c’est vraiment une chose qui le hantait, qu’il appelait le couple infernal. Le meilleur et le pire sont inséparables. Et effectivement, je pense que si on a un monde où tout le monde est gentil et sympathique et généreux et adorable, il n’y aura plus besoin de littérature.   Pour découvrir la bibliothèque idéale de Nancy Huston, cliquez ici !   [ean13_conseils|9782330188764]

Lire l'article
Camille Blandin, "Rigoler, ça fait du bien !"
Nos grands entretiens | Lundi 03 juin 2024

Camille Blandin, "Rigoler, ça fait du bien !"

Sport oblige (ou pas !), on a souhaité aller à la rencontre de Camille Blandin qui sort une BD drôlissime, On est en finale, aux éditions Misma. L’histoire d’une équipe de basket rurale qui arrive en finale départementale sur une série de malentendus ! Jeune illustrateur et auteur de trois bandes dessinées – Rien à feutre, Papa ou le Francky et On est en finale –, à la tête d’une communauté de plus de 60 000 personnes sur Instagram, Camille Blandin répond à nos questions !   Pourriez-vous nous raconter à quel moment la bande dessinée est entrée dans votre vie ?   J’ai toujours dessiné, et je voulais déjà être auteur de BD quand j’étais au collège. En entrant aux Beaux-Arts de Toulouse, j’ai découvert énormément de pratiques et de techniques qui m’ont éloigné, un temps, de la bande dessinée. J’y suis revenu assez naturellement en fin de cursus, avec d’abord mon mémoire de fin d’études de graphisme sur la question sonore en BD, puis le lancement de mon compte Instagram.   Rien à feutre met en scène des strips sur une page, Papa ou le Francky développe des saynètes sur plusieurs pages, On est en finale est une histoire au long cours. Comment est né ce dernier projet ?   En réalité, ce livre est une réécriture d’une BD que j’avais justement faite en fin d’études. Elle faisait environ 120 pages, et était beaucoup plus sommaire que la version publiée. Je l’avais quand même imprimée (en deux exemplaires, budget étudiant oblige), juste pour le plaisir d’avoir l’objet. J’ai eu envie de reprendre ce projet, en l’étoffant d’un point de vue narratif et visuel, avec l’ajout d’un public, de plusieurs personnages secondaires, une vraie unité de lieu…   Le grand public vous a découvert sur votre compte Instagram, @Strrripclub. Que représente ce compte Insta pour vous ?   C’est assez évident pour moi que c’est ce qui m’a permis de me lancer dans la BD, d’avoir une première visibilité dans ce milieu. Je vois Instagram comme un outil de diffusion, mais j’essaie de ne pas aller au-delà. Jouer le jeu des algorithmes me prend trop la tête, je n’ouvre jamais la section « statistiques » du compte, parce que si je vois une baisse, j’ai l’impression que ça y est, tout est fini, les gens m’ont oublié, je prépare ma reconversion. D’ailleurs là, j’ai commencé un CAP aéronautique parce que mon dernier post a pas trop marché. J’ai peur de l’avion en plus…   Dans On est en finale, on rit beaucoup ! L’humour, quelle signification, et quel pouvoir il a ici, pour vous ?   Rigoler, ça fait du bien. Mon objectif n°1 est de faire rire les gens. Même si en lisant mes livres, on a une idée assez claire de mes opinions politiques, sociales, écologiques, ce ne sont pas des sujets que je développe énormément. Ça m’a souvent questionné. Mais je crois qu’essayer de faire rire les gens, même sur des sujets très simples ou absurdes, c’est une forme d’engagement.   À un moment de l’album, vous tentez un nouveau style de dessin, et on vous voit même apparaître : vous rompez la convention (et vous râlez aussi !). La bande dessinée est-elle un territoire de jeu idéal ?   De mon point de vue, c’est en effet un super outil pour créer du lien. Justement parce que je me nourris du quotidien dans mon travail, du vécu de tout le monde, de scènes banales. Papa ou le Francky a forcément fait écho à d’autres papas. Et puis j’aime parler de là où j’ai grandi, c’était important pour moi d’inscrire On est en finale dans un milieu très rural, et je crois que ça permet aussi à des personnes de s’identifier à ça. Mes personnages et mes lieux ne sont pas fantasmés, tout est assez ancré dans le réel (enfin sauf quand je dessine des loups-garous et des vampires mais bref).   Votre regard est très tendre, malgré l’humour - peut-être même grâce à l’humour. Peut-on vivre sans tendresse ?   « On peut vivre sans la gloire, qui ne prouve rien. Être inconnu dans l’Histoire et s’en trouver bien. Mais vivre sans tendresse, il n’en est pas question… » Bourvil. Je mets des citations, ça fait intelligent, en plus c’est la chanson préférée de mon papy. Bien sûr qu’on ne peut pas vivre sans tendresse ! La preuve : dans On est en finale, ce n’était même pas une volonté de ma part. Ça vient naturellement. [ean13_conseils|9782494740044,9782492926266,9782377541461]

Lire l'article
Voir tous les articles
Rencontre avec Cécile Coulon
Rencontre avec Aurélie Valognes
Les rencontres avec les auteurs et autrices, en vidéo | Jeudi 02 mai 2024

Rencontre avec Aurélie Valognes

Aurélie Valognes est écrivaine. C'est alors qu'elle avait 29 ans que l'écriture fait irruption dans sa vie. Son premier roman, Mémé dans les orties, a d'abord été publié sur une plateforme d’auto-édition et a connu un très grand succès. Cela l'a alors encouragée à l’envoyer à des éditeurs. Il est paru en grand format chez Michel Lafon, puis en poche au livre de poche, et a dépassé le million d’exemplaires vendus. Dix ans après cette entrée en écriture, elle a publié dix romans. Dans ses livres, parmi lesquels on peut citer La Cerise sur le gâteau, Né sous une bonne étoile ou encore La Ritournelle, avec humour, elle brosse le portrait de personnages attachants et aborde des thèmes de société qui nous touchent tous : l’échec scolaire, la solitude des personnes âgées, les questions environnementales ou encore les droits des femmes. Et puis, depuis son neuvième roman, L’Envol, elle est entrée dans une nouvelle phase, avec des textes plus intimes.   [SPLIT_CONTENT]   🎥 Au cours de cette rencontre, Aurélie Valognes nous parle de son nouveau roman, La Lignée, qui nous plonge dans une relation épistolaire entre deux écrivaines, Louise et Madeleine. Elle s'exprime donc sur son propre rapport à l'écriture, revient sur son parcours, sur ce que c'est qu'être une femme écrivaine, et sur le lien qui se crée avec les lecteurs de livre en livre. [ean13_conseils|9782213720562]]

Lire l'article
Voir tous les articles

Bienvenue sur la libraire en ligne Librairie Dialogues

« C’est ici que l’aventure se mêle au vent de la mer » écrit l’auteur Pierre Mac Orlan. La librairie Dialogues est l’une des plus grandes librairies généralistes indépendantes de France. La librairie est située à Brest, à la toute pointe du Finistère.

Sur le site internet de la librairie Dialogues, vous pouvez retrouver tous les livres présents dans la librairie physique. Au fil des pages de notre site internet de vente en ligne, se déploie toute l'offre disponible en magasin physique, tous les livres disponibles dans la librairie, chaque tome, chaque éditeur. Vous trouverez également les conseils de vos libraires sur les livres qu'ils ont aimé lire, les sélections thématiques mettant en scène les livres (nouvelles parutions et ouvrages de fonds) en lien avec l'actualité et les coups de coeur des libraires, l'agenda des événements, les vidéos des rencontres avec les auteurs et les autrices, notre magazine Diagonale dans la rubrique Blog et nos podcasts : lien pour écouter les épisodes, et la bibliographie qui y est associée. Place également aux meilleures ventes, aux nouveautés, aux incontournables, aux curiosités…

L'offre de livres pour la librairie Dialogues en ligne

Que vous aimiez vous plonger dans des livres de fiction ou dans un essai d’histoire, que vous attendiez la rentrée littéraire avec impatience ou le nouveau tome de votre bande dessinée préférée, nous saurons répondre à vos attentes ! Sur le site de la librairie indépendante en ligne Dialogues, les nouveautés et les meilleures ventes sont indiquées pour chaque rayon.

La librairie indépendante en ligne vous propose toute son offre en livres : loisirs, sciences humaines et sociales, actualité, polar, livres en VO, écologie, féminisme, jeunesse, littérature, arts, développement personnel, jeux, littérature de l’imaginaire, fantasy, poésie, livres de cuisine, Young Adult, science-fiction, livres scolaires et parascolaires, livres de médecine, mangas, bande dessinée, comics, les livres sur la nature ou le monde de l’entreprise, romans pour adultes et pour la jeunesse, ebooks, les livres qui décryptent notre société, l’histoire de France, des ouvrages de droit, en format papier ou numérique.

Tous les rayons de la librairie Dialogues sont représentés sur le site. Toutes les éditions, tous les éditeurs et tous les tomes disponibles en magasin sont disponibles également sur le site grâce à la vente en ligne. La loi du prix unique du livre en France, la loi Lang, garantit un même prix de vente du livre partout, dans toutes les librairies physiques et en ligne.

La newsletter de la librairie en ligne Dialogues

Vous pouvez également vous abonner à notre newsletter qui vous donnera, chaque semaine, l’actualité de notre librairie et les coups de coeur et sélections de vos libraires. Le ou les livres qu’ils ont aimés dans tous les genres : loisirs, sciences humaines et sociales, actualité, polar, livres en VO, écologie, féminisme, jeunesse, littérature, arts, développement personnel, jeux, littérature de l’imaginaire, fantasy, poésie, livres de cuisine, Young Adult, science-fiction, livres scolaires et parascolaires, livres de médecine, mangas, bande dessinée, comics, les livres sur la nature ou le monde de l’entreprise, romans pour adultes et pour la jeunesse, ebooks, les livres qui décryptent notre société, l’histoire de France, des ouvrages de droit, de pédagogie...