À l'occasion de la fête de la musique, les libraires vous proposent une amusante sélection de titres chantants qui ne manqueront pas de vous faire danser, battre des mains, ou au moins, sourire !

Voir le dossier complet

Le début de l'été approche ! Le soleil pointe le bout de son nez (même s'il reste un peu timide), les températures se font de plus en plus douces, le jardin s'embellit... Voilà autant de bonnes raisons d'inviter vos amis autour d'un apéritif ou d'un barbecue !

Découvrez les conseils de nos libraires afin d'organiser au mieux vos soirées estivales.

Voir le dossier complet

Publiée en version française à partir de 1995, la trilogie "À la croisée des mondes" fête ses 20 ans cette année !
À cette occasion, les éditions Gallimard rééditent des sublimes versions des trois volumes.
Nous vous proposons de les retrouver dans ce dossier et de (re)découvrir les autres romans de Philip Pullman. Bonnes lectures !

Voir le dossier complet
Le modèle américain d'Hitler - Comment les lois raciales américaines inspirèrent les nazis, Comment les lois raciales américaines inspirèrent les nazis

Comment les lois raciales américaines inspirèrent les nazis

Armand Colin

22,90
par (Libraire)
8 juin 2018

Quand les nazis s'inspiraient des États-Unis

C’est à la lecture d’une phrase de Mein Kampf où Hitler louait l’Amérique que l’auteur, juriste de formation, décide de creuser un peu plus la question de la similitude entre les lois antisémites de Nuremberg et les lois ségrégationnistes américaines, dites lois « Jim Crow ».
Le parallèle avait déjà était fait mais démontre surtout qu’il n’y avait pas vraiment de ressemblances et pour cause, comment comparer une démocratie comme les États-Unis, grand vainqueur de la guerre, et cette dictature défaite et abominable que le IIIe Reich !
C’est pourtant ce que parvient à faire très brillamment l’auteur en revenant aux prémices de ces lois et en étudiant qui avait pu influencer les nazis. À travers des transcriptions de réunions ou entretiens entre nazis et américains, il évoque les aspirations assez similaires du IIIe Reich qui désire un empire peuplé uniquement d’aryens et des États-Unis, anciennement esclavagistes, qui instituent des lois pour catégoriser ses habitants, les citoyens blancs et les autres (noirs, chinois, philippins, portoricains…) . Sans compter que les nazis des premiers temps ne sont pas encore les fanatiques de la conférence de Wansee mais des personnes plus ou moins fréquentables et instruites qui observent le monde à la recherche d’influences.
Un essai accessible et étonnant sur un sujet peu ou mal exploité jusque là et qui permet un éclairage nouveau sur une question toujours d’actualité aux États-Unis.

Sous les pavés, l'amour.

Christian de Montella secoue ses jeunes lecteurs avec ce texte romanesque et réaliste, immersion savoureuse dans ce printemps 68 où tout s'affole . Beaucoup d'humour sous sa plume vive, pour raconter le premier amour, la première révolte, les barricades et les slogans. Il y a ces adultes qu'on admire et qui agacent, cette société à chahuter et cette jolie fille à retrouver. Enlevée, vibrante, vivante, on se régale de cette courte histoire de fin d'un monde.