Pour ce nouveau numéro de Diagonale, place aux bulles et à l’action qui se dessine sous vos yeux ! À l’occasion du palmarès du Festival d’Angoulême, nous vous proposons une plongée dans l’univers de la bande dessinée, des mangas et des comics. Les libraires vous ont composé une sélection éclectique, en dehors des sentiers battus : (re)découvrez la richesse du neuvième art, la variété de sa production éditoriale, des pépites méconnues, et les nouveaux auteurs et illustrateurs à suivre. L’occasion aussi de mettre en lumière ce rayon, parmi les plus dynamiques de nos librairies qui, peut-être encore plus que tous les autres, réussit à réunir plusieurs générations, et crée des ponts avec la littérature, mais aussi les sciences humaines, et plus que jamais l’art.

Retrouvez également un florilège de coups de cœur des libraires et conseillers de nos différentes enseignes, des entretiens éclairants sur notre monde avec le regard de la philosophe Corine Pelluchon ou encore celui du malicieux Guillaume Meurice.

Bref, voici donc au programme un bon bol de culture telle qu’on l’aime : variée, décomplexée et libre. En un mot : essentielle…
comme les librairies et tous les autres acteurs culturels, ces bulles d’oxygène indispensables à nos vies, et dont nous espérons la réouverture prochaine.

Voir le dossier complet
La Parabole du Semeur, Roman
9,00
par (Libraire)
2 avril 2021

Un classique d'anticipation à redécouvrir

Octavia Butler, grande écrivaine de science-fiction, a écrit au milieu des années 1990 ce roman post-apocalyptique se déroulant en 2024 - pas si loin de notre époque actuelle ! Le roman prend vie dans une Amérique ravagée par la pauvreté, la guerre pour l’eau et les épidémies de choléra. Lauren et sa famille vivent dans une communauté à peu près préservée derrière un mur, mais jusqu’à quand ? La jeune fille sait qu’il faut se préparer à survivre dehors.

Ici, les femmes ne rêvent pas
par (Libraire)
7 avril 2021

Récit de l'évasion de Rana Ahmad

Arabie Saoudite, à l'aube des années 2000. Le père de Ranah offre un vélo à sa fille. L'enfant est la plus heureuse du monde. Toutefois, hors de question de pédaler dans les rues de Riyad, il faudra attendre les vacances à Damas. L'enfant profite de ce vent de relative liberté en Syrie chez ses grands-parents, à cette époque où le pays n'était pas encore ravagé par la guerre. Cette joie sera de courte durée, son grand-père trouve ce comportement "haram", il choisit de donner le vélo à l'un de ses oncles. Dans son témoignage, Rana dresse le portrait d'un pays plein d'hypocrisie et d'oppression tout en évoquant ses souvenirs d'enfance dans une belle écriture simple et sincère.