Le musée du Louvre organise une exposition, du 22 février 2017 au 22 mai 2017, autour du peintre néerlandais Johannes Vermeer et de la peinture de genre en général.
« Le sphinx de Delft » : c’est ainsi que l’on désigne Vermeer, figeant le peintre dans une attitude énigmatique et solitaire. L’exposition permet au contraire aux visiteurs de comprendre comment Vermeer et les peintres de scènes de genre actifs en même temps que lui rivalisaient les uns avec les autres dans l’élaboration de scènes élégantes et raffinées – cette représentation faussement anodine du quotidien, vraie niche à l’intérieur même du monde de la peinture de genre.
Le troisième quart du 17e siècle marque l’apogée de la puissance économique mondiale des Provinces-Unies. Les membres de l’élite hollandaise, qui se font gloire de leur statut social, exigent un art qui reflète cette image. La « nouvelle vague » de la peinture de genre voit ainsi le jour au début des années 1650 : les artistes commencent alors à se concentrer sur des scènes idéalisées et superbement réalisées de vie privée mise en scène, avec des hommes et des femmes installant une civilité orchestrée.
Bonne déambulation dans l'art du XVII ème siècle !

Voir le dossier complet

Pour que la lecture ne soit plus une corvée mais un réel plaisir d'évasion, de détente ; pour que les devoirs ne soient plus un fardeau mais un jeu, découvrez ce dossier qui propose des livres agréables et divertissants.

Voir le dossier complet

« Bien entendu, les femmes doivent gagner moins que les hommes, parce qu’elles sont plus faibles, elles sont plus petites et elles sont moins intelligentes » du député polonais Janusz Korwin-Mikke, mars 2017.

Montrons que le talent n'est pas une question de genre !

Voir le dossier complet
Les Enfants du Cap

Le Livre de Poche

7,90
par (Libraire)
16 mars 2017

Magnétique Afrique du Sud !

« Dans la lignée des talentueux Deon Meyer et Roger Smith, une nouvelle voix sud-africaine se fait entendre : Michèle Rowe, productrice et scénariste de renom, est l'un des membres fondateurs de Free Film Makers, un groupe de cinéastes anti-apartheid.

À travers Les Enfants du Cap, son premier roman policier, elle autopsie la réalité d'une Afrique du Sud qui reste, vingt-cinq ans après la fin officielle de la ségrégation raciale, le pays le plus inégalitaire du monde.

Au sein de cette nation arc-en-ciel qui cherche ses repères malgré une violence et une corruption omniprésentes, la jeune inspectrice Persy Jonas, métisse et issue d'un township, doit batailler deux fois plus que les autres pour se faire respecter et espérer vivre décemment.

Lors de sa première affaire criminelle, suite à une découverte macabre, Persy est contrainte de collaborer avec une psychologue blanche à la retraite, Marge Labuschagne. Au-delà des préjugés et des échanges électriques entre les deux femmes, l'enquête dévoile un tas de ramifications à explorer. Contre toute attente, c'est l'histoire familiale et personnelle de Persy qui sortira peu à peu de ses nombreuses zones d'ombre, laissant le lecteur avide de retrouver les personnages et cette magnétique Afrique du Sud dans un deuxième opus. »

La Femme à droite sur la photo
par (Libraire)
16 mars 2017

« Que les lecteurs enchantés par Le Secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard se réjouissent ! Vous aimerez La femme à droite sur la photo, nouvelle intrigue de Valentin Musso, auteur précédemment du terrible thriller psychologique Une vraie famille.

Los Angeles, 1959. La femme à droite sur la photo, c'est Elizabeth Badina, une actrice américaine qui vient de décrocher le rôle qui fera d'elle une star. En plein tournage, elle se volatilise et malgré l'enquête conjointe de la police et du FBI, sa disparition ne sera jamais élucidée. Elle laisse derrière elle un bébé d'un an, dont quasiment personne ne connaissait l'existence.

Quarante ans plus tard, une succession d'événements conduit un scénariste surdoué devenu la coqueluche d'Hollywood à exhumer un passé que l'on croyait à jamais enterré. Ce scénariste n'est autre que le fils d'Elizabeth, David Badina, qui s'apprête à percer les secrets de sa mère, cette étrangère.

À travers le voyage de David dans les années cinquante, Valentin Musso retrace les aspects les plus sombres de cette période aux États-Unis : la corruption politique, le puritanisme, la censure et les pressions sur le milieu du cinéma.

Un très bon moment de lecture ! »