Robert D.
UN VRAI RÉGAL! QUE DU BONHEUR, ce livre!

LE HÉROS DISCRET MARIO VARGAS LLOSA 2015 487 pages
Un pays: le Pérou, pays natal de l'auteur, et sa société où se développent, avec l'économie, la corruption et le crime… Ses villes, ses traditions, en filigrane son histoire, sa culture… sa cuisine…
Deux villes. La capitale, Lima et, à près de 1000 kilomètres de là, tout au nord du pays, Piura…
Deux histoires: celle d'Ismael à Lima. Octogénaire et veuf. Dirigeant d'une puissante compagnie d'assurance, il se retrouve hospitalisé en mauvaise posture, pas bien loin de passer de vie à trépas. Pourtant, encore bien conscient, il entend distinctement ses deux vauriens de fils venant le voir, ou plutôt voir où il en était, dire qu'ils n'attendent rien d'autre que la mort de leur père pour empocher le pactole… Pas de chance, il n'en faut pas plus pour booster le mourant qui, finalement s'en sort… et épouse sa bonne, Armida… Don Rigoberto, son bras droit et ami, est son témoin de mariage… Mais les hyènes, c'est de cette façon que sont surnommés les fils, Miki et Escobita, ne l'entendent pas de cette oreille.
Et celle de Felicito à Piura. Personnage petit, insignifiant, invisible, il dirige une société de transport qu'il a créée, à force de travail… et encore de travail. Il a une femme, Gertrudis, et deux fils, Miguel et Tiburcio… Mais aussi une maîtresse, Mabel, qu'il rencontre une ou deux fois par semaine… Tout va plutôt bien pour lui, jusqu'au jour où il reçoit une première lettre de menace lui réclamant une rançon. Mais le petit homme se remémore les paroles de son père lui intimant de ne jamais se soumettre, de ne jamais se laisser marcher sur les pieds. Il décide de ne pas payer… et va faire sa déclaration à la police.
Voilà. On se régale. C'est bien écrit, simplement, ça coule, c'est facile… Certaines situations semblent graves, d'autres légères, d'autres encore cocasses… Et jusqu'aux dialogues qui apparaissent parfois un peu décalés. Tout ce qu'il y a de jubilatoire. Je le répète, un vrai régal pour le lecteur.
Ah! Au fait, Mario Vargas Llosa a obtenu le Nobel en 2010.