Chaque Livre E.

Enfin le deuxième volet de Pierre Lemaitre qui fait suite au formidable Au revoir là-haut Faut-il l’avoir lu pour se plonger dans celui-ci? Assurément non!
Certains regretteront que ce ne soit pas une réelle suite mais se délecteront à nouveau du phrasé de ce conteur hors-pair.
L’ambiance est celle du Paris quelque peu mondain de l’entre deux guerre: avalanche de coup tordus, un peu de séduction et beaucoup de magouilles dans un milieu d’affaires qui résonnent étrangement encore avec notre époque !
Les personnages sont haut en couleurs, travaillés en profondeur et campés comme dans le Monte-Cristo de Dumas , ou bien croqués comme Hergé. Les lecteurs les plus mélomanes auront même la bande son de cette histoire en tête!
La recette de ce roman: rancunes, colères, vengeance, scandales en tout genre.
Les intrigues sont multiples et s’entrecroisent! Quelle incroyable imagination de Pierre Lemaitre encore pour les tricoter !
Il faut un peu de temps devant soi pour le dévorer car c’est un livre qui ne se lâche pas! Une très grande réussite! Et vite, le 3eme volet!

Alex-Mot-à-Mots
années 30

Madeleine, je vous adore ! Vous avez planifié votre vengeance aux petits oignons dans un contexte historique difficile.

Le récit débute pendant les années folles, mais rapidement le spectre nazi se profile.

J’ai aimé le fils de Madeleine, Paul, qui voue un culte à la cantatrice Solange et qui a tout compris du pouvoir de la publicité.

J’ai aimé Dupré qui, de simple détective, devient l’homme de confiance de Madeleine.

J’ai aimé les jumelles de Charles (l’oncle de Madeleine), leur laideur et leur ratelier (expression de ma grand-mère).

J’ai aimé Léonce et Robert et leurs parties de jambes en l’air torrides.

J’ai aimé Vladi, même si je n’ai pas compris un mot de ce qu’elle a dit (à part quand elle parle allemand).

Chers personnages, j’avais hâte de vous retrouver et découvrir quelle autre ficelle Madeleine tirait.

J’ai aimé que le récit prenne place dans ce contexte historique, l’auteur se tenant au plus près de l’époque.

J’ai aimé l’humour fin et ai été ému à certains moments.

Ce que je n’ai pas aimé : la fin et mon attente du troisième et dernier opus qui commence.

Oui, bien sûr, il est question de la fraude fiscale aussi, mais cet aspect m’a moins intéressé (cela existe depuis que les impôts existent, et cela ne cessera jamais, soyons réalistes).

Merci, Monsieur Lemaitre pour vos romans qui, à chaque fois, me passionnent.

L’image que je retiendrai :

Celle de Paul dans son fauteuil roulant à une époque où rien n’était prévu pour les personnes handicapés.

http://alexmotamots.fr/couleurs-de-lincendie-pierre-lemaitre/