Le démon de la colline aux loups

Dimitri Rouchon-Borie

Le Tripode

  • par (Libraire)
    23 août 2021

    COUPS DE COEUR DE SOPHIE

    C’est du fond de sa prison que le narrateur nous raconte son histoire et le pourquoi de son emprisonnement.
    Né de parents tortionnaires, il vit reclus comme un animal avec ses frères et sœurs dans une "pièce" sans lumière du jour. Souffre-douleur et martyr, il n’a pas les mots pour traduire son enfance violentée. "Sauvé" quelques temps de ses géniteurs, il va grandir dans une famille aimante mais la séparation de sa fratrie et les dégâts psychologiques de sa prime enfance vont le rattraper et le mener vers l’irréversible.
    Ce premier roman est perturbant tant au niveau de la forme et du fond. En effet, l’écriture traduit parfaitement la difficulté du narrateur à mettre en mots son parcours et son "parlement" peut dérouter avec des phrases sans ponctuation et avec une syntaxe approximative. D'autre part, la violence et l’indicible sont crûment présents à la limite du soutenable…
    Oui c’est un texte dérangeant que j’ai lu en apnée mais qu’il est impossible de lâcher ! Si vous avez été comme moi bouleversé par "My absolute darling", je vous recommande ce livre qui vous hantera longtemps…


  • par (Libraire)
    22 mai 2021

    Inoubliable

    Le Démon, c’est le mal, le mal absolu. La Colline aux Loups, c’est le lieu du mal, le foyer de naissance. Normalement c’est le lieu du bien être, de l’innocence, de l’enfance avant l’enfance. Pas ici. Cinq frères et soeurs et les géniteurs les plus odieux du monde. Et un enfant devenu homme, qui est en prison pour ne pas avoir su vaincre le Démon. Et qui raconte dans sa prison, à sa manière, avec ses mots uniques, son histoire, sa souffrance, ses combats. Sa vie. Pas de virgules, juste des points pour finir les phrases. Juste les mots pour dire les choses. Pour dire le Bien, le Mal, l’ombre mais aussi parfois la lumière. La poésie alors perce la violence et le coup de poing devient caresse. mais rarement, très rarement.

    Une lecture exigeante, éprouvante, mais une lecture inoubliable.

    Eric


  • par (Libraire)
    8 avril 2021

    Un premier roman à couper le souffle

    Un premier roman à couper le souffle, tant le sujet est grave et le récit envoûtant. L’écriture « parlementée » est si particulière mais en totale adéquation avec le personnage duquel on ne peut se détacher. Un homme en prison qui nous relate son histoire ; n’ayant connu que la violence extrême depuis sa naissance et portant le mal en lui, qui le poursuivra jusqu’à sa mort. Ce récit d’un homme rempli de douleurs et de rage ponctué de quelques instants de bonheur, qui révèle toute sa sensibilité à travers les sensations vécues. Un texte très fort et malgré tout bienveillant qui colle à la peau !


  • par (Libraire)
    5 avril 2021

    UNE VERITABLE PROUESSE

    Le démon de la colline aux loups est un livre noir, très noir...et pourtant tellement brillant par le talent littéraire et l'appréhension subtile de l'âme humaine de Dimitri ROUCHON-BORIE.

    Un livre dont on ne sort pas indemne.


  • par (Libraire)
    4 avril 2021

    Inspirer. En grand. Il va vous en falloir.
    "Au bout d'un moment j'ai craqué et j'ai pleuré et pleuré encore je n'arrêtais plus de pleurer les infirmières me prenaient dans leurs bras et une a pleuré aussi et je me disais c'est étonnant qu'il y ait tant de femmes gentilles et que pas une n'a pu être ma mère."
    Dévorer, en apnée, les 237 pages. N'inspirer de nouveau qu'une fois refermé. Un bon coup et pour de bon.
    Étrange sentiment que celui qui monte à la lecture de cette redoutable confidence. Le barrage avait tous les signes du désastre et le voici qui craque, et Duke narre sa vie comme l'on arrache les points de suture d'une vilaine plaie pour que le pus s'écoule.
    Il le fait sans s'arrêter, sans auto-compassion, sans jugement, et quasi sans ponctuation.
    Par ce qu'il a d'inéluctable et de violent, ce récit m'évoque Blast, de Manu Larcenet. Il en a également le sens des silences et l'art poétique de la suspension.
    On dit chez les chamanes qu'il est possible de perdre des bouts de son âme sous les coups du sort: notre narrateur a pris des uppercuts toute sa vie, et il tente dans un ultime élan de tisser les derniers lambeaux de lui-même pour faire Corps, et dire "le Démon", afin de le tuer.
    L'Enfer est vide, et tous les diables sont ici.


  • 22 mars 2021

    Le démon de la colline aux loups est une sacrée claque.
    Attention Âmes sensibles s'abstenir, il faut avoir les nerfs bien accrochés pour cette lecture (on en sort pas indemne tellement c'est fort et violent.)
    .

    L'histoire d'un homme brisé, une enfance misérable , des parents monstrueux, une véritable descente aux enfers....
    Un texte puissant, à la fois sombre et lumineux qui ne vous laissera pas indifférent.

    Conseillé par Chloë.


  • par (Libraire)
    24 février 2021

    Une noirceur envoûtante

    De sa cellule, Duke raconte le bien, le mal, l’indicible, mais surtout les raisons qui l’ont poussé à en arriver là.
    Horreur, peur, amour, culpabilité, les sentiments sont forts et l’écriture percutante.
    Un premier roman noir sincère et subtil.
    Bouleversant !


  • 18 février 2021

    INCONTOURNABLE

    le démon de la colline aux loups possède la charge émotionnelle des plus grands, il a son propre regard, celui d'un auteur qui dissèque, les tourments de l'âme humaine.
    Ce livre est un véritable page turner, vous serez happé par la singularité de cette histoire, soulignons que c'est un premier roman, et c'est un coup de maitre.

    laurent legros


  • par (Libraire)
    12 février 2021

    Merveille sombre et mélancolique

    Dans une langue fouillée et dépouillée, un jeune adulte qui s'est construit sur des blessures mal cicatrisées, livre son histoire en quête de salut, en qui voudra s'en emparer. Marqué dans sa chair et dans sa mémoire, blessé dans les fondements de sa vie d'adulte, il livre un texte qui, sous la plume de Dimitri Rouchon-Borie, apparait comme une merveille sombre, torturée et mélancolique.

    Son regard d'enfant l'empêche de percevoir toutes les noirceurs de l'enfance qu'il a subi et conduit la plume de l'auteur à nous offrir autant de moments de grâce et de poésie que de tourments de lecteur, autant de phrases et de formules qui résonnent dans notre esprit par leur beauté. Une puissante découverte, un texte qui marque notre chair et notre esprit à nous aussi, une véritable marche à travers d'intenses émotions.


  • par (Libraire)
    8 février 2021

    Sensationnel

    Dès les premières pages, l'impression de pénétrer un engrenage fatal. Une écriture brute, un langage presque primitif, mais comment mieux décrire l'horreur absolue, l'enfance souillée, sacrifiée ? L'enfant grandit, entouré de ses démons et dans une immense solitude ; tout se confond, les accès de rage comme les fragiles moments de douceur... Un roman qui nous prend aux tripes, nous tenaille, nous secoue.
    Fatal. Sensationnel.


  • par (Libraire)
    6 février 2021

    Le Mal est une présence tapie en chacun de nous

    Un homme, dans sa cellule, n’a plus que du temps à tuer.
    Sur une vieille machine à écrire, il va rédiger son journal, des mémoires relatant, depuis son enfance jusqu’à son quotidien, la suite d’évènements tragiques et terribles qui l’ont conduit là où il est.
    Une langue crue, extrêmement visuelle, servie par un vocabulaire qui vient des tripes. Une forme d’écriture singulière, simple - parce que venant d’un être simple - sans être simpliste, mais curieusement fluide.
    Attention : Ce roman relate une vie fictive, mais les événements décrits sont durs, dérangeants et d’une violence qui ne peut convenir à tous lecteurs.


  • par (Libraire)
    5 février 2021

    Quelle claque ! Quelle entrée tonitruante en littérature que réalise Dimitri Rouchon-Borie. Une plongée vertigineuse dans ce que l'homme recèle de plus sombre et de plus sauvage. Un phrasé hypnotique et des fulgurances littéraires, rien de moins. Ce premier roman est une véritable expérience de lecture, rappelant Blast de M.Larcenet, INDISPENSABLE à ceux qui ont le coeur bien accroché !

    Guillaume, libraire Charlemagne Toulon


  • par (Libraire)
    5 février 2021

    Quelle vie espérer lorsque l'on naît en enfer ?
    Duke confesse la sienne avec son langage atypique qui vous empoigne dès les premières pages.Un premier roman d'une grande maîtrise, époustouflant, extrêmement bouleversant.

    Odile, libraire Charlemagne La Seyne


  • par (Libraire)
    4 février 2021

    Le démon de la colline aux loups

    « Le Démon de la colline aux loups » Dimitri Rouchon-Borie, éditions le Tripode, janvier 2020
    « La Colline aux loups c’est là que j’ai grandi et c’est ça que je vais vous raconter. Même si c’est pas une belle histoire c’est la mienne c’est comme ça ». Le ton est donné par son narrateur Duke, enfant maltraité par son père et sa mère et qui possède en lui le Démon, né de ces années passées dans cette maison : « Je suis comme un arbre pourri avec ses racines pour toujours dans le marais de l’enfance ». Duke, en prison, relate les faits dans son journal, aux côtés de ses amis codétenus, avec une langue expressive et sublime. Il faut bien çà pour digérer le récit qui nous amène à nous plonger dans l’horreur humaine mais avec un brin d’humanité pour ce jeune homme qui va à son tour commettre l’irréparable. L’école aurait pu lui permettre de s’en sortir, mais marqué au fer rouge, il est condamné d’avance. On avance dans cette lecture, comme happé par ces phrases, ces mots, qui disent l’émotion, les sentiments ambigus et sans réelle ponctuation, pour intensifier les propos.
    Le Démon de la Colline aux Loups est un premier roman à croquer à pleines dents, à lire à voix haute, à relire, à partager. Le bien et le mal n’ont jamais aussi fait bon ménage.
    A rapprocher de « Sukkwand Island » de David Vann (Galmeister) et de « La petite barbare » d’Astrid Manfredi (Pocket)
    Son auteur Dimitri Rouchon-Borie est journaliste spécialisé dans la chronique judiciaire et le fait divers.
    Olivier Huguenot


  • 29 janvier 2021

    1er roman d'une force incroyable, cette force qui plaque le lecteur au mur ou au sol, qui l'incite malgré la noirceur et la crudité du propos à poursuivre sa lecture happé par le rythme hypnotique de l'écrit. C'est une enfance volée, bafouée, violée, qui trouve "confort" dans le nid composé des frères et sœurs, qui ne connait de la vie que cette pièce aux volets clos. Qu'attendre alors d'un enfant dont la vie est ainsi brimée. L'enfant se lèvera deviendra lui-même monstre à sa façon malgré la quiétude d'une famille d'accueil aimante. "Le Démon" en lui le broie, l'incite à la violence. Il résiste, essaie encore, résiste, et le laisse l'envahir. Sa place est désormais dans une cellule, cellule qui deviendra monacale, habité par les écrits de Saint-Augustin.
    Foi de libraire, ce roman est exceptionnel de densité, de profondeur et aussi, malgré tout, de poésie. Bien entendu d'une noirceur extrême mais, l'homme conscient de ce danger intérieur qui le brûle, illumine ces pages de pensées lumineuses, de réactions délicates, de fulgurants aphorismes. Que les pages sur la découverte de la mer sont belles... Que les échanges avec "l'épicier" de la prison sont empreints d'humanisme.
    Sans ponctuation, une confession livrée avant de disparaitre.
    Et en effet, un pont entre deux rives n'a jamais réussi à combler le vide....
    A lire d'urgence.


  • par (Libraire)
    27 janvier 2021

    SUBLIME

    Une fois de plus les éditions du tripode donnent la chance à un premier roman. Et quel premier roman !! Vous allez rencontrer Duke qui est emprisonné. Il va nous raconter son histoire, son enfance auprès de ses parents qui font passer les Ténardier pour des enfants de coeur. C'est lors de son enfance que son père lui a donne le "démon". Tout au long de sa vie, il a du enfouir ce "demon" jusqu'au moment où ce dernier a pris le dessus.
    Dans une langue forte, sans concession l'auteur nous offre un récit qui continuera à vous hanter.
    Est-ce que l'introspection de Duke et le fait de revenir sur sa vie lui procurerons une rédemption pour ses fautes passées.
    SUBLIME ORIGINAL HYPNOTISANT


  • par (Libraire)
    26 janvier 2021

    "La mer accomplissait chaque seconde mon rêve de rébellion de puissance de force et de liberté. Je crois que j'aurais pu tout laver dans cette eau là comme sous la pluie des forêts et m'y noyer et je me disais finalement que c'était la seule chose qui aurait pu faire disparaître la Colline aux Loups."

    Comment parler de ce roman-là, de cette foudre-là, de cette incandescence-là, le plus justement possible ?
    Décrire le tsunami qu'est ce roman-là ?
    Dire la langue, cette langue torrent qui dans un élan inarrêtable raconte un être enfermé en prison qui déroule le fil de sa vie.
    Enfance violée, innocence souillée, vie(s) détruite(s). Et puis ce Démon dont on parle, qui est-il vraiment ? Qui ici, est la Bête ?

    Il y a quelque chose qui rappelle très fort le Blast de Manu Larcenet, dans cette fulgurance du récit, cette violence dans l'éveil d'une conscience, à laquelle on assiste par les mots, magie de l'écriture.
    C'est un premier roman exceptionnel que nous offre Dimitri Rouchon-Borie, un roman qui nous retourne entièrement, et pour longtemps.

    B.


  • par (Libraire)
    21 janvier 2021

    Du fond de sa cellule, Duke nous raconte sa vie et son inexorable destinée.
    Autant le dire, ce n'est pas une belle histoire, elle est dure à encaisser et vous ne l'aimerez pas.
    Mais, c'est le prix à payer : accepter de contempler cette abîme de noirceur pour y découvrir cette écriture brute, viscérale, qui vous prendra aux tripes, vous bouleversera, vous laissera aussi désarmé et impuissant que les personnages qui croisent la route de Duke.
    Et finalement, c'est tout ce que j'attends de la lecture d'un roman.

    Laurent B.


  • par (Libraire)
    20 janvier 2021

    Puissant et profond !

    Un roman éprouvant et fascinant sur la condition humaine. Superbe de noirceur !


  • 19 janvier 2021

    Conseillé par Anne-Céline

    Attention révélation de ce début d’année que ce premier roman!⚡️☄️⚡️

    Depuis sa cellule de prison, Duke raconte sa vie avec une machine à écrire. Il nous raconte les raisons pour lesquelles il est là, enfermé. Une enfance brisée, la violence et sa reproduction, le Démon qui entre en lui, la famille, l’âme, la culpabilité, la justice, la rédemption, la terrible condition humaine de Duke défile sous nos yeux. Le langage de Duke, son « parlement », ne supporte pas beaucoup ni les virgules ni les formes, il est intense, bouleversant, riche et inoubliable.

    « Le démon de la colline aux loups » est un roman extraordinaire, marquant, hantant, dont les scènes et les démons ne vous quittent pas une fois le livre refermé. Dimitri Rouchon-Borie nous embarque dans un voyage dans les ténèbres (il est chroniqueur judiciaire pour le quotidien Le Télégramme). Un roman noir et lumineux qui après des années vous habitera. Quand la littérature prend aux tripes! Une découverte exceptionnelle!
    Anne-Céline🖤🖤🖤🖤🖤


  • par (Libraire)
    18 janvier 2021

    Une grande réussite

    "La Colline aux Loups c’était déjà une prison bien pire que tout imaginez-vous sous l’eau depuis le jour de votre naissance à retenir votre respiration en attendant une bouffée d’air qui ne vient pas ma vie c’est ça." Ce flot, ce peu de ponctuation, révèle un homme qui maîtrise peu l’écriture mais qui, en quête de rédemption, doit nous livrer son histoire terrible comme une urgence. Une lecture en apnée qui reste en mémoire, un texte bouleversant d’une puissance inouïe : ce premier roman est une grande réussite.


  • par (Libraire)
    13 janvier 2021

    Un premier roman qui se lit dans un souffle retenu, la langue est pudique, étonnante et sans complaisance.
    De par sa naïveté, l'insoutenable est percé de quelques éclaircies.
    Ouf, c'est une sacrée claque !!!


  • par (Libraire)
    12 janvier 2021

    Un livre bouleversant, qui laisse des traces autant par son écriture que par son histoire et sa philosophie. Préparez-vous à plonger au plus profond des ténébres!


  • par (Libraire)
    7 janvier 2021

    J'en ai lu des romans noirs, et là, vraiment, on avance à tâtons dans le noir, le très très noir, une nuit de plus de 200 pages, en éclipse quasi totale.
    " Le démon de la colline aux loups" est le récit d'un homme emprisonné, d'un esprit hanté, torturé et pourtant lucide, qui s'inflige la douloureuse expérience de retracer sa tragique destinée. D'une plume singulière et impitoyablement hypnotique, Dimitri Rouchon-Borie nous entraîne dans les angles morts de l'âme humaine, où de fulgurantes béatitudes surplanent par-delà l'inacceptable, et nous étourdit de quelques séquences à la violence magnétique qui font vibrer les octaves.
    Possédé par la solitude et la mémoire à vif, notre narrateur, Duke, nous invite à fouiller ses entrailles à la recherche de l'atavisme du mal, des arcanes de la culpabilité, et des armes que nous sommes susceptibles de solliciter pour tenter d'y survivre.
    Un roman aux dents aiguisées, comme un seul cri qu'on aurait tenté de mettre dans l'ordre chronologique.
    Sacrée claque, ce livre.


  • par (Libraire)
    6 janvier 2021

    L'éditeur ne m'avait pas laissé le choix : "Lisez-le !"
    Je l'ai donc ouvert et ne l'ai pas lâché, le ventre noué par cette histoire, touché par cet homme se découvrant au fil des pages, couchant sa peau et ses tripes sur la table de sa prison, et surtout pris par le rythme de cette écriture organique. Un premier roman noir, brutal, mais surtout profondément humain.
    (Dois-je vous laisser le choix ?...)


  • par (Libraire)
    6 janvier 2021

    Exceptionnel

    "En essayant de détruire le Démon j'ai accompli son œuvre."
    Je ressors complètement abasourdie et bousculée de cette lecture. Et admirative. Le Démon de la Colline aux Loups est le premier roman de Dimitri Rouchon-Borie. Sa plume est d'une force phénoménale et elle porte avec une maîtrise incroyable un personnage candide, lumineux, broyé par le destin et pris dans son engrenage infernal dès ses premiers jours. Sa lucidité désarmante n'en est que plus douloureuse pour nous, lecteurs, qui redoutons, impuissants, la victoire du Mal sur le Bien.
    Âme sensible s'abstenir. C'est un roman extrêmement dur, où la lumière et l'obscurité se livrent un combat à mort.


  • par (Libraire)
    2 janvier 2021

    Conseillé par Stéphanie et Etienne

    Il y a des livres comme ça. Qui vous agrippent, vous bousculent, vous font frissonner. En refermant "Le démon de la colline aux loups", on reprend conscience, hypnotisé, en réalisant que l'on a été en apnée durant 237 pages. Cette lecture est une plongée dans les ténèbres. C'est comme un tableau de Soulages : le noir est partout, omniprésent. Et pourtant cette noirceur ouvre des portes insoupçonnées. Mystérieusement, de façon inexplicable, ce noir diffuse une lumière, une lumière particulière, mais une lumière quand même.
    C'est aux côtés de Duke, à travers sa langue bien à lui, que vous marcherez sur la colline aux loups et que vous découvrirez le Démon qui l'habite. Dimitri Rouchon-Borie s'immisce avec un talent insensé au plus profond d'une âme broyée. Ce roman est d'une violence et d'une puissance rare.