Marine R.

Je m'attendais à lire un livre haletant où on trouverais une héroïne piégée par une société de recrutement et devant tuer quelqu'un pour obtenir le poste de ses rêves.
Ma première déception à commencer quand j'ai compris qu'il allait d'abord ( et pendant un bon moment ) découvrir la vie de Taylor avant l'année en question, ses années d'études, sa vie quelque peu débridée et enfin pendant sa recherche de travail. Il faut encore attendre que son histoire de cœur avec son conseiller en recrutement se concrétise pour qu'enfin il soit question du meurtre annoncé dans le résumé. Taylor se retrouve piégée, effectivement, par l'agence à devoir tuer, "licenciés", pour obtenir son poste ou bien ses "références" ( sa famille et ses amis ) seront éliminés. Arrivée à ce moment de ma lecture, je me dis qu'enfin la lecture va devenir palpitante, que la protagoniste va tout faire pour se substituer à ce piège, pour prévenir quelqu'un ou même pour éviter de tuer. Mais non il n'en ai rien et elle va même finir par prendre du plaisir à tuer et devenir de plus en plus délurée.
Une tournure à laquelle je ne m'attendais pas, une fin catastrophe bref une petite déception pour ce livre que j'avais pris pour un roman noir mais qui n'en ai pas un.

Alex-Mot-à-Mots

Fan des années 1990, ce livre est pour vous. Du coup, j'ai été un peu larguée, ma culture musicale s'arrêtant avec Nirvana.

Ceci dit, c'est un thriller politiquement incorrect et qui m'a collé une paranoïa d'enfer.

Des personnages déjantés : Taylor Schmidt est une presque nymphomane ; son colocataire est un looser ; le locataire du dessous ne paye pas de mine et tout est à l'avenant.

Si l'intrigue commence doucement, les 50 dernières pages sont palpitantes : qui tente de tuer qui et pourquoi ? Ont-ils réussi ?

Les théories sur les baby-boomers d'Asher Krueg sont à se tordre de rire et la théorie du complot est toujours à l'oeuvre.

Un roman plaisant à l'atmosphère des années 90, entre le "grand n'importe quoi des années 80" (sic) et le 11 septembre. Vous avez dit Génération X....

L'image que je retiendrai :

Celle de la ville de New-York en pleine transformation.

Yv

Qu'il m'a été difficile de résister à la première partie du bouquin : la mise en place des personnages, des situations est très longue. Beaucoup de références à l'année 1991 avec des noms de personnes et de lieux a priori connus, mais pas de moi. Loin d'être un spécialiste des Etats-Unis et pas forcément passionné par les années 90, je m'y suis perdu. Heureusement, il y a de bons passages qui permettent de tenir. Et tant mieux serais-je tenté de dire, parce qu'à partir de la page 131, l'histoire s'emballe. Et là, je me suis retrouvé en plein roman noir à la fois grinçant, drôle et dérangeant. Voilà le passage qui, selon moi, fait basculer vraiment le livre : "Tandis qu'il la tenait serrée tout près de lui, Taylor prit conscience de deux choses en même temps. Premièrement, le lendemain était le jour de son entretien de suivi avec le boss de Quid Pro Quo (dont le nom n'avait jamais été mentionné par Asher) et il allait être question du remboursement.

Deuxièmement, ce qu'elle avait pris pour du rouge à lèvres était en fait du sang." (p.135)

Ensuite, Taylor, jusque là, jeune femme ambitieuse certes, mais seulement ambitieuse, passe du côté obscur de la force. Todd, son co-locataire, le narrateur, ne peut que constater que celle dont il est amoureux lui échappe totalement.

L'écriture est plutôt moderne, sans être trash. Rien de bien nouveau, mais à part ces références états-uniennes des années 90 auxquelles je ne comprends rien (qui s'estompent dans la seconde partie au fur et à mesure que le récit s'épaissit), le livre se lit bien et agréablement. J'ai pu trouver dans ce livre des ressemblances avec certains films : Le prix du danger, d'Yves Boisset ou encore Le couperet, de Constantin Costa-Gavras. Surtout avec le second d'ailleurs. Mais j'ai eu également des flashs du premier au cours de ma lecture. Peut-être le constat que certains sont obligés d'aller au bout de leurs limites pour exister ? Peut-être la vision de l'auteur sur le monde des médias et de la justice.

Enfin, ce que je peux dire c'est que cette seconde partie est passionnante et que je me suis demandé jusqu'à la fin comment cette histoire pourrait finir. Je suis d'ailleurs plutôt surpris de la manière dont Greg Olear clôt son roman : une fin bien amenée et assez étonnante.

Pour résumer, si vous passez rapidement les 130 premières pages, vous découvrirez un très bon roman noir, qui franchement vaut le coup que vous fassiez ce petit effort.