Dakia, fille d'alger

Dakia

Flam Jeunesse

  • Pas mon genre, et pourtant j'adore !

    Ce n’est absolument pas mon genre de lecture. Généralement je fuis tout ce qui se rapproche des biographies et autobiographies. C’est pourquoi j’ai mis un certain temps avant de lire ce livre que l’on m’avait offert quand j’étais encore au collège. Heureusement, je suis retombée dessus par hasard ce week-end ! Dès que je l’ai commencé je n’ai pas pu m’arrêter de lire, résultat : il était fini en même pas une heure.

    C’est un livre plein d’émotions. Je ne vous cache pas que j’ai eu la larme à l’œil plus d’une fois. Le récit est tellement poignant et touchant. J’ai vraiment été happée par ce roman. Il se présente comme le journal intime d’une jeune algérienne, Dakia, vivant cette époque troublée. On lit donc des mots d’enfants ce qui, dans mon cas, m’a encore plus impliquée dans le récit. Je me suis sentie très proche de la narratrice, j’aurais aimé pouvoir faire quelque chose pour elle. Sa détresse était tout à fait compréhensible et pourtant, on reste impuissant à l’aider car il n’y a finalement pas vraiment de solution.

    On voit à travers ses yeux une situation difficile voire même affreuse, n’ayons pas peur des mots. Les musulmans intégristes veulent imposer leur vision du monde au reste du pays, et surtout aux femmes qui seraient alors réduites à n’être que des épouses et des mères. Ce témoignage montre comment une « minorité » peut inspirer de la terreur au reste du pays par la violence de leurs actions. Une violence qui est présente et décrite sans pour autant être trop détaillée. C’est avant tout un livre écrit par une adolescente pour d’autres adolescents.

    Ce livre montre également que les musulmans n’ont pas tous la même conception de la religion. Les parents de Dakia, par exemple, ne veulent rien imposer à leurs filles et se battent contre le port du voile, tout le contraire du Groupe Islamique Armé. La lecture de ce roman rappelle donc qu’il ne faut pas mettre tous les musulmans (mais ça marche avec toutes les religions !) dans le « même panier ».

    Au final, voilà une lecture qui m’a tout simplement enchantée. Le sujet n’est pourtant pas vraiment joyeux, mais c’est une lecture très instructive. J’ai découvert beaucoup de choses sur la religion musulmane et sur un conflit qui n’est pas si vieux que cela. Je n’ai qu’un seul regret, on ne sait pas ce qu’est devenue Dakia (car j’ose espérer qu’elle existe vraiment et que c’est elle qui a écrit ce livre !). Je me suis beaucoup attachée à cette jeune fille et j’aurais aimé savoir ce qu’elle a fait ensuite.