Michaël L.
Poison de notre temps

Dans son nouvel essai, la philosophe et psychanalyste Clotilde Leguil retrace d'abord l'origine du terme "Toxique" et son évolution, depuis l'antiquité jusqu'à nos jours, puis s'appuie sur des exemples significatifs dans la littérature, de Musil à Sade en passant par Flaubert. Elle démontre ensuite que le "Toxique" a d'abord surgi dans le champ de l'écologie avant de faire son entrée dans la vie amoureuse et sexuelle. Interrogeant la notion même de progrès, elle se pose alors plusieurs questions : "Et si le progrès en venait à révéler une insondable toxicité de l’humanité à l'égard d'elle-même ? Et si le toxique révélait l'oubli de notre désir dans cette course au progrès ?" Démontrant que, peu à peu, le "Toxique" a envahi notre civilisation pour produire de l'angoisse, la philosophe affirme que seul le "Désir", et particulièrement le désir de savoir de qui nous a intoxiqué, permet d'éliminer "le poison", tel un antidote...