Caroline Libraire

A Brownsburg, quelque part en Virginie juste après-guerre, la vie est simple et les relations entre les membres de la communauté bien huilées. On trouve de quoi se nourrir à l’épicerie générale et les réponses à ses questions dans sa paroisse. Les règles sont parfaitement établies et respectées : Noirs d’un côté et Blancs de l’autre, et tout restera idyllique. Oh il y a bien quelques petites rivalités, quelques jalousies, quelques on-dit, mais c’est là juste ce qu’il faut pour saler un peu une existence sans guère de rebondissements…

Valérie
Beau mais dur

J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce roman pour une raison très précise, j'en avais assez des phrases qui commençait par "les gros sont..." ou alors "toutes les villes ont leur magasin tenu par un juif", je trouvais ça très cliché. Mais heureusement, ces phrases disparaîssent pour laisser la place à une histoire très sombre, où les personnages sont attirés (pas forcément dans le sens sensuel) les uns par les autres: Sylvan par Charlie bien sûr mais aussi par Claudie, la couturière hors-pair noire. Charlie est lui attiré par Sylvan mais aussi par Sam, le fils de son couple d'amis et par la seule église qu'il lui plairait de fréquenter mais dans laquelle il n'est pas le bienvenue car il est le seul blanc.

Clara

Ce que je m’apprête à vous raconter s’est bel et bien produit – et à peu de choses près, de la manière dont je vais la décrire. C’est en ces termes que Robert Goolrick s’adresse au lecteur pour raconter son histoire. Eté 1948, Brownsburd est une petit ville tranquille en Virginie. Rien d’important ne s’y est déjà passé. Une ville où la rue principale est flanquée de quelques commerces. Des habitants aux vies simples qui ont appris à vivre les uns avec les autres. Et pas moins de cinq églises pour accueillir tout ce petit monde le dimanche matin où la parole de Dieu est écoutée et appliquée.

Stéphanie F.

Excellent roman à la dramaturgie forte où la tension crescendo tient en haleine. Outre une très belle et très forte histoire d'amour qui laisse la gorge serrée, "Arrive un vagabond" est la chronique pertinente et fouillée de l'Amérique profonde de la fin des années 40. Un roman plein de passion, superbe, dur et totalement bouleversant.