Histoire d'une femme libre, récit

Histoire d'une femme libre, récit

Françoise Giroud

Gallimard

  • 16 février 2015

    Un récit inédit

    En 1960, en quelques semaines, Françoise Giroud perd son amour et son travail. Jean-Jacques Servan-Schreiber, avec lequel elle a fondé l'Express, vient de lui annoncer qu'il la quitte pour se marier. Puis qu'il la licencie, car il la soupçonne d'être l'auteure des lettres anonymes envoyées à la famille de sa future femme. Est-ce elle ou pas? Les experts penchent pour l'affirmative, elle le réfute. Quoi qu'il en soit, c'est une femme désespérée qui tente de mourir et est sauvée in extremis. Quelques semaines ont passé, elle est partie en vacances pour essayer de se retaper, et comme elle ne peut rester sans rien faire, elle écrit ce récit dans lequel elle se souvient de son parcours, revient sur son suicide raté, parle de sa famille avec ce style concis, précis et percutant qui a toujours été sa marque de fabrique.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    26 avril 2013

    Alix de Saint-André a retrouvé ce manuscrit qu'on croyait détruit, perdu pour toujours. Témoignage fort d'une femme troublée qui fait le point sur sa vie après avoir envisagé de la perdre. Très loin d'une complainte sur l'amour enfui, Françoise Giroud nous raconte son parcours jusqu'à sa rupture avec Jean-Jacques Servan-Schreiber. Elle croise en travaillant très tôt pour subvenir à ses propres besoins mais aussi à ceux de sa famille des personnages célèbres, d'abord dans le cinéma où elle est la secrétaire de Marc Allégret, porte d'entrée d'un monde artistique, intellectuel, littéraire qu'elle ne cessera plus de fréquenter, d'observer et portraiturer...
    Ce livre est en fait à l'image de la femme qu'on imagine mais par un biais qu'on n'attendait pas. Sans acharnement ou ressentiment pour ceux qui l'entourent, elle dresse son propre portrait avec acuité et sans complaisance. On découvre sa vie qui ne fut pas toujours pleine de douceurs mais qu'elle a construit par la force de sa volonté et de son travail.
    L'intérêt réside aussi dans une écriture directe et enlevée avec par endroit un naufrage stylistique ou grammatical, que l'édition a bien fait de ne pas masquer car il restitue bien l'urgence dans lequel ce texte a été produit.