Plume/Plumisa
Quelle aventure !!

Ce roman, littéraire dans son écriture et son érudition, est très prenant. Ce qui le rend attractif et adapté à de nombreux lecteurs.
Dans cette histoire : action, amour, complots, mensonges, trahisons, missions d'envergures pour personnages exceptionnels sont présents et rythment les pages comme dans les meilleurs ouvrages d'aventures...
A mi-chemin entre le "Magellan" de zweig et "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" de M.Enard, le lecteur suit le poète François Villon depuis sa geôle en France jusqu'en Terre Sainte où l'attendent maintes péripéties et une mission cruciale.

claudialucia
La confrérie des chasseurs de livres

Nous sommes en 1462. François Villon est condamné à être pendu et va achever sa courte vie. Oui, mais il est gracié et il disparaît sans laisser de trace.
A partir de ce fait, Raphaël Jerusalmy imagine dans son roman La confrérie des chasseurs de livres que Villon emprisonné est contacté par l'intermédiaire de l'évêque de Paris, Monseigneur Chartier, pour accomplir une mission au nom du roi Louis XI. Ce dernier cherche à affaiblir le pouvoir du pape pour affermir le trône de France. La bataille va se mener sur le plan intellectuel. Avec la découverte de l'imprimerie, les livres interdits par Rome pourront être imprimés et diffusés en Europe. De quoi saper l'autorité papale tout en se gardant le droit d'intervenir au nom du pouvoir royal dans la diffusion des livres! Le roi de France n'est pas le seul à avoir eu cette idée. Les Médicis mènent le même combat.

Thierry C.

Un titre accrocheur, une image de couverture attirante, un héros nommé François Villon, une intrigue rebondissante, des escarmouches «en veux-tu en voilà», des contrées magiques à visiter, voilà de quoi alpaguer le chaland qui hante les librairies à la recherche de dépaysement.
Un livre d’aventures, c’est toujours bon à prendre !
Le poète-brigand auteur de la célèbre «Ballade des pendus», François Villon, se retrouve, en échange de sa liberté, compromis dans un obscur complot qui va nous mener jusqu’à Jérusalem.

Marc M.
Le livre n'est pas un simple objet

Suspens, intrigue, rebondissement, un "polar" historique qui redonne sa place au livre en tant qu'objet, et en tant que véhicule de l'écriture.

L'auteur offre une nouvelle vie à François Villon, poète et bandit. Il nous entraine dans l'univers magique des livres interdits ou cachés. On redouvre la puissance de cet objet, permettant de diffuser de nouvelles idées, de mettre en cause un ordre installé et une vérité établie.

L'auteur, avec talent, et culture, nous offre un merveilleux moment de littérature.

o n l a l u
François Villon, héros de thriller

De l'existence de François Villon, nous ne savons que peu de choses sinon qu'elle oscilla entre les joyeusetés du Quartier Latin et les misères de l'errance, entre les fulgurances poétiques et la prison, avant de sombrer dans l'exil, où nous perdons sa trace. En reprenant l'histoire de cet immense poète là où elle semblait s'achever, Raphaël Jerusalmy s'inscrit dans une longue tradition d'écrivains s'étant emparé du " destin Villon " pour en construire la légende, et livre un roman passionnant, aussi riche en rebondissements qu'en cocasses péripéties.

En voyant l'ecclésiastique pénétrer dans sa cellule, Villon s'attendait bien davantage à recevoir les derniers sacrements avant son exécution qu'à se voir confier une mission de la plus haute importance, émanant de Louis XI en personne et visant à asseoir son pouvoir face à l'influence du Vatican, devenue intolérable. Pour ce faire, le roi entend user d'une invention toute récente en laquelle il voit une arme fabuleuse : l'imprimerie. Car, contrairement au moine copiste, l'imprimeur n'est pas assujetti à l'autorité de l'Eglise et est donc susceptible de se vendre à qui le paie. Ainsi, accompagné de Maître Colin, son acolyte de toujours, coquillard émérite, Villon part à la rencontre de Johann Fust, imprimeur à Mayence, dans le but de le persuader de s'installer à Paris. Ce n'est que le début d'un long périple qui le mènera en Terre Sainte, des geôles de l'émir de Nazareth aux bas-fonds d'une Jérusalem envoûtante et dangereuse, au cœur d'un vaste jeu d'alliances mêlant la famille Médicis à une mystérieuse confrérie juive de chasseurs de livres...

A mi-chemin entre récit d'aventures et thriller historique prenant parfois la tournure d'une farce, ce roman enlevé ne ménage pas son lecteur tant son intrigue est imprévisible. Diplômé de l'ENS et de la Sorbonne, désormais marchand de livres ancien à Tel-Aviv après une carrière au sein des renseignements militaires israéliens, Raphaël Jerusalmy rend également hommage dans la " Confrérie " aux pouvoirs de l'objet livre et à son histoire, indissociable de l'invention de l'imprimerie et aussi mouvementée que les tribulations de Messire Villon.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u