Le Chardonneret

Le Chardonneret

Donna Tartt

Plon

  • 1 juin 2016

    Je retiens mon souffle. Le temps de rassembler mes idées, de drainer mes émotions, d'effacer quelques larmes. Le temps d'un battement d'aile, de plonger encore plus loin dans ces univers interlopes, ces mondes équivoques, cette magie qui opère page après page. Le temps d'un envoûtement, d'une lumière imparable. Le temps de laisser la beauté de ces pages m'imprégnait encore et encore, de clore cette histoire, de refermer mon livre, de reprendre mon souffle. gracedubois


  • par (Libraire)
    25 mars 2014

    Après l'éclatement d'une bombe au MET de New-York, Théo 13 ans, se trouve en possession d'un joli petit tableau "Le Chardonneret" d'un maitre flamand disciple de Rembrandt. Ce tableau est le fil conducteur de ce livre à suspens qui traite de la solitude, de la culpabilité, et qui oscille, à chaque rebondissement de l'intrigue, entre vérité et mensonge, amour et haine, réel et illusion.
    C'est un thriller qui vous prend en otage et vous empêche de voir le temps passer. A lire !
    Christine


  • par (Libraire)
    18 février 2014

    Le dernier roman de Donna Tartt, Le Chardonneret, est un véritable roman d'apprentissage, récit initiatique d'un jeune garçon dans l'Amérique d'aujourd'hui, qui se dévore comme un bon roman policier. Donna Tartt réussit grâce à son style puissant à aller puiser au fond de chacun de ses personnages, ses motivations, ses attentes et ses faiblesses.

    Le Chardonneret retrace l'histoire d'un jeune garçon, Théo qui, suite à la perte de sa mère, devra, tout simplement, affronter la vie. Diverses personnes croiseront sa route, tant pour le soutenir que pour le tirer vers l'abîme. Dans tous les cas, il ne sera pas seul, Le Chardonneret, célèbre tableau de Fabritius, sera toujours à ses côtés ...

    Un roman à ne pas manquer !


  • par (Libraire)
    12 février 2014

    Captivant !

    Un roman impressionnant par on épaisseur (800 pages) mais surtout par sa qualité. C'est une vaste saga accrocheuse et foisonnant, bourrée de références artistiques et littéraires.
    Alors qu'il visite un musée, un attentat laisse Théo orphelin de mère. En fuyant, il croise un vieil homme qui, avant de mourir, lui ordonne d'emporter un célèbre tableau de Fabritius qu'admirait sa mère, et lui remet un anneau à porter à un ami, Hobbie, un antiquaire. La perte de sa mère demeurera une plaie ouverte qui ne cessera de le déchirer toute sa vie et que ne calmera, en apparence, que la présence le plus souvent cachée du tableau.
    Théo ne cessera de vivre dans cet entre-deux entre le souvenir lumineux de l'vant de l'attentat qu'entretient la possession du tableau et la déchéance, l'obscurité, les relations destructrices, les activités de faussaire, les drogues et l'alcool. Seules des amitiés fidèles, celle de Boris, celle de Hobbie chez qui il habite, l'existence de Pippa la jeune fille entrevue au musée, entretiennent sa volonté de vivre dans "une zone intermédiaire (...) à la fois amour et absence d'amour, présence et disparition)".
    Splendide !


  • 11 février 2014

    A treize ans, Theodore Decker perd sa mère et en même temps se retrouve en possession d'un tableau de maître "Le Chardonneret". L'un et l'autre sont liés par un seul et même événement. Le genre d'événement qui vous marque à vie et Théo le sera. A partir de ce moment, on suit donc Théodore pendant plus de quinze ans. Des quartiers huppés de New-York en passant par la boutique d'un antiquaire, de Vegas et ses excès jusqu'à Amsterdam.
    J'aurai aimé crier au coup de cœur, vous dire que j'ai trouvé ce roman passionnant. Et il est vrai qu'au départ, je me suis plongée dans les aventures de Théo avec un certain enthousiasme qui malheureusement s'est transformé en ennui au fil des pages. Des longueurs interminables, des personnages trop proches de la caricature.

    J'ai failli l'abandonner à plusieurs reprises en gardant cet espoir qu'il y aurait ce déclic qui me permettrait de renouer avec Théo. Hélas il ne s'est pas produit.
    Alors oui, il y a des passages qui m'ont intéressée mais ils étaient trop rares. Pourtant ce roman d'apprentissage a des qualités mêlant suspense, péripéties, amour, amitié et l'art.

    J'ai persévéré voulant connaître le fin mot de l'histoire et c'est mon erreur. Ma lecture était déjà faussée et si je l'ai poursuivie il s'agissait pour ce seul et unique but (qui en plus m'a déçue).

    L'alchimie ne s'est par produite et je le regrette.


  • par (Libraire)
    4 février 2014

    Théo, un jeune garçon de 13 ans, survit à l'explosion qui a coûté la vie à sa mère lors d'un attentat dans un musée new-yorkais. En tentant de sortir des décombres, il découvre un vieil homme qui, avant de mourir, lui donne une bague, une adresse et lui ordonne de prendre un tableau, le Chardonneret, tableau du peintre hollandais Carel Fabritius.
    Nous allons suivre Théo, du foyer d'une riche et aimante famille jusqu'à Las Végas et Amsterdam, dans les milieux de la drogue et de l'art.
    Un très beau roman qu'on ne peut pas lâcher et qui explore à merveille les doutes de l'existence.
    A lire absolument.


  • par (Libraire)
    10 janvier 2014

    Petit oiseau

    C'est un roman sur la fragilité des choses, sur le deuil, les rencontres belles ou moins belles que l'on fait dans la vie et qui font que rien n'est jamais vraiment anodin. Une fresque qui nous fais voyager de New York à Las Vegas et jusqu'à Amsterdam sur les traces du jeune Théo. Je ne veux pas trop en dire mais sachez qu'il ne faut pas être impressionné par le nombre de pages : c'est passionnant et ça se lit tout seul ! Je me suis tout de suite attachée au personnage de Théo si bien que je ne pouvais pas me détacher de ce roman. Un de mes gros coups de coeur cette nouvelle rentrée.