Debout payé

Debout payé

Gauz

Le nouvel Attila

  • par (Libraire)
    19 mars 2016

    Un regard satirique sur l'intégration de la communauté africaine à Paris, ponctué de réflexions percutantes du vigile sur la société contemporaine. ça sent le vécu !
    Céline


  • 13 mai 2015

    immigration, Paris

    Est-ce vraiment un roman ? Oui et non.

    Le livre s’ouvre sur les aphorismes dont les journalistes de tous poils se sont fait des gorges chaudes : les anecdotes d’un vigile.

    Mais le livre est aussi plus profond qui propose, après ce premier chapitre, une fiction sur le thème de l’immigration africaine à Paris. L’auteur nous fait enfin entendre sa vraie voix.

    C’est celle que j’ai préférée, nous décrivant un milieu métissé et pluri-culturel.

    Un ouvrage plus descriptif que proposant une véritable analyse de fond. Mais une lecture que j’ai appréciée.

    L’image que je retiendrai :

    Celle des multiples costumes de la « communauté africaine » : chaque population a sa propre façon de s’habiller classe.

    Quelques citations :

    « D’un centre commercial à autre. Quitter Dubaï, la ville-centre-commercial, et venir en vacances à Paris pour faire des emplettes aux Champs-Elysées, l’avenue-centre-commercial. Le pétrole fait voyager loin mais rétrécit l’horizon. » (p.48)

    « Ossiri se disait qu’on ne pouvait pas faire confiance à un chien que son maître avait baptisé Joseph en l’honneur de Staline, Mobutu et Kabila, trois dictateurs partageant le même prénom et un certain sens de la cruauté. » (p.75)

    https://alexmotamots.wordpress.com/2015/05/04/debout-paye-gauz


  • par (Libraire)
    3 octobre 2014

    Bel OVNI de cette rentrée littéraire que ce livre de Gauz très volontairement inclassable : à la fois roman, recueil de brèves sur le métier de vigile et par moment frisant l'essai. Très drôle dans ses chapitres de vie de vigile, bien enlevé dans le roman qui narre les trajets successifs de Ferdinand, Ossiri et Kassoum, venus d'Afrique pour trouver du travail et aider leur famille au pays à subsister. Très significatif dans le récit de chaque époque, selon que les immigrés sont les bienvenus ou soupçonnés d'être des terroristes en puissance.
    Les brèves viennent apporter des éléments de légèreté dans un ensemble certes allègre dans son mode de narration mais témoignant de vies difficiles.


  • par (Libraire)
    5 septembre 2014

    Le vigilant

    C'est l'histoire d'un étudiant ivoirien devenu vigile dans un magasin "Camaïeu" de Bastille et dans un magasin "Séphora" aux Champs-Élysées. Depuis son poste d'observation, Ossiri décrit ce qu'il voit c'est-à-dire nous... et c'est très bien vu ! Ses réflexions, il nous les livre dans une sorte de petit glossaire qui vient ponctuer son histoire, celle d'un émigré africain à Paris.
    C'est souvent drôle, grinçant parfois mais toujours très juste. Je suis sûre qu'après avoir lu ce livre, vous ne regarderez plus les vigiles comme avant!