L'année sans été

L'année sans été

Gillen D'Arcy Wood

La Découverte

  • 9 novembre 2016

    Coup de coeur de Frédérique

    En 1816, le volcan Tambora, Indonésie entre en irruption. Pendant trois jours, sa puissance s’étend sur 1 400 km. 11 000 morts directs. Le récit même de cette catastrophe est passionnant mais ce qui l’est tout autant ce sont toutes les conséquences de cet événement.
    Première catastrophe « à effet papillon » recensée par l’histoire : famine, épidémie, une stratosphère polluée dérivant à travers le monde, des tsunamis, des fontes de glaciers. Première catastrophe climatique aux conséquences de plus de 200 000 victimes touchées par voie indirecte.
    C’est une année sans été ; Turner va peindre des ciels aux couleurs encore inconnues ; Marie Shelley écrit Frankenstein. Le monde reste sombre.

    Un récit historique méconnu qui vous surprendra.

    Frédérique


  • 5 septembre 2016

    essai

    J’avais entendu dire que le Frankenstein de Mary Shelley avait été écrit suite à un été sombre. J’ai découvert en lisant ce livre que le fameux été avait duré 3 ans de suite et qu’il avait produit bien plus qu’un chef d’oeuvre de la littérature.

    Du volcan, je ne connaissais rien, même pas son nom (et pourtant, j’avais entendu parler du Krakatau). C’est l’année du bicentenaire de son réveil.

    Même les fermiers américains ont été touchés, ce qui a créé la première crise économique mondiale (bien avant le Jeudi Noir). Sans oublier les agriculteurs irlandais avant la maladie de la pomme de terre.

    De même qu’au Yunnan, en Chine, les agriculteurs sont passés de la culture de subsistance des céréales, à la culture de rapport de l’opium, plus rentable.

    L’auteur fait le lien entre l’éruption du Tambora et l’éruption de Santorin en 1628 av. J.C. qui avait précédé la chute de la civilisation minoenne, la légende de l’Atlantide et l’exode des Hébreux hors d’Egypte (p.59).

    Une lecture enrichissante.

    L’image que je retiendrai :

    L’auteur semble partir de l’éruption du Tombora, mais il ne nous parle que du roman de Mary Shelley. Habile.

    http://alexmotamots.fr/?p=2187