Conseils de lecture

L'HISTOIRE DE CLARA
15,00
par (Libraire)
6 mai 2009

Clara n'est encore qu'un bébé lorsque sa famille est arrêtée par la gestapo.
La petite fille juive est d'abord recueillie par une vieille voisine...
L'histoire bouleversante d'une enfant juive pendant la seconde guerre mondiale.

Dès 10 ans.



Billie et les rois de la nuit
par (Libraire)
6 mai 2009

Billie a quitté sa fourmilière et mène une vie de bohème en compagnie des papillons de nuits, cigales et lucioles.
Tout ce petit monde paresse le jour mais quand vient le soir,la bande s'anime pour former un orchestre.Un soir, Billie n'est pas au rendez-vous...
Da Silva met une nouvelle fois son talent au service d'une histoire émouvante qui aborde avec pudeur le caractère éphémère de notre existence.

Pour les petits et les plus grands, dès 6 ans.


L'étoffe des songes scénario
par
4 mai 2009

Romanesque, forcément...

Raconter une histoire dans un livre sans récit.
Défi du scénariste qui la plume à la main s’interdit le narratif pour que l’histoire se donne à voir.
L’étoffe des songes, sous sa belle couverture de déchirure amoureuse, n’est pas un roman ; et pourtant, rares sont les romans contemporains qui méritent autant que ce texte le qualificatif de romanesque, ou du moins, qui le méritent d’aussi jolie manière.
Romanesque forcément le héros, le jeune Pierre-Alain à la beauté magique, lui-même fait de cette "étoffe des songes" chère à Shakespeare, qui rêve sa vie plus qu’il ne la mène ; sous le charme duquel tombe Marie — à moins qu’elle ne s’y élève, perdant délibérément contact avec la réalité sordide d’une désunion conjugale.
Car la vie de Pierre-Alain est une fiction perpétuelle.

Meneur de jeu d’une organisation de revendeurs à la sauvette qui arrêtent les passants — surtout les passantes — afin de leur fourguer pour dix euros une petite chouette made in Taïwan qui n’en vaut pas un ; il élève son business au niveau de l’art. (Les recommandations aux subordonnées ne sont pas sans évoquer certains discours de Peachum dans L’Opéra de quat’sous de Brecht ; à ceci près que, pour ce qui est du pouvoir de séduction, Pierre-Alain est plus proche de Macky-le-Surineur.)

Rien d’étonnant dès lors à ce que Marie lui tombe dans les bras, engluée qu’elle est dans un divorce refusé par un mari veule et amoureux. Pourtant tout les sépare, à commencer par l’âge, le milieu ; évidences sociales que Marie brave sans honte, sans voir qu’un traumatisme ancien a depuis longtemps projeté Pierre-Alain dans un monde de rêves, fait de courses sans retour sur le vaste dos de la mer, qu’elle n’entreverra que bien tard.

Et pourtant, malgré ce contenu si romanesque, L’étoffe des songes n’est pas un roman.

C’est un scénario, fait pour le cinéma, et qui pour notre plaisir retourne au livre.
Ce n’est pas sans conséquence sur la lecture. Tout est écrit pour l’œil, et pour l’oreille.
Cela donne aux personnages une intéressante opacité : sans analyse psychologique, ils sont pour le lecteur l’objet d’une perpétuelle et nécessaire tentative d’interprétation ; ce qui permet une ouverture du sens. Cela rend aussi parfois la lecture un peu difficile pour qui n’est pas habitué : il faut se faire aux changements de décors sobrement évoqués car très fréquents — c’est aussi ce montage alterné qui donne son rythme au film ; et accepter de ne comprendre qu’avec un léger retard le rôle des nouveaux personnages quand ils entrent en scène (ou plutôt, devrais-je dire, dans le champ de la caméra) — en effet, il n’y a pas, comme pour le théâtre classique, la liste des rôles au début du livre, qui permet de s’y retrouver.
Il faut donc simplement accepter d’apprendre encore une fois à lire autrement. Mais n’est-ce pas aussi ce que tout livre devrait exiger de son lecteur ?


Joshua ou La mer des histoires, Préface de Roland Jourdain

Préface de Roland Jourdain

Millefeuille

12,00
par (Libraire)
2 mai 2009

Le petit Joshua rêve de connaître à son tour les secrets de l'océan mais chaque soir, il rentre au port sans aucune histoire merveilleuse à raconter.Le petit navire va alors trouver de l'aide auprès d'une goélette blanche...
Un bel album qui donne le goût de l'aventure.