Conseils de lecture

Les émois d'un marchand de café, roman

roman

Bernard de Fallois éditions

19,05
par (Libraire)
19 avril 2005

A 59 ans, Guillaume Tranchemontagne doit subir une banale opération. C'est l'occasion, pour lui de jeter un regard sur sa vie, qui donne toute l'apparence d'une réussite : fortune réalisée dans le commerce du café, travail avec ses enfants. Soudain, tout lui apparaît comme un ratage total. Il entreprend donc de  "réparer" et de consacrer son temps et sa fortune à ce projet...au grand dam de ses proches! Les péripéties se succèdent, cocasses ou dramatiques...


Le crayon du charpentier
6,00
par (Libraire)
19 avril 2005

1936 : Peu après le coup d'état de Franco, dans une prison, quelques "anarchistes" attendent : tous condamnés. L'un d'entre eux, un jeune peintre dessine avec un crayon de charpentier la vie et les heures au quotidien, sous l'oeil vigilant d'Herbal. Après les exécutions, Herbal ne peut s'empêcher de ramasser le crayon : dès lors, l'homme de mains des fascistes devra apprendre à vivre avec cet autre qui ne le quittera plus. Un ouvrage tout en finesse et en symboles...


Les Corps subtils, roman
17,00
par (Libraire)
19 avril 2005

Tout dans ce petit bijou d'écriture est fait de finesse, d'un habile va et vient entre réeel et imaginé, entre présent et passé, entre ici et ailleurs. Entrelacs de Paris et d'Afrique, rêve d'amour entrevu et embrasement des sens, contraste du savoir encyclopédique des lumières et de l'approximation pseudo-mao, choc de la traite des nègres et du traitement des sans papiers. L'architecture du roman est construite avec précision. La phrase de Dantec a du souffle, du rythme. Elle est belle, ample, poétique. Réellement un grand bonheur de lecture. Fin, subtil.


Sur l'eau, roman

roman

Gallimard

14,25
par (Libraire)
19 avril 2005

David, sain, beau, sans problèmes. Anton, comme David est lui aussi un athlète fait pour ramer. C'est l'avant guerre. Leni Riefenthal aurait pu filmer leur préparation olympique sous la houlette de leur entraineur allemand dont le seul leitmotiv est la discipline, encore la discipline et toujours la discipline. Cinq ans après, la guerre a balayé toute insouciance de ce vieux monde.
Un roman écrit avec élégance sur l'amitié et la découverte d'un certain bonheur fait de chair, de muscles, d'eau et de bois.


MON OMBRE
13,80
par (Libraire)
19 avril 2005

A travers l'histoire de cette femme aux multiples facettes, Christine Falkenland nous livre un superbe travail d'écriture. Une écriture au ras des mots, sur un fil de rasoir, débarrassée de toutes métaphores, faisant sienne cette phrase de Tolstoï : " un roman doit – être efficace ". Roman efficace mais pas dépourvu de sensibilité ni d'émotion, tout au contraire. L'auteur nous livre un personnage abrupt, et nous laisse le soin de faire parler nos sens.