Conseils de lecture

Sur l'eau, roman

roman

Gallimard

14,25
par (Libraire)
19 avril 2005

David, sain, beau, sans problèmes. Anton, comme David est lui aussi un athlète fait pour ramer. C'est l'avant guerre. Leni Riefenthal aurait pu filmer leur préparation olympique sous la houlette de leur entraineur allemand dont le seul leitmotiv est la discipline, encore la discipline et toujours la discipline. Cinq ans après, la guerre a balayé toute insouciance de ce vieux monde.
Un roman écrit avec élégance sur l'amitié et la découverte d'un certain bonheur fait de chair, de muscles, d'eau et de bois.


Ousmane Sow, le soleil en face

le soleil en face

Actes Sud

par (Libraire)
19 avril 2005

Après le pont des arts, découvrez les sculptures d'Ousmane Sow. Déjà Sitting bull est impressionnant de force et de beauté. Ses sculptures viennent d'ailleurs : personnalisation troublante de l'homme...à la fois violente et fraternelle.


Mamma, li Turchi !, roman
16,30
par (Libraire)
19 avril 2005

"Maman, les turcs !"...attention danger ! Si vous vous sentez d'humeur intolérante, ne lisez surtout pas le dernier Matzneff. Un récit ô combien allègre, mais fort peu orthodoxe, des pérégrinations italiennes et amoureuses d'un quintet d'étudiants... pour le moins atypiques. Sinon, point n'est besoin de parler la langue de Dante pour savourer la subtile impertinence de ce roman, beaucoup moins innocent qu'il n'y paraît.


Tambours blancs, roman

roman

Le Livre de poche

par (Libraire)
19 avril 2005

Ca commence très mal, ça finit plutôt bien. Ils sont deux Robinsons bretons : Sauveur et Ben, son petit garçon, seuls rescapés d'une tragique fortune de mer. C'est à bord d'un Dodge aménagé selon le "concept d'autonomie totale", par leur ami Marc-Aurèle, génial bricoleur et philosophe génial, qu'ils atteindront leur "île" paradisiaque, une grotte du Sud marocain. Ensemble, au terme d'un incroyable voyage, ils y retrouveront le goût de vivre.


Les corps subtils, roman
17,00
par (Libraire)
19 avril 2005

Tout dans ce petit bijou d'écriture est fait de finesse, d'un habile va et vient entre réeel et imaginé, entre présent et passé, entre ici et ailleurs. Entrelacs de Paris et d'Afrique, rêve d'amour entrevu et embrasement des sens, contraste du savoir encyclopédique des lumières et de l'approximation pseudo-mao, choc de la traite des nègres et du traitement des sans papiers. L'architecture du roman est construite avec précision. La phrase de Dantec a du souffle, du rythme. Elle est belle, ample, poétique. Réellement un grand bonheur de lecture. Fin, subtil.