Conseils de lecture

Baad
8,10
par (Libraire)
18 décembre 2017

Diriger un service de police criminelle n'est pas la plus facile ni la moins dangereuse des professions, et c'est d'autant plus vrai lorsque l'on a en charge la ville de Kaboul et ses environs. Même pour le colonel Oussama Kandar, qui a autrefois combattu les russes puis les talibans auprès du commandant Massoud et a su imposer le respect par sa droiture et ses faits de bravoure. En Afghanistan, la violence, la pauvreté et la corruption sont à ce point endémiques qu'il est devenu quasiment impossible de mener à bien une enquête. Pourtant un tueur en série sévit sur Kaboul, les corps de trois fillettes ont été retrouvés en quelques semaines. Le modus operandi similaire et la régularité des crimes ne laissent planer aucun doute sur le fait que l'assassin va recommencer. Dans dix jours, certainement, si rien n'est tenté pour mettre fin à ses agissements. Ainsi commence « Baad », qui s'avère tout autant qu'une enquête policière, une aventure passionnante au cœur de l'Afghanistan, avec pour guide un expert totalement séduit par ce pays magnifique mais trop longtemps malmené. Si ce roman nécessite (peut-être) une légère période d'acclimatation, le lecteur n'aura qu'une urgence une fois "Baad" refermé, passer à la suite, « Kaboul express », parue en 2017 chez Robert Laffont.


La 2 CV, la nuit

Place, François

Du Sonneur

13,50
par (Libraire)
5 décembre 2017

La nostalgie de l'enfance

François Place est auteur et illustrateur pour la jeunesse et vit en région parisienne.
Avec "La 2 CV, la nuit", il accepte de regarder par dessus son épaule et de nous livrer un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître.
Scolarisé en banlieue parisienne, le jeune François Place passait toutes ses vacances à 500 kilomètres de là, dans une ferme corrézienne.
Veaux, vaches, cochons, poules ou encore lapins sont autant de souvenirs qui ont inspiré l'auteur au point qu'il dédie à chacun un chapitre de son livre. L'imagerie paysanne de François Place fait aussi la part belle aux hommes et aux femmes qui composent ce tableau champêtre. À la manière des grands réalistes, il déploie cette nostalgie de l'enfance avec générosité et bienveillance tant à l'égard des animaux qu'à celui des hommes. L'oncle Roger est un faux calme à l'allure immuable, tata Louisette une maîtresse femme qui dirige sa maison d'une main de fer, quant à Mémé Malognioux, elle louche et fait la moue.
Jeune garçon lunaire au grand dam de sa grand-mère, François Place a forgé son imaginaire d'illustrateur et de conteur dans ces paysages de campagne où l'horizon semble infini.
Nous sommes touchés par la portée universelle de ce récit qui nous intime de ne pas oublier notre part d'enfance. Les images d'Épinal de l'auteur sont les nôtres car elles sont propre à l'enfance ; c'était l'époque où les adultes étaient des géants, où l'on passait les vacances en famille parmi tous nos cousins, où l'on goûtait à l'ennui et aux pouvoirs de l'imagination.
En rédigeant ce récit, il me semble que François Place remercie l'enfant qu'il a été et d'une certaine manière nous invite à en faire de même.
Et si toutefois vous avez un jour eu l'honneur de voyager en 2 CV, vous serez émus aux larmes à l'évocation de ses caractéristiques indétrônables car il faut bien se rappeler que dans son cahier des charges, cette routière, inégalée depuis, devait rouler à travers champs sans casser des oeufs.


La meilleure des vies, Des bienfaits insoupçonnés de l'échec et de l'importance de l'imagination

Des bienfaits insoupçonnés de l'échec et de l'importance de l'imagination

Grasset

12,00
par (Libraire)
4 décembre 2017

Comme un souhait

La papesse de la littérature de jeunesse se fend d'un beau discours en cette fin d'année.
En 2008, la prestigieuse université de Harvard lui a demandé de prononcer le discours de fin d'étude afin d'accompagner les jeunes diplômés vers leur vie professionnelle. Les éditions Grasset ont décidé de le publier.
C'est avant tout un joli objet dans lequel J.K. Rowling se sert de sa propre expérience pour rappeler les vertus de l'échec et la puissance de l'imagination.
C'est aussi un petit cadeau tout simple à mettre au pied du sapin et qui touchera le plus grand nombre.


Assassins d'avant
18,00
par (Libraire)
4 décembre 2017

Au commencement, il y a Adèle Moineau-Lemeur, qui décide de percer le silence entourant la mort de sa mère, vingt-cinq ans plus tôt. Une mort dans des circonstances peu communes : un élève de dix ans tire dans le dos de son institutrice, en train d'écrire un poème au tableau. Cela semble inconcevable et c'est pourtant ce qui se produisit. Aujourd'hui, ce manque de mère empêche Adèle de s'épanouir dans sa propre existence et elle recherche des témoins de cet ancien drame. Elle contacte Manuel Ferreira, qui fut parmi les élèves présents dans la classe ce jour-là. Mais n'est-ce pas une véritable boîte de Pandore que la jeune femme s'apprête à ouvrir ?
Dans cette histoire à deux voix, celles d'Adèle et de Manuel, la tension est grandissante jusqu'au point final. De roman en roman, Elisa Vix a su affûter une écriture soignée et qui fait mouche, laissant le lecteur sous le choc.


Simplement mad ! , Manifeste pour le droit à des recettes simples, bonnes et bretonnes

Manifeste pour le droit à des recettes simples, bonnes et bretonnes

Trop Mad

29,00
par (Libraire)
15 novembre 2017

Bien et bon !

Depuis quelques années, Nathalie Beauvais livre ses secrets de cuisine dans des livres très appétissants : "Vive le blé noir", "Vive le poisson", "Vive les légumes"… Voici “Simplement mad !”, un titre ingénieux qui renvoie à la langue bretonne, puisque "mad" signifie bien et bon, et au mot anglais bien connu "mad" : fou ! Il s’agit là de célébrer une cuisine bretonne confectionnée avec des produits du cru, en y ajoutant un zeste de folie avec des épices et des associations de goûts qui changent tout ! Tout cela en des dizaines de plats de tous les jours, pour faire sans stress des recettes inratables !
Et, cerise sur le gâteau, Nathalie Beauvais pense aux intolérants au gluten et au lactose à toutes les pages... Et elle pense aussi à remplir nos verres, avec des accords mets-vins qui confinent à la perfection !
Si le Père Noël m’apporte ce livre, je l’invite à dîner !