Conseils de lecture

Maintenant, comme avant
17,00
par (Libraire)
22 août 2019

Un air de Rose du Petit Prince...

Langueur estivale, règlements de comptes et premiers émois amoureux sous la plume de cette chroniqueuse entendue sur France Inter. Ce second roman au ton acéré rappelle les personnages truculents et attachants de Marie-Sabine Roger.


Helena
9,20
par (Libraire)
22 août 2019

Une histoire fascinante de noirceur !

Dès le premier chapitre d'Helena, le ton est donné : la tension palpable, cette sensation que le danger et le drame couvent ne vous lâchera pas. Le lecteur devient témoin et sent comme une épée de Damoclès au-dessus des personnages que Jérémy Fel lui fait rencontrer. Car Helena, c'est bien cela, une rencontre : avec Hayley, Norma, Tommy, Graham, etc. Mais c'est aussi une rencontre avec soi-même, sa dualité, ses peurs, sa conscience et ses propres limites.
Jérémy Fel nous pousse à imaginer pour ses personnages un futur qui, à peine entrevu, se dérobe à eux et, dans le meilleur des cas, se réinvente. Mais au fait, qu'en est-il d'Helena, dans l'histoire, demanderez-vous ?
Ce roman est tout aussi noir et violent que puissant et fascinant, je l'ai refermé à regret.


Rien n'est noir
19,50
par (Libraire)
21 août 2019

Une vie en couleurs

Un roman kaléidoscopique qui nous donne à voir la vie de Frida Kahlo à travers le prisme de sa passion dévorante pour Diego Rivera. Une lecture intense et colorée, comme le fut la vie de cette femme et artiste hors du commun.


LOUVRE
18,00
par (Libraire)
21 août 2019

Josselin Guillois nous raconte le déménagement mouvementé que vécut le Louvre au moment de la Seconde Guerre mondiale. Pour ce faire, il imagine le journal intime de trois femmes, toutes trois proches de Jacques Jaujard, alors directeur du Louvre et des musées nationaux. Avec ce très bon premier roman, Josselin Guillois interroge sur la place de l’Art dans la société.


Soir de fête
18,00
par (Libraire)
21 août 2019

C’est une enquête romancée. Celle de celui qui part sur les origines de son grand-père, né d’un viol. Ça se passe en 1922, à Sougy, un petit village de la Beauce. Lors d’une soirée de bal, plusieurs filles seront violées, trois auront un enfant. Et c’est bien ainsi qu’on parlera de ces femmes : « elles ont eu un enfant ». Le mot viol ne sera pas prononcé dans cette France de début XXème. En explorant la notion de consentement, Mathieu Deslandes observe l’évolution des mœurs, et constate que ce qui était indicible à l’époque a aujourd’hui trouvé parole.