12 juillet - Pourquoi la Terre est ronde ?

⚡Les Éclaireurs, édition 2019 ⚡

12 juillet - Pourquoi la Terre est ronde ?

Le 12 juillet, 18h, rendez-vous avec Alain Riazuelo.

Depuis 1968 et les premiers clichés de la Terre vue de la Lune, pris par l’équipage d’Apollo 8, il est évident pour (presque) tout le monde que notre planète est une boule bleue et blanche. Bien avant ces photographies, les Grecs avaient déjà réussi à déterminer avec certitude que la Terre est ronde.
Épopée de 2000 ans de quête scientifique riches de rebondissements et de suspense. Voyage dans le temps et dans l’espace ! Embarquement immédiat…

Pourquoi la Terre est ronde
16,00

Depuis 1968 et les premiers clichés de clair de Terre vu de la Lune pris par l’équipage d’Apollo 8, il est évident pour (presque) tout le monde que notre planète est une boule bleue et blanche, et non pas un disque ou quoi que ce soit d’autre. Mais, bien avant eux, les Grecs anciens avaient réussi à déterminer avec certitude que la Terre est ronde sans quitter sa surface. Une quête scientifique de plus de 2000 ans où le génie et la ténacité humaines se sont glorieusement illustrés car l’Homme n’a eu de cesse de chercher à mesurer le monde : la forme de la Terre, sa masse, son mouvement, sa position dans l’Univers...

Un voyage dans le temps et une traversée du globe, puisque cette quête de la précision fut le motif de grandes expéditions. Savoir mesurer la position des étoiles a permis de dresser des cartes fiables, indispensables pour gagner les guerres ou maîtriser les routes maritimes commerciales. Une épopée racontée comme un roman d’aventures avec des rebondissements et du suspense. Les astronomes ont composé avec les guerres, le pouvoir religieux, les excentricités des Rois, la météo... et leurs propres faiblesses.

Alain Riazuelo, chargé de recherche CNRS à l’Institut d’astrophysique de Paris, consacre ses recherches à l’histoire de l’Univers primordial et aux trous noirs.


Les trous noirs, À la poursuite de l'invisible

À la poursuite de l'invisible

De Boeck supérieur

17,90

Les trous noirs. Derrière ce nom qui nourrit l'imaginaire collectif se cachent des astres conceptuellement très simples mais également très difficiles à étudier. Simples de par leur définition : ce sont tout simplement des objets capables de piéger la lumière en leur sein. Difficiles, parce que d'une part ils sont le siège de phénomènes gravitationnels extrêmes, et d'autre part parce que, du fait même de leur définition, les trous noirs sont difficiles à observer.

Une quête scientifique et intellectuelle longue de plus de deux siècles. Une aventure passionnante à laquelle Alain Riazuelo convie tous les amateurs d'astronomie.


Le Beau Livre de la Terre - 2e éd., De la formation du système solaire à nos jours

De la formation du système solaire à nos jours

Dunod

29,00

De la violence des premiers temps géologiques au foisonnement de la vie et à l’apparition de l’Homme et son impact sur son environnement, cette nouvelle édition actualisée retrace 200 grandes étapes de l’histoire de la Terre.
• Chaque événement est expliqué et illustré par une magnifique image.
• Les plus grands savants sont présents : retrouvez Georges Cuvier, Charles Darwin ou encore Alfred Wegener !
Plongez dans ce livre, lisez-le d’une traite ou dégustez-le au gré de vos envies, pour découvrir les mystères de notre planète.


L'invention de la Terre
17,00

Comment a-t-on inventé la Terre ? La réduction de la sphère au plan, l'invention de la carte, puis celle de la perspective, ont lentement permis de mesurer et de contrôler un territoire devenu l'espace où établir et déployer nos activités. L'auteur retrace l'histoire de cette invention - et s'interroge.

Car ce modèle s'est effrité. Ce qui se substitue à lui pour notre égarement, ce sont les réseaux, situés à la fois nulle part et partout : un milieu bio-électronique et souvent immatériel issu de la somme des différentes unités d'information - ondes, câbles, fibres..., autant d'éléments qui ne peuvent reposer sur un territoire et agissent selon des modalités différentes de celles adoptées par la perspective où nous avions vécu jusqu'alors.

Ce « domaine » de l'information se configure comme un véritable antimonde invisible, à l'intérieur duquel se situe le mécanisme de fonctionnement et de contrôle du monde physique que nous voyons. Le caractère immatériel de l'information a progressivement érodé et déplacé le concept de ville et de territoire, donc de citoyenneté et d'identité. L'État lui-même perd sa stabilité et commence de céder devant tant de flux. En sorte qu'il est devenu impératif de résoudre la question de la reconfiguration des tissus urbains et sociaux qui ont durement subi, avec l'esprit lui-même, les effets de cette nouvelle invasion technique. Il faut réinventer les données qui nous avaient servi à percevoir le monde.

Par la séduction de son écriture et le rythme de ses chapitres associant la brièveté à l'ampleur d'une fresque - on y rencontrera aussi bien Homère que Brunelleschi, Linné que Melville... -, l'ouvrage nous convie à cette réinvention, que l'auteur sait rendre bien plus jubilatoire qu'angoissée.


Mesurer le monde, 1792-1799, l'incroyable histoire de l'invention du mètre

1792-1799, l'incroyable histoire de l'invention du mètre

Flammarion

9,00

En 1792, deux astronomes, Jean-Baptiste Joseph Delambre et Pierre François André Méchain, quittent Paris, l'un vers le nord, l'autre vers le sud. Leur compagnie ? Quelques assistants. Leur bagage ? D'étranges instruments, et une précieuse lettre de mission signée du roi Louis XVI. Leur but ? Mesurer la Terre.
C'est que sous l'Ancien Régime, les Français jonglent quotidiennement avec poids et mesures : lieues, toises, aunes, pouces et pieds, près de huit cents noms coexistent et varient en fonction des usages locaux. À Paris, une pinte de bière est un tiers moins remplie qu'à Saint-Denis...
Pour définir le mètre d'après les dimensions de la Terre, nos deux savants prennent la route. Commence alors un périple de sept années, menacé par les soubresauts de la Révolution, au terme duquel - non sans mal ! - la tour de Babel des poids et mesures sera enfin abattue.
« Un livre incroyablement original, qui met le passé en pleine lumière. »
The New York Times