Dossiers

L'Arbre vengeur

Planté en 2002, l’Arbre vengeur, désormais à l’âge de raison,
continue de croître déraisonnablement et d’étendre ses frêles branches au-dessus des territoires de l’étrangeté, de l’excentricité, de la folie et… de la beauté.

Cinquante titres d’auteurs enterrés dont la tombe remue encore, d’auteurs vivants décidés à ne pas s’en laisser conter et d’auteurs étrangers découverts au-delà de nos sages forêts.
Cinquante titres sous des couvertures qui affichent leur évidente modernité et accompagnés, souvent, d’illustrations qui tentent de les éclairer différemment.

Trois collections apportent leurs nuances à ce tronc griffé :
• Forêt invisible, animée par Robert Amutio, pour le domaine
hispanique (avec le Mexicain Mallard, l’Argentin Covadlo,
l’Équatorien La Cuadra) ;
• Selva selvaggia entretenue par Lise Chapuis, pour le domaine
italien (avec Ernesto Franco, Marco Lodoli, Eduardo Rebulla,
Edmondo de Amicis, Gabrielle D’Annunzio) ;
• L’Alambic, distillé par Éric Dussert, pour des redécouvertes
intrépides (avec Régis Messac, Marc Stéphane, Leo Lipski,
Loys Masson, Alfred Franklin).

Les bois étant profonds et notre esprit de vengeance insatiable, l’Arbre vengeur poursuit son patient travail de plantation.
N.E. / D.V.

Voir le dossier complet
Prix Oedipe 2011

La trêve des confiseurs à peine achevée, les responsables des groupes de lecture du « Prix OEdipe des libraires » se sont retrouvés à Paris afin de faire un premier tri parmi les
quelques trois cents livres publiés chaque année dans le vaste champ de la psychanalyse. Diversité des thèmes,
pluralité des références associatives, variété des éditeurs grands ou petits, caractérisent les ouvrages retenus dont
les seuls critères communs sont l’intérêt et la lisibilité. C’est
ensuite aux libraires de faire le choix des ouvrages qui sont proposés à vos suffrages.

Le champ psychanalytique ne se résume pas à la clinique, mais celle-ci doit, bien entendu, retenir toute notre attention. L’ouvrage de Pierre Kammerer : « L’enfant et ses traumatismes » est un excellent exemple de la manière dont les psychanalystes doivent interroger la théorie par la pratique : sans à priori et sans langue de bois. La
psychanalyse est aussi affaire d’écriture. Miguel de Azambuja dans son livre « Et puis, un jour, nous perdons pied » nous montre à sa façon comment un analyste, par son style, peut rendre compte différemment de sa pratique.

L’écrivain précède le psychanalyste dans sa démarche de recherche. Cela n’empêche pas le psychanalyste de
rejoindre ultérieurement l’interrogation de l’écrivain.
Philippe Lacadée a choisi dans son livre « Robert Walser, le promeneur ironique » de nous faire découvrir un auteur peu connu, mais dont les interrogations rejoignent les
nôtres sur la position subjective à l’oeuvre dans la psychose. Enfin, la psychanalyse questionne aussi le
monde où nous vivons. C’est le cas du livre de Gérard Wajcman « L’oeil absolu » qui pointe la dérive actuelle d’un
regard supposé universel, mais qui voit de moins en moins. C’est aussi celui de Slavoj Zizek trublion permanent de la pensée unique qui dans son livre
« Jacques Lacan à Hollywood et ailleurs » nous invite, grâce au cinéma comme support, à découvrir in vivo la pensée
dérangeante de Jacques Lacan.
Bonne lecture à tous et n’oubliez surtout pas de voter !

Pour voter : rendez-vous au rayon sciences humaines de la librairie ou sur contact@librairiedialogues.fr

Voir le dossier complet
De l'exil à l'intégration

Les libraires du rayon Actualité, Politique et Sociologue vous ont préparé une sélection bibliographique sur le thème "De l'exil à l'intégration".

Voir le dossier complet
Vieillir ?

Les libraires du rayon sciences humaines vous ont préparé une bibliographie sur le thème du vieillissement... Et le fait de vivre plus longtemps.

Voir le dossier complet
Femmes fatales

A l'occasion de la parution du dernier livre de James Ellroy, "La malédiction Hilliker", récit autobiographique qui met en scène toutes les femmes qui ont compté dans la vie de l'auteur (mère, amantes...), les libraires de dialogues vous ont préparé une petite bibliographie sur le thème des "femmes fatales" en polar.

Voir le dossier complet
Littérature portugaise

A l'occasion des parutions de nouveaux livres d'Antonio Lobo Antunes et de José Saramago, voici une sélection de romans portugais ou se déroulant au Portugal.

Voir le dossier complet
Aux portes de l'oubli

Les libraires vous ont préparé une petite blbiographie sur le thème de la perte de mémoire, la maladie l'Alzheimer et l'amnésie. Des romans, des essais pour tous les publics.

Voir le dossier complet
Eclairage sur les Editions Folies d'Encre

En ce début d'année, les libraires de dialogues ont choisi de mettre les Editions Folies d'Encre à l'honneur.

Voir le dossier complet
Fêtes des papilles

Après les fêtes de fin d'année et leurs festins, vous n'avez pas encore un petit creux ? Voici une sélection de livres pour vous remettre en appétit !

Voir le dossier complet
Sélection de romans érotiques

Ils sont tous là, les vieux de la vieille comme l’Aretin ou Ovide, les grands classiques de l’amour noir comme Sade ou Masoch, les infatigables comme Apollinaire ou Catherine Millet, les drôles comme Queneau ou Jean-Pierre Enard, les grandes dames comme Régine Deforges et Nelly Kaplan, les théoriciens comme Vasyayana ou Pierre-Marc De Biasi, les lointains comme Abou-Abdallah Mouhammad Al-Nafzâwî ou Ryûtei Tanehiko Ill, les graves comme Calaferte et Pauline Réage, les coquins du jour comme Virginie Despentes ou Profane Lulu. Tant d’autres.
Il s’agit bien d’une sorte de bibliothèque idéale de l’érotisme dans tous ses états et sous toutes ses facettes. Plus largement encore, il s’agit d’une bibliothèque idéale des grands styles tant il est vrai que l’amour et le sexe sont des refuges privilégiés de la vraie littérature. Certains auteurs s’y précipitent avec un enthousiasme joueur, d’autres avec une circonspecte prudence, d’autres enfin avec un goût sombre des profondeurs. Certains croient même ouvertement à l’amour.
Tous ces ouvrages sont des classiques d’un genre que l’on croyait daté et qui reprend une belle actualité alors qu’à l’horizon se profile le mauvais temps revenu du sexuellement correct. Peut-être faudra-t-il bientôt refaire circuler ces titres sous le manteau, l’essentiel est que dessous, on y soit encore nu.

Paul Fournel

Sommaire : Voir le dossier complet