Focus sur les éditions des Syrtes

Focus sur les éditions des Syrtes

Entretien avec Serge de Pahlen, fondateur et directeur des éditions des Syrtes

- Les Éditions des Syrtes ont été fondées en 1999. Quel a été l’élément moteur de cette création ?

Avec les éditions des Syrtes, j’ai voulu combler certains domaines demeurés partiellement inexplorés dans l’immense champ de la littérature russe, je pense aux auteurs russes blancs émigrés tels qu’Ivan Bounine, Boris Zaïtsev, Vassili Choulguine, Marina Tsvetaeva et d’autres.
J’ai voulu également permettre au monde francophone d’approfondir sa connaissance de la terreur rouge et du communisme à travers des livres tels que ​Staline de Simon Sebag Montefiore, ​La Terreur rouge en Russie de Sergueï Melgounov, ​Le Soleil des Morts d’Ivan Chméliov et ​Gardien de camp de Dantsig Baldaev et d’autres. En général, j’ai cherché des chemins moins routiniers, moins répétitifs pour approfondir le domaine immense et compliqué de la civilisation russe.

- À travers vos parutions, vous explorez le monde slave, sa riche littérature et sa pensée foisonnante. Comment est née votre passion pour cette littérature ?

Je viens d’une famille russe exilée en France depuis 1917. La littérature russe m’a toujours accompagné, dès l’enfance, on me lisait les contes de Pouchkine et les récits de Gogol. Plus tard, dans l’adolescence, la rencontre avec les grands classiques russes a été un émerveillement de jeunesse, resté depuis définitif. L’éducation dans les familles russes exilées baignait dans l’amour de la Russie, surtout par des lectures des grands classiques pour lesquels nous avions une vénération quasi religieuse. Une longue amitié avec Vladimir Dimitrijevic, éditeur hors norme, m’a permis de découvrir la philosophie russe avec Vassili Rozanov, Nicolas Berdiaev, Nikolaï Fiodorov et tant d’autres.

-
Vous publiez de nombreuses traductions, notamment de la littérature russe. Comment le choix des textes s’opère-t-il ?

Le choix des ouvrages publiés dans une petite maison d’éditions relève de l’alchimie. Souvent, lectures et rencontres amènent une décision longue à prendre. Plus rarement, je décide d’éditer un livre après une conversation avec l’auteur et un coup de foudre, par exemple l’Epopée sibérienne d’Eric Hoesli. Certains choix des Syrtes peuvent paraître parfois difficiles pour un public français peu préparé comme par exemple, Les Carnets et les lettres de Marina Tsvetaeva. Il s’avère ensuite que l’accueil peut être bien meilleur. Étant éditeur indépendant, je ne me soumets pas à des critères commerciaux. Je souhaite combler des vides et des fausses idées, ô combien nombreux dans l’immense domaine de la littérature et de l’histoire russes.
- Votre production éditoriale contient également des essais historiques et d’actualités. Attendez-vous des auteurs qu’ils aient un regard particulier sur notre monde ? Quelle est la ligne éditoriale de ces essais et comment s’est-elle imposée ?

Comme dit précédemment, les éditions des Syrtes essaient de combler des vides, de s’opposer à certaines idées reçues, le livre de Dominic Lieven, ​La Fin de l’Empire des Tsars​, s’appuie beaucoup sur une connaissance acquise par l’auteur du rôle de la Russie pendant la Première Guerre mondiale basé sur des archives russes quasiment méconnues par l’ensemble des auteurs occidentaux. Cette méconnaissance rend incomplète, sinon faussée la plupart des œuvres occidentales sur la Première Guerre mondiale.
Ou encore le livre d’Hubert Seipel sur Vladimir Poutine qui essaie de donner une image réelle du président russe, image systématiquement noircie par la presse et l’édition françaises.

- Quel est le livre dont vous êtes le plus fier et pourquoi ?

Je suis très fier d’avoir publié une magnifique saga familiale, ​Les Vaincus d’Irina Golovkina. C’est l’histoire vraie de familles d’officiers blancs qui n’ont pas voulu émigrer et qui vivent quasiment clandestinement à Leningrad dans des appartements communautaires peuplés de gens hostiles. Ils essaient de maintenir en vie un monde disparu, fait de culture, d’amour de la musique (l’auteur est la petite-fille de Nikolaï Rimski-Korsakov) et de douceur de vivre dans un monde féroce où la police politique les traque et les fusille. C’est l’unique livre d’Irina Golovkina qui a consacré sa vie à son écriture.

Poutine : une vision du pouvoir
22,00

Comment Vladimir Poutine, ancien officier du KGB en Allemagne de l'Est, est-il devenu l'un des hommes les plus puissants de la planète ? En quoi est-il le concepteur de la nouvelle Russie, et en quoi s'éloigne-t-il chaque jour davantage des idées occidentales ?
Barack Obama définit Vladimir Poutine comme l'une des plus grandes menaces pour le monde - à côté d'Ebola et des terroristes de l'État islamique.
Le président russe ne cesse de critiquer « les doubles standards de l'Occident ». Depuis les événements de Maidan, la plupart des journalistes occidentaux jugent que le monde s'achemine vers une nouvelle guerre froide. Comment en est-on arrivé là, des décennies après l'effondrement de l'Union soviétique ?
Hubert Seipel est l'unique journaliste occidental à avoir accompagné Poutine au cours des cinq dernières années. Il offre pour la première fois aux lecteurs francophones un aperçu des motifs et des idées qui animent le président russe. Une occasion peut-être de comprendre les divergences et les points communs entre la Russie et l'Occident.
« Hubert Seipel a pu approcher Poutine comme nul autre journaliste occidental. » Der Spiegel
« Il décrit le président russe tel qu'il est : dans ses aspects politiques et humains. Poutine est-il à blâmer ? Pas plus qu'Obama, si l'on en croit le livre de Seipel qui connaît les Russes bien mieux que n'importe quel journaliste occidental. Il juge sans préjugé. » Thomas Chorherr, Die Presse
« La biographie de Hubert Seipel va au-delà du simple tapage médiatique, ce qui la rend d'autant plus importante. En laissant de côté tous nos sentiments, dit-il, nous devons trouver une langue commune avec Poutine. » Bettina Lehnert, RBB Stilbruch


Journal de mes rencontres, un cycle de tragédies

un cycle de tragédies

Éditions des Syrtes

28,00

Cycle de tragédies, tel est le sous-titre qu’Annenkov donne au Journal de mes rencontres et, de fait, elles sont innombrables : suicide d’Essenine, de Maïakovski, de Piast. Gorki est empoisonné, Goumilev, Pilniak, Babel, Meyerhold sont fusillés, Blok, Zochtchenko et Pasternak meurent de chagrin et d’épuisement. Zamiatine fait l’objet d’une chasse à l’homme avant d’obtenir le droit d’émigrer. Victimes de tracasseries sans nombre, mis au ban de la vie publique, d’autres courbent l’échine ou se réfugient dans le silence. D’autres, enfin, choisissent l’émigration avec toutes les difficultés qu’implique l’exil.

Annenkov rappelle à la vie ceux qui ont jalonné sa longue existence, revisite les lieux qu’il a aimés, et surtout Saint-Pétersbourg. Il ne se lasse pas d’en nommer les rues, les avenues, les restaurants, de citer les vers d’Akhmatova, de Blok, de Gueorgui Ivanov, le « texte de Saint-Pétersbourg », la ville du brouillard, la ville en brouillard qui risque à tout instant de se dissiper comme un rêve et que seule l’écriture peut amarrer au réel. Il revit les entreprises communes, tente d’arracher choses et hommes au néant et à l’oubli.

Livre-témoin empli de tendresse à l’égard de ces bâtisseurs dans la tourmente, enfants d’un siècle tragique, Journal de mes rencontres est une œuvre unique, faisant revivre au fil des phrases et des esquisses une époque oubliée et pourtant génitrice du xxe siècle.


Un printemps russe, vers un renouveau de la Russie ?

vers un renouveau de la Russie ?

Éditions des Syrtes

20,00

Le traitement systématiquement négatif de la Russie dans les médias français et occidentaux est indiscutable : corruption, guerres dans le Caucase, atteinte aux droits de l'homme, opposition politique interdite, attentats à Moscou, discothèques qui brûlent, démographie qui s'effondre, minorités sexuelles menacées... Même lorsque la Russie mène seule une guerre juste en Syrie contre ce danger pour la France qu'est l'Émirat islamique, comme les derniers attentats nous l'ont démontré, les médias s'en prennent au Kremlin qui serait une menace pour la paix et la sécurité.
Ce traitement médiatique n'est pas le fruit du hasard. Il est en réalité l'une des facettes de la guerre totale menée contre la Russie renaissante. Une guerre qui monte en intensité au même rythme que le réveil russe bouscule l'agenda voulu par des élites occidentales souhaitant imposer à la Russie, comme à l'Afrique ou l'Amérique du Sud, une occidentalisation forcée sous domination morale, politique, économique et spirituelle américaine.
Une guerre qui traduit l'emprise quasi totale sur le monde médiatique, politique et intellectuel français d'une nouvelle idéologie, l'atlantisme, cette variante européenne du néoconservatisme américain.
Notre pays doit briser cette dynamique qui l'engage sur une trajectoire extrêmement risquée pouvant mettre en péril sa sécurité et même son existence. La France doit ressurgir par une nouvelle trajectoire stratégique et historique qui lui permette d'initier son retour dans l'histoire.
Elle pourrait pour cela prendre modèle sur la Russie dont chacun pensait, au coeur de cet hiver 1999, quelle était au bord de la disparition, alors que le pays allait, au contraire, connaître une incroyable renaissance, que l'on peut qualifier de printemps russe.


Koutiepov, Le combat d'un général blanc : de la Russie à l'exil

Le combat d'un général blanc : de la Russie à l'exil

Éditions des Syrtes

23,00

Le général Koutiepov (1882-1930) occupe dans la mémoire de l’émigration russe blanche une place bien à lui, à la fois unique et presque banale. Simplicité, rigueur morale, courage, intelligence immédiate des situations et des faits concrets, autorité naturelle, constance, honnêteté scrupuleuse, amour viscéral du peuple russe, fidélité aux valeurs éternelles de la Russie… Sa personnalité semble largement se retrouver dans le type caractéristique de l’officier russe: amoureux d’une patrie idéale, proche de son peuple et de ses hommes et prêt à servir son pays avec simplicité et abnégation. La grande littérature russe, depuis Pouchkine, fourmille de personnages qui rappellent Koutiepov.

L’un des agents soviétiques qui avaient participé à son enlèvement en janvier 1930 lui a rendu un bel hommage en affirmant qu’il était le « principal générateur d’idées et le chef incontesté des officiers de l’émigration, surtout des plus jeunes. C’était une idole pour la jeune génération des officiers blancs ».


Théologie de la provocation, Causes et enjeux du principe totalitaire

Causes et enjeux du principe totalitaire

Éditions des Syrtes

19,00

Préface de Michel Onfray

La provocation est l’essence de la modernité. Les révolutions qui ont accouché du monde moderne ont marqué les étapes d’une décadence d’autant plus inexorable qu’elle a pris le visage du progrès. Le principe totalitaire est aussi universel que la présence en chacun de nous du « tiers inclus », à savoir l’espionnage des âmes exercé par un pouvoir inquisiteur qui s’installe à l’intérieur même des consciences. Ce principe tire son origine de la promesse du Christ de ne jamais quitter ses disciples.

Prenant appui sur l’affaire Azef, emblème de la provocation à la veille de la Première Guerre mondiale, déconstruisant un faux antisémitisme pour décrypter le mécanisme d’une intoxication de masse, guidé par Vassili Rozanov qui a posé les jalons de la « théologie de la provocation » en la mettant lui-même en pratique pour mieux en dénoncer les tenants et les aboutissants, Gérard Conio chemine à travers les grands bouleversements intellectuels de la culture russe pour dénoncer une vérité occultée: l’essence de la provocation est dans l’inversion des valeurs.

Et les catastrophes qui ne cessent d’ébranler le monde au nom de la démocratie et des « droits humains » sont la meilleure preuve de cette mystification qui s’appuie sur les grands sentiments pour nous fermer les yeux sur des vérités que nous refusons de voir.