Focus sur les éditions des Syrtes

Focus sur les éditions des Syrtes

Entretien avec Serge de Pahlen, fondateur et directeur des éditions des Syrtes

- Les Éditions des Syrtes ont été fondées en 1999. Quel a été l’élément moteur de cette création ?

Avec les éditions des Syrtes, j’ai voulu combler certains domaines demeurés partiellement inexplorés dans l’immense champ de la littérature russe, je pense aux auteurs russes blancs émigrés tels qu’Ivan Bounine, Boris Zaïtsev, Vassili Choulguine, Marina Tsvetaeva et d’autres.
J’ai voulu également permettre au monde francophone d’approfondir sa connaissance de la terreur rouge et du communisme à travers des livres tels que ​Staline de Simon Sebag Montefiore, ​La Terreur rouge en Russie de Sergueï Melgounov, ​Le Soleil des Morts d’Ivan Chméliov et ​Gardien de camp de Dantsig Baldaev et d’autres. En général, j’ai cherché des chemins moins routiniers, moins répétitifs pour approfondir le domaine immense et compliqué de la civilisation russe.

- À travers vos parutions, vous explorez le monde slave, sa riche littérature et sa pensée foisonnante. Comment est née votre passion pour cette littérature ?

Je viens d’une famille russe exilée en France depuis 1917. La littérature russe m’a toujours accompagné, dès l’enfance, on me lisait les contes de Pouchkine et les récits de Gogol. Plus tard, dans l’adolescence, la rencontre avec les grands classiques russes a été un émerveillement de jeunesse, resté depuis définitif. L’éducation dans les familles russes exilées baignait dans l’amour de la Russie, surtout par des lectures des grands classiques pour lesquels nous avions une vénération quasi religieuse. Une longue amitié avec Vladimir Dimitrijevic, éditeur hors norme, m’a permis de découvrir la philosophie russe avec Vassili Rozanov, Nicolas Berdiaev, Nikolaï Fiodorov et tant d’autres.

-
Vous publiez de nombreuses traductions, notamment de la littérature russe. Comment le choix des textes s’opère-t-il ?

Le choix des ouvrages publiés dans une petite maison d’éditions relève de l’alchimie. Souvent, lectures et rencontres amènent une décision longue à prendre. Plus rarement, je décide d’éditer un livre après une conversation avec l’auteur et un coup de foudre, par exemple l’Epopée sibérienne d’Eric Hoesli. Certains choix des Syrtes peuvent paraître parfois difficiles pour un public français peu préparé comme par exemple, Les Carnets et les lettres de Marina Tsvetaeva. Il s’avère ensuite que l’accueil peut être bien meilleur. Étant éditeur indépendant, je ne me soumets pas à des critères commerciaux. Je souhaite combler des vides et des fausses idées, ô combien nombreux dans l’immense domaine de la littérature et de l’histoire russes.
- Votre production éditoriale contient également des essais historiques et d’actualités. Attendez-vous des auteurs qu’ils aient un regard particulier sur notre monde ? Quelle est la ligne éditoriale de ces essais et comment s’est-elle imposée ?

Comme dit précédemment, les éditions des Syrtes essaient de combler des vides, de s’opposer à certaines idées reçues, le livre de Dominic Lieven, ​La Fin de l’Empire des Tsars​, s’appuie beaucoup sur une connaissance acquise par l’auteur du rôle de la Russie pendant la Première Guerre mondiale basé sur des archives russes quasiment méconnues par l’ensemble des auteurs occidentaux. Cette méconnaissance rend incomplète, sinon faussée la plupart des œuvres occidentales sur la Première Guerre mondiale.
Ou encore le livre d’Hubert Seipel sur Vladimir Poutine qui essaie de donner une image réelle du président russe, image systématiquement noircie par la presse et l’édition françaises.

- Quel est le livre dont vous êtes le plus fier et pourquoi ?

Je suis très fier d’avoir publié une magnifique saga familiale, ​Les Vaincus d’Irina Golovkina. C’est l’histoire vraie de familles d’officiers blancs qui n’ont pas voulu émigrer et qui vivent quasiment clandestinement à Leningrad dans des appartements communautaires peuplés de gens hostiles. Ils essaient de maintenir en vie un monde disparu, fait de culture, d’amour de la musique (l’auteur est la petite-fille de Nikolaï Rimski-Korsakov) et de douceur de vivre dans un monde féroce où la police politique les traque et les fusille. C’est l’unique livre d’Irina Golovkina qui a consacré sa vie à son écriture.

Boris Pasternak, un poète dans son temps

Michel Aucouturier

Éditions des Syrtes

23,00

Boris Pasternak, né en 1890, est l’un des plus grands poètes du XXème siècle. Son éveil à la poésie a coïncidé avec la Révolution de l’été 1917, qu’il a perçue comme « un dieu descendu du ciel sur la terre, le dieu de cet été » et célébrée dans « Ma sœur la vie », le recueil qui ouvre son itinéraire de poète.

Sa fidélité au principe lyrique de la poésie l’a cependant amené à opposer une résistance obstinée à l’idéologie de plus en plus rigide et mortifère qui envahissait les idéaux proclamés par le communisme triomphant. L’objectivation de cette expérience lyrique et de sa résistance à l’idéologie dominante s’est réalisée dans le roman « Le Docteur Jivago » qu’il tenait pour l’œuvre de sa vie. Publié à l’étranger malgré l’opposition des autorités soviétiques, ce roman apporte à Pasternak une renommé internationale et une violente persécution dans son pays où il est aujourd’hui réhabilité et célébré.

Michel Aucouturier, l’auteur du présent ouvrage, a longtemps enseigné le russe à l’Université de Genève puis à la Sorbonne. Découvrant la poésie de Pasternak durant ses études, il a poursuivi ses recherches sur le poète en Russie, où il a séjourné comme boursier du gouvernement français, avant d’entreprendre la traduction de sa poésie et de sa prose. Ayant consacré un premier ouvrage à Pasternak en 1964, Michel Aucouturier a depuis dirigé la publication de son œuvre dans la collection de la Pléiade.

Il s’appuie aujourd’hui sur les nombreux documents devenus accessibles depuis la mort du poète en 1960, en particulier sur sa nombreuse correspondance, et sur les nombreux souvenirs des contemporains de Pasternak, pour retracer l’itinéraire de ce poète qui a dû affronter son temps pour préserver sa personnalité et faire entendre sa voix.


Journal (1918-1920)
23,00

25 juillet 1920, Nelly Ptachkina tombait dans la cascade du Dard, au pied du Mont-Blanc. Elle avait dix-sept ans et laissait un journal, édité ensuite par sa mère, dans les années 1920. Joseph Kessel en publia des extraits dans ses Souvenirs d'un commissaire rouge.
Le Journal (1918-1920) recouvre la chronologie de la guerre civile depuis son déclenchement jusqu'aux débuts des conflits russo-polonais, lesquels entraîneront la guerre soviéto-polonaise. Mue essentiellement par la nécessité d'une introspection liée à la construction de sa personne, Nelly utilise ses notes pour rédiger de véritables « rapports » sur son état intérieur face à ces complexes bouleversements historiques. Elle ignore alors - mais plus pour très longtemps - que vivre et s'observer, pour elle, sera synonyme de se penser comme témoin historique.
D'une maturité peu commune et d'une indépendance d'esprit absolue, Nelly, dont la personnalité est peu à peu façonnée par la présence constante de la mort et la perspective de la destruction du monde familier, reste cependant attachée à une Russie dont elle n'a pas encore compris ni accepté la disparition. Mais, face aux pogroms qui déchirent l'Ukraine et à l'explosion de la violence, l'émigration devient salut, même si c'est le coeur lourd qu'elle se sépare des paysages familiers.
Images vues comme à travers le trou de la serrure, de façon parcellaire, fragmentée, floue : c'est ainsi que la révolution et la guerre civile apparaissent à un individu isolé, aux familles jetées dans la tourmente et, à plus forte raison, à une adolescente pensant son devenir dans un monde déstructuré. Mais l'acte de l'écriture implique une volonté magistrale : c'est de cette volonté que Nelly sera porteuse, érigeant la vie privée en acte de résistance et l'écriture de soi en un document contribuant à l'élaboration d'une micro-histoire du XXe siècle.


LES CINQ

Éditions des Syrtes

23,00

Les Cinq retrace le sort des cinq enfants Milgrom. Les destinées de ces personnalités singulières s’inscrivent dans la réalité historique de l’empire russe du début du XXè siècle, avec la guerre, les troubles révolutionnaires, les pogroms, les crises et les quêtes spirituelles de l’intelligentsia. L’écrivain intègre les secousses sociales provoquées, notamment par la guerre russo-japonaise, les actes des partis clandestins, la mutinerie du cuirassé “Potemkine”. C’est là que s’amorce la dégradation tragique et mortelle de la famille Milgrom. Les causes profondes ne relèvent pas seulement des passions individuelles. En réalité, l’histoire des personnages est marquée du sceau de l’époque, et l’auteur obtient, avec délicatesse et sans forcer, un puissant effet de généralisation, qui permet de voir à travers le destin d’une seule famille se jouer la tragédie d’une génération.

La ville natale de Jabotinsky tient une place particulièrement importante dans son livre. On peut dire que le roman respire littéralement Odessa, ses paysages urbains, la mentalité originale de ses habitants heureux de vivre, leur inimitable parler haut en couleurs.


Correspondances / 1922-1936, 1922-1936

La rencontre annoncée dans cette correspondance entre deux génies de la poésie russe du XXe siècle est un événement littéraire exceptionnel. Exceptionnelle, elle l'est doublement, cette relation épistolaire entre poète soviétique et poète de l'émigration, alors que, après une phase de liberté surveillée où les échanges étaient encore possibles, la culture russe se scinde irrémédiablement, et ceci pour toute la durée de l'expérience soviétique.
Boris Pasternak et Marina Tsvetaeva s'étaient rencontrés à Moscou en 1918. Ce n'est qu'en 1922 qu'ils se sont véritablement découverts au travers de leurs écrits respectifs. Pendant quatorze années, ils ont entretenu une correspondance d'une densité et d'une intensité rares dans laquelle se tissent, étroitement mêlées, passion sentimentale et poésie, sur fond d'époque historique et d'histoire littéraire. Plus de trois quarts des lettres échangées entre ces deux êtres radicalement différents sont inédits. Dessinant une courbe en arc de cercle, la relation se noue, suit un mouvement ascendant jusqu'à atteindre un pic paroxystique, décroît, se dénoue et finit par se défaire définitivement.
Il faut lire les lettres de Tsvetaeva et de Pasternak comme leur poésie, comme une oeuvre à part entière. Loin d'être en marge de leur destin littéraire, les lettres étaient, au coeur même de celui-ci, laboratoire de l'écriture - mais également laboratoire de la vie, car c'est au gré de ces lettres que se façonnent les événements majeurs de leur biographie. Les mots échangés sont dérobés à la vie, au quotidien, à la famille.
La fille de Tsvetaeva, Ariadna Efron, avait décidé que ces lettres ne devaient être publiées qu'après cinquante ans, à condition que cette édition soit intégrale. Elle les confia aux Archives nationales de Moscou qui n'autoriseront leur parution qu'en l'an 2000.


Cet été-là, correspondances, 1928-1933

correspondances, 1928-1933

Éditions des Syrtes

24,00

Dans la courte vie du poète Nicolas Gronski, sa rencontre avec Marina Tsvetaeva en 1927 laissera une trace lumineuse. Tous deux habitent Meudon, ils fréquentent les mêmes amis, assistent souvent ensemble à des spectacles ou à des soirées littéraires. En juillet 1928, Tsvetaeva part avec ses deux enfants à Pontaillac, en Charente, haut lieu de villégiature de l'émigration russe. L'amitié littéraire devient alors roman d'amour où se mêlent le quotidien et le sublime. Une correspondance unit pendant trois mois Tsvetaeva et Gronski, resté à Meudon. Jalousie, susceptibilité, drame, admiration, excès et passion ponctuent au fil des jours les lettres, avec pour leitmotiv le besoin d'amour et l'appel à l'aide. L'échange épistolaire, maternel au départ, devient possessif et violent : «Lorsque tu es rentré dans un ordre mien, c'est-à-dire que tu es passé de ton ordre à toi dans le mien, tu es tombé sous ma loi.» La mort prématurée de Gronski, en 1934, d'une chute dans le métro parisien provoque chez Tsvetaeva un chagrin «aigu et pur comme un diamant». «J'avais été son premier amour et lui - mon dernier», dira-t-elle. La publication du poème de Gronski, Belledonne, peu de temps après sa disparition, sera réellement pour elle un «cadeau posthume», reconnaissant en son auteur non seulement son héritier, mais une voie poétique d'une grande originalité.
Cet Été-là, écrit Véronique Lossky dans sa préface, est «un monument d'amour, mais aussi une célébration infiniment douloureuse d'un moment particulièrement intense dans la vie et dans l'oeuvre de la grande Marina Tsvetaeva».