Focus sur les éditions des Syrtes

Focus sur les éditions des Syrtes

Entretien avec Serge de Pahlen, fondateur et directeur des éditions des Syrtes

- Les Éditions des Syrtes ont été fondées en 1999. Quel a été l’élément moteur de cette création ?

Avec les éditions des Syrtes, j’ai voulu combler certains domaines demeurés partiellement inexplorés dans l’immense champ de la littérature russe, je pense aux auteurs russes blancs émigrés tels qu’Ivan Bounine, Boris Zaïtsev, Vassili Choulguine, Marina Tsvetaeva et d’autres.
J’ai voulu également permettre au monde francophone d’approfondir sa connaissance de la terreur rouge et du communisme à travers des livres tels que ​Staline de Simon Sebag Montefiore, ​La Terreur rouge en Russie de Sergueï Melgounov, ​Le Soleil des Morts d’Ivan Chméliov et ​Gardien de camp de Dantsig Baldaev et d’autres. En général, j’ai cherché des chemins moins routiniers, moins répétitifs pour approfondir le domaine immense et compliqué de la civilisation russe.

- À travers vos parutions, vous explorez le monde slave, sa riche littérature et sa pensée foisonnante. Comment est née votre passion pour cette littérature ?

Je viens d’une famille russe exilée en France depuis 1917. La littérature russe m’a toujours accompagné, dès l’enfance, on me lisait les contes de Pouchkine et les récits de Gogol. Plus tard, dans l’adolescence, la rencontre avec les grands classiques russes a été un émerveillement de jeunesse, resté depuis définitif. L’éducation dans les familles russes exilées baignait dans l’amour de la Russie, surtout par des lectures des grands classiques pour lesquels nous avions une vénération quasi religieuse. Une longue amitié avec Vladimir Dimitrijevic, éditeur hors norme, m’a permis de découvrir la philosophie russe avec Vassili Rozanov, Nicolas Berdiaev, Nikolaï Fiodorov et tant d’autres.

-
Vous publiez de nombreuses traductions, notamment de la littérature russe. Comment le choix des textes s’opère-t-il ?

Le choix des ouvrages publiés dans une petite maison d’éditions relève de l’alchimie. Souvent, lectures et rencontres amènent une décision longue à prendre. Plus rarement, je décide d’éditer un livre après une conversation avec l’auteur et un coup de foudre, par exemple l’Epopée sibérienne d’Eric Hoesli. Certains choix des Syrtes peuvent paraître parfois difficiles pour un public français peu préparé comme par exemple, Les Carnets et les lettres de Marina Tsvetaeva. Il s’avère ensuite que l’accueil peut être bien meilleur. Étant éditeur indépendant, je ne me soumets pas à des critères commerciaux. Je souhaite combler des vides et des fausses idées, ô combien nombreux dans l’immense domaine de la littérature et de l’histoire russes.
- Votre production éditoriale contient également des essais historiques et d’actualités. Attendez-vous des auteurs qu’ils aient un regard particulier sur notre monde ? Quelle est la ligne éditoriale de ces essais et comment s’est-elle imposée ?

Comme dit précédemment, les éditions des Syrtes essaient de combler des vides, de s’opposer à certaines idées reçues, le livre de Dominic Lieven, ​La Fin de l’Empire des Tsars​, s’appuie beaucoup sur une connaissance acquise par l’auteur du rôle de la Russie pendant la Première Guerre mondiale basé sur des archives russes quasiment méconnues par l’ensemble des auteurs occidentaux. Cette méconnaissance rend incomplète, sinon faussée la plupart des œuvres occidentales sur la Première Guerre mondiale.
Ou encore le livre d’Hubert Seipel sur Vladimir Poutine qui essaie de donner une image réelle du président russe, image systématiquement noircie par la presse et l’édition françaises.

- Quel est le livre dont vous êtes le plus fier et pourquoi ?

Je suis très fier d’avoir publié une magnifique saga familiale, ​Les Vaincus d’Irina Golovkina. C’est l’histoire vraie de familles d’officiers blancs qui n’ont pas voulu émigrer et qui vivent quasiment clandestinement à Leningrad dans des appartements communautaires peuplés de gens hostiles. Ils essaient de maintenir en vie un monde disparu, fait de culture, d’amour de la musique (l’auteur est la petite-fille de Nikolaï Rimski-Korsakov) et de douceur de vivre dans un monde féroce où la police politique les traque et les fusille. C’est l’unique livre d’Irina Golovkina qui a consacré sa vie à son écriture.

Lettres À Anna
22,00

L'héritage épistolaire de Marina Tsvetaeva, une des plus grandes voix poétiques russes du XXe siècle (1892-1941), est particulièrement volumineux. On connaît bien en France sa correspondance avec Rilke et Pasternak. Anna Teskova, à qui sont envoyées ces lettres, était responsable d'une organisation russo-tchèque d'aide aux Russes émigrés en Tchécoslovaquie. En 1922, elle invite Marina Tsvetaeva, émigrée depuis peu à Prague, à une soirée littéraire. C'est ainsi qu'elles font connaissance et que débute leur longue amitié. Amitié essentiellement épistolaire car, dès la fin de 1925, Tsvetaeva quitte Prague pour Paris.
De cette correspondance qui couvre la période de novembre 1922 à juillet 1939, nous ne percevons que la voix de Tsvetaeva. Sur fond du pont Charles de Prague, des faubourgs parisiens, avec pour trame le stalinisme en URSS, la montée du fascisme en Europe, dans l'atmosphère lourde de l'émigration russe à Paris, dans les vapeurs de cuisine et la misère au quotidien, se détache la silhouette frêle, forte et fragile de Marina Tsvetaeva. Elle y dit l'amour et la poésie, le maternel et le féminin, la nostalgie, l'arrachement, la solitude, sa foi dans la vie et dans l'homme. De l'infiniment petit à l'infiniment grand, on la suit dans sa démesure et l'on perd le souffle devant cette prodigieuse capacité à conjuguer à tous les temps et à tous les modes le verbe aimer.