Prix Oedipe des libraires 2012

Prix Oedipe des libraires 2012

Le prix Oedipe des libraires 2012 : en route pour une nouvelle aventure.

Le site Oedipe retient en début d’année un certain nombre d’ouvrages publiés au cours de l’année précédente par des psychanalystes appartenant aux différents courants sans exclusive et sans en privilégier aucun.
Ces ouvrages ne sont ni des traductions, ni un recueil d’articles, ni des actes de colloque.
Dans cette première liste chaque librairie participante sélectionne trois ouvrages. Les cinq livres les plus souvent cités sont alors proposés au vote des lecteurs dans les librairies participantes. À l’issue de ce vote le lauréat sera désigné. Le livre choisi sera signalé comme "prix Oedipe des libraires" à l’attention des lecteurs notamment à la librairie et bien entendu sur le site Oedipe.

Le prix Oedipe des libraires a désigné "Banlieues : pointe avancée de la clinique contemporaine", de Louis Sciara, aux éditions Erès.

L'homme selon le DSM / le nouvel ordre psychiatrique, le nouvel ordre psychiatrique
20.30

Banlieues, pointe avancée de la clinique contemporaine

Banlieues

pointe avancée de la clinique contemporaine

De Louis Sciara

Erès

25.50

Pourquoi un psychanalyste s'intéresse-t-il aux "problèmes cliniques" repérables dans les banlieues défavorisées ? Est-il seulement opportun de supposer qu'ils comportent quelques spécificités et quelles sont-elles ? Concernent-ils plus particulièrement des adultes jeunes, des adolescents, des enfants ? Ne revêtent-ils pas des aspects différents suivant les générations ? A partir de ces interrogations qui courent tout au long de l'ouvrage, l'auteur propose une élaboration psychanalytique de son expérience clinique au sein des banlieues, territoires de ségrégation sociale.
Il se penche sur les conséquences de la discrimination sociale sur les individus et en analyse les retentissements sur leur subjectivité et leur position de sujet... La "clinique des banlieues" est significative de l'évolution globale de la société où l'impact du "discours du capitaliste" est déterminant. Pensée à partir de la singularité des cas et non dans une perspective discriminante, elle pourrait bien être la "pointe avancée de la clinique contemporaine".

"Banlieues : pointe avancée de la clinique contemporaine" a été consacré Prix Oedipe des Libraires en 2012.


Écouter Haendel
14.90

Elle s'appelle Garance. Sans doute ses parents, les auteurs de ce livre, avaient-ils gardé le souvenir du film Les enfants du paradis. Leur Garance à eux a des yeux clairs, presque couleur de myosotis, trop clairs peut-être, et une fixité du regard qui surprend.C'est une enfant passive, trop passive peut-être. Mais pas de quoi s'alarmer : rien qu'un léger retard de développement. Puis viennent les examens, les consultations d'éminents spécialistes. Les diagnostics restent imprécis. Prédominent la gêne et le silence. Garance n'est pas comme les autres, elle est hors normes, elle est et restera différente. «Troubles envahissants du développement», telle est la conclusion. Ces troubles, ses parents ne se contentent pas de les observer, ils les vivent jour après jour. Quand ils notent dans un carnet les gestes, les mots, les réactions, les crises violentes de Garance, ce ne saurait être avec la prise de distance du clinicien. Ils s'étonnent, s'amusent parfois de ses trouvailles, de ses élans, ils s'inquiètent : alternance du désarroi et de l'espoir. De cette vie partagée, durant une dizaine d'années, avec Garance est né ce témoignage exceptionnel qui, dans la succession de ses courts chapitres, nous apprend plus sur le «handicap» que la plupart des ouvrages savants. Et, surtout, il nous fait aimer, à nous lecteurs, cette étrange petite fille qui demande répétitivement à «Écouter Haendel !»


Les revenants de la mémoire, Freud et Shakespeare

Les revenants de la mémoire

Freud et Shakespeare

De Henriette Michaud

Presses Universitaires De France

15.50

Le livre marque la place et la fonction du dramaturge — la force de ses mots, l’énigme de son nom — dans l’œuvre de psychanalyse. Elle en suit le destin de sa genèse à son accomplissement dans le Moïse. Shakespeare y apparaît à la fois comme précurseur et comme outil pour penser la question du « vrai » auteur.

Au fil des chapitres se dessine la silhouette singulière du Shakespeare de Freud . Chaque chapitre explore un aspect du rapport qui s’établit entre les deux œuvres. Les citations de Shakespeare et son nom reviennent comme des revenants, au cœur de la langue de Freud, éclairant les formations de l’inconscient (mots d’esprit, lapsus, rêves), la folie, le meurtre des pères, le retour du ghost.

Et si Shakespeare n’était pas Shakespeare ? Deux chapitres enquêtent sur l’hypothèse freudienne d’un « grand inconnu » qui se cacherait derrière le nom de Shakespeare, et rapprochent ce nom de celui de Moïse, l’autre « étranger ».

Henriette Michaud est psychanalyste, membre du Cercle Freudien. Docteur de Recherches en psychanalyse (Université Paris Diderot) et agrégée d’anglais, elle a contribué à un livre collectif sur les Correspondances de Freud (PSN, 2007) et publié une étude sur Yves Bonnefoy traducteur de Shakespeare (Cahiers de l’Herne Yves Bonnefoy, 2010).


Lumières des astres éteints, la psychanalyse face aux camps

Lumières des astres éteints

la psychanalyse face aux camps

De Gérard Haddad

Postface de François Rouan

Grasset

20.30

Qui peut croire que la lumière noire de l'astre éteint des camps d'extermination nazis a cessé de nous parvenir ?
Cet ouvrage recense les structures nouvelles que les camps continuent d'imprimer dans nos vies en formations pathologiques, telles des bombes à retardement.
Ainsi, à partir de sa pratique de la psychanalyse, Gérard Haddad a tenté de bâtir un nouveau pan de la clinique freudienne.