Vermeer et les maîtres de la peinture de genre

Vermeer et les maîtres de la peinture de genre

Le musée du Louvre organise une exposition, du 22 février 2017 au 22 mai 2017, autour du peintre néerlandais Johannes Vermeer et de la peinture de genre en général.
« Le sphinx de Delft » : c’est ainsi que l’on désigne Vermeer, figeant le peintre dans une attitude énigmatique et solitaire. L’exposition permet au contraire aux visiteurs de comprendre comment Vermeer et les peintres de scènes de genre actifs en même temps que lui rivalisaient les uns avec les autres dans l’élaboration de scènes élégantes et raffinées – cette représentation faussement anodine du quotidien, vraie niche à l’intérieur même du monde de la peinture de genre.
Le troisième quart du 17e siècle marque l’apogée de la puissance économique mondiale des Provinces-Unies. Les membres de l’élite hollandaise, qui se font gloire de leur statut social, exigent un art qui reflète cette image. La « nouvelle vague » de la peinture de genre voit ainsi le jour au début des années 1650 : les artistes commencent alors à se concentrer sur des scènes idéalisées et superbement réalisées de vie privée mise en scène, avec des hommes et des femmes installant une civilité orchestrée.
Bonne déambulation dans l'art du XVII ème siècle !

Vermeer et les maîtres de la peinture de genre, L'album de l'exposition

L'album de l'exposition

Somogy Éditions

8,00

Vermeer, ou « le sphinx de Delft ». Cette expression, forgée au XIXe siècle, a figé la personnalité de Johannes Vermeer (1632-1675) dans une pose énigmatique et solitaire.
Cet ouvrage original permet au contraire de découvrir que ce génie universel s’inscrivait dans un riche réseau d’influences, très loin du splendide isolement avec lequel il fut longtemps associé.
La scène de genre élégante hollandaise connaît son âge d’or vers 1650-1680. Cette peinture, mise en scène luxueuse d’activités qui n’ont de quotidiennes que le nom, permet à la République des Provinces-Unies de s’affirmer face aux monarchies. Vermeer en est l’un des maîtres, aux côtés de Gerard Dou, Gerard ter Borch, Frans van Mieris, Gabriel Metsu, Pieter de Hooch… Ces peintres, actifs à Leyde, Deventer, Amsterdam ou Delft, ont eu connaissance du travail des uns et des autres. Leurs rapports alternent hommages, citations détournées, métamorphoses. Vues de la sorte, les sublimations de Vermeer prennent un sens nouveau : celui de ses rejets et de ses admirations.


Vermeer
10,00

Présente la vie et l'oeuvre du peintre J. Vermeer (1632-1675) auquel sont attribuées 35 oeuvres. Etudie ses influences dans la peinture italienne et hollandaise ainsi que le contexte socio-historique à Delft au XVIIe siècle.


L'ABCdaire de Vermeer
3,95

Un guide qui permet de comprendre ce grand peintre hollandais, à travers sa vie, son temps et la présentation méthodique des grands aspects de son oeuvre.


Chercher les erreurs dans les tableaux de Johannes Vermeer, L'art cache-cache
12,90

Aiguisez votre sens de l’observation à travers vingt tableaux et leurs doubles truffés d’erreurs ! Chaque tableau est accompagné d’une notice explicative, pour en savoir plus sur l’artiste et son époque, et apprécier au mieux les détails de l’oeuvre.
 
Johannes Vermeer
Figure incontournable du siècle d’or hollandais, Johannes Vermeer (1632-1675)
demeure l’un des peintres les plus fascinants de l’histoire de l’art. Son oeuvre, essentiellement tournée vers les scènes d’intérieur, conjugue couleur et lumière comme nulle autre et suggère mille secrets autour des personnages qu’il met en scène.
 
Immergez-vous dans 20 tableaux à l’atmosphère très intime et (re)découvrez toute la finesse de leurs détails.


Vermeer

Citadelles & Mazenod

Souvent considéré comme l'un des artistes majeurs du siècle d'or hollandais, au même titre que Frans Hals ou Rembrandt, Johannes Vermeer a fait l'objet d'un nombre considérable d'études et de publications. Celles-ci le réduisent généralement à deux images : celle du «Sphinx de Delft», de l'artiste génial replié dans son superbe isolement, élaborée au XIXe siècle par le critique Théophile Thoré-Bürger ; ou celle du peintre moderne avant l'heure qui, selon Daniel Arasse, s'interroge sur les définitions et les limites théoriques de son art.
En se fondant à la fois sur les travaux les plus récents menés sur Vermeer, sur un examen de ses pratiques et des théories artistiques formulées en son temps, mais aussi sur une confrontation systématique de sa production avec celles de ses contemporains, cet ouvrage propose de sortir de cette alternative. Il met l'accent, pour la première fois, sur la manière dont l'artiste a consciemment construit sa carrière autour de l'ambition, constante et même obsessionnelle, de fabriquer sa propre gloire.
À travers une analyse minutieuse des trente-sept tableaux authentifiés du maître, l'auteur se livre à l'exploration de trois enjeux capitaux qui ont dominé cette carrière : le respect des traditions artisanales de la peinture néerlandaise, auxquelles Vermeer accorde une place prépondérante dans plusieurs oeuvres, tout en cherchant à y introduire son métier personnel ; la valeur de ses créations, à laquelle le peintre accorde une importance centrale, en développant des stratégies sociales, commerciales et symboliques fort habiles ; la gloire personnelle même, qui le conduit à se présenter comme un artiste universel, à l'égal des plus grands de son temps.
Les réflexions inédites proposées sont servies par une magnifique iconographie, qui fait appel à de nouvelles comparaisons, ainsi qu'à de nombreuses reproductions de détails offrant au lecteur le sentiment d'entrer dans la matérialité et l'intimité de ces chefs-d'oeuvre.