Max Jacob
EAN13
9782081258709
Éditeur
Flammarion
Date de publication
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Max Jacob

Flammarion

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782081258709
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    16.99

  • Aide EAN13 : 9782081258716
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    16.99
Poète et peintre, Juif converti au catholicisme, homosexuel noceur en lutte
contre ses penchants, proche des plus grands artistes puis reclus... Max Jacob
est protéiforme et contradictoire, insaisissable, en perpétuelle
transformation. D'où peut-être une destinée littéraire en demi-teinte. Par sa
personnalité, son oeuvre et son parcours, il incarne pourtant l'incroyable
richesse du paysage littéraire français dans la première moitié du siècle
dernier. Né à Quimper, Jacob débarque à Paris en 1895. Peintre, il survit de
petits métiers et se passionne pour la littérature et la musique. Autour de la
communauté artistique du Bateau-Lavoir, il noue avec Picasso une amitié
profonde et tumultueuse puis rencontre Apollinaire et André Salmon. Avec la
publication du Cornet à dés, en 1916, Jacob est enfin reconnu et après guerre,
une exposition et de nombreuses publications attestent de son succès. Artiste
complexe, il fut également un véritable « découvreur » de talents,
encourageant peintres, écrivains et musiciens et se dévouant corps et âme à la
cause de ses nombreux amis. Max-le-drogué, Max-le-clown, Max l'homosexuel mène
une vie mondaine agitée, proche entre autres de Jean Cocteau et Pierre
Reverdy. Converti au catholicisme dès 1909 et baptisé en 1915, il se retire en
1921 au monastère de Saint-Benoît-sur-Loire, partiellement d'abord puis
définitivement à partir de 1937. En février 1944, la Gestapo vient l'y
chercher et il meurt le 5 mars au camp de Drancy. Béatrice Mousli restitue la
variété et la richesse de l'oeuvre de Jacob, romans, nouvelles, poésies
fantaisiste et surréaliste avant l'heure, mais aussi une correspondance
considérable. Max Jacob retrouve ici la place qui est la sienne, celle d'un
homme à l'esthétique et à la pensée éminemment libres, en quête perpétuelle :
un passeur au destin tragique.
S'identifier pour envoyer des commentaires.