Philosophie du dandysme, Une esthétique de l'âme et du corps (Kierkegaard, Wilde, Nietzsche, Baudelaire)
EAN13
9782130739708
Éditeur
Presses universitaires de France
Date de publication
Collection
Intervention philosophique
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Philosophie du dandysme

Une esthétique de l'âme et du corps (Kierkegaard, Wilde, Nietzsche, Baudelaire)

Presses universitaires de France

Intervention philosophique

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782130739708
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    17.99
Ce livre, au carrefour de la philosophie et de la littérature, est centré, à
travers l’analyse des œuvres de Nietzsche, Baudelaire, Wilde et Kierkegaard,
sur ce que l’auteur appelle « une esthétique de l’âme et du corps ». C’est là
une thèse allant à l'encontre du dualisme platonicien comme du rationalisme
cartésien pour se situer aux confins de l’hédonisme épicurien et de l’ascèse
stoïcienne. C’est ce que l’auteur nomme, en accord avec Oscar Wilde en son _De
profundis_ et Sartre en son _Baudelaire_ , la « spiritualisation du corps » et
la « matérialisation de l’âme ».
Ce que cet ouvrage examine donc, ce sont, en une étude originale et inédite,
les bases philosophiques tout autant que le contexte historique dans lesquels
le dandysme est né. Les deux penseurs majeurs sur lesquels l’auteur se fonde
sont Sören Kierkegaard et Friedrich Nietzsche.
Ainsi la deuxième partie de cet essai est-elle consacrée à Kierkegaard et à sa
« théorie des trois stades » : comment il passe, dans _Le Journal du
Séducteur_ notamment (où son héros apparaît comme l’archétype du dandy
moderne), de l’esthétique au religieux.
La troisième partie de cette étude gravite autour de l’œuvre de Nietzsche et,
en particulier, de sa théorie du « philosophe-artiste ». Car c’est en une
dynamique exactement inverse à celle de Kierkegaard que sa réflexion s’insère
dès lors qu’elle part du religieux pour aboutir, après la mort de Dieu et sa
critique des valeurs morales, à l’esthétique.
D’où l’importance de Baudelaire et de Wilde, chantres du dandysme : attitude
existentielle perçue, ici, comme étant l’application, sur le plan poético-
littéraire, de concepts philosophico-esthétiques. Car c’est à la croisée de la
démarche kierkegaardienne et du projet nietzschéen que le dandysme se situe,
ainsi que l’indique la première partie (suite athéologique) de ce livre et que
le confirme sa quatrième partie (métaphysique du dandysme).
S'identifier pour envoyer des commentaires.