Marchés criminels. Un acteur global, Préface de Jacques Barrot. Postface de Jean-Pierre Vidon
EAN13
9782130740223
Éditeur
Presses universitaires de France
Date de publication
Collection
Questions judiciaires
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Marchés criminels. Un acteur global

Préface de Jacques Barrot. Postface de Jean-Pierre Vidon

Presses universitaires de France

Questions judiciaires

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782130740223
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    19.99

Autre version disponible

Des saisies européennes de contrefaçons et d'articles piratés en croissance de
1000 % de 1998 à 2004, 300 000 personnes tuées chaque année par des armes
légères illicites, de 13 000 à 30 000 migrants clandestins morts en mer en
tentant de rejoindre les côtes européennes de 1998 à 2008, une prise record de
684 kg de cocaïne réalisée en France en 2009, le maire de Nagasaki assassiné
par un clan _Yakusa_ , le Vice-président du Conseil régional de Calabre abattu
par la _Ndrangheta_ , des services mexicains liquidés pour cause de
corruption, une contrebande de cigarettes aux proportions industrielles, un
trafic d'espèces protégées aux implications globales, la direction anti-mafia
italienne estimant que « l'intérêt suprême de l'État est en jeu » dans le Sud
du pays en raison de l'importance des infiltrations mafieuses dans
l'administration, une explosion de la consommation européenne de cocaïne, un
processus de suivi en matière de corruption et de crime organisé instauré
envers la Bulgarie et la Roumanie, le Président mexicain déclarant le crime
organisé « hors de contrôle »... Pris isolément, ces témoignages relèvent des
faits divers aussi vite annoncés qu'oubliés. Ensemble, ils brossent un
portrait pointilliste du degré de magnitude atteint par l'économie criminelle.
En filigrane, une vérité se dessine : en certains territoires, il n'est guère
que le crime pour être organisé.
La globalisation du crime est et sera probablement un sujet transversal majeur
du XXIe siècle, au même titre que la guerre froide au XXe siècle et la
colonisation au XIXe. Faisant souvent l'objet d'études spécifiques et
cloisonnées, ces grands trafics et l'économie criminelle qu'ils représentent
sont rarement envisagés dans leur ensemble. Pourtant, simplement guidé par un
arbitrage en opportunité entre rentabilité d'un trafic et son risque pénal, le
crime organisé, d'essence polycriminelle, ne se limite pas à une mono-activité
mais embrasse le vaste spectre de l'illicite.
Fort de ce constat, cet ouvrage propose une mise en perspective globale,
couvrant les angles morts constitués par les liens entre différents marchés
criminels. En retraçant les contours de ces flux, il expose les rapports
symbiotiques entre globalisation du crime, géopolitique de l'illicite et
développement économique. Au fil des pages se révèle ce que l’auteur désigne
comme « le soleil noir de la mondialisation ». Au-delà de l'écume des faits,
force est de reconnaître et d’explorer cette nouvelle sphère de représentation
des relations internationales.
**
Un ouvrage pénétrant pour comprendre la géopolitique de l’illicite et son
influence globale sur la société mondiale.**

****
S'identifier pour envoyer des commentaires.