Les paradoxes du nationalisme turc, La construction de l'identité de 1869 au néo-ottomanisme de Recep Erdogan
1 autre image
EAN13
9782140186264
Éditeur
L'Harmattan
Date de publication
Collection
Histoire et perspectives méditerranéennes
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les paradoxes du nationalisme turc

La construction de l'identité de 1869 au néo-ottomanisme de Recep Erdogan

L'Harmattan

Histoire et perspectives méditerranéennes

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782140186264
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    32.99

Autre version disponible

Cent ans après la proclamation de la République turque et la naissance du
nationalisme d'État, la Turquie peine à définir son identité. La disparition
prématurée de Mustafa Kemal a mis un coup d'arrêt à la lente gestation de la
nouvelle société. Après l'arrivée du multipartisme au pouvoir dans les années
1950, la Turquie a fait le choix ensuite de la synthèse turco-islamique censée
faire consensus. Ces années 1960-70, dites « de plomb », ont été dominées par
deux forces nationalistes : l'État-profond, garant de l'héritage de Mustafa
Kemal et l'ultranationalisme des Loups gris. Dans les années 1990, on assiste
à l'émergence du concept de _Türkyeli_ (de Turquie) qui tend à faire du
citoyen non plus un Turc mais un habitant de Turquie. Apparaît également la
tendance néo-ottomaniste qui vise à permettre à la Turquie de renouer avec son
passé ottoman
S'identifier pour envoyer des commentaires.