Rêves d'Orient - Mon musée idéal
EAN13
9782809914412
ISBN
978-2-8099-1441-2
Éditeur
Place des Victoires
Date de publication
Collection
LIVRES D ART
Nombre de pages
204
Dimensions
30 x 29 x 2 cm
Poids
1943 g
Fiches UNIMARC
UTF-8 / MARC-8

Rêves d'Orient - Mon musée idéal

Place des Victoires

Livres D Art

Offres

Bien que la passion des artistes européens pour l’Orient n’ait jamais cessé, c’est le XIXe siècle qui sera la grande époque de l’Orientalisme artistique. Ce n’est pas à proprement parler un mouvement, mais plutôt un thème récurrent dans l’art, celui du monde arabe et ottoman idéalisé par l’imagination des artistes occidentaux.
 
Le livre est conçu en deux temps forts : la relecture des grandes œuvres orientalistes (Klee, Delacroix, Ingres, Picasso) par Serge Moati, qui nous ouvre ensuite les portes de sa riche collection privée de manière totalement inédite.
L’Orientalisme, c’est le monde arabe et ottoman rêvé par les Occidentaux. La position de Serge Moati, d’ici et d’ailleurs, de Tunis et de Paris, est à mi-chemin entre Orient et Occident. Il porte donc un regard singulier et original sur des œuvres qui traitent de la vie, de la culture, des paysages de son enfance.
Le livre présente des œuvres classiques incontournables, mais aussi des œuvres plus contemporaines et moins connues.
Serge Moati s’illustre à la fois dans le journalisme, le cinéma et la politique. Originaire de Tunis, il vit depuis l’âge de onze ans à Paris, mais garde pour sa terre natale une passion irréductible.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Exposition en vitrine - Passage Auguste Pavie
Du au , Librairie Dialogues

Cette exposition regroupe une sélection d’œuvres orientalistes et orientalisantes, commentées par Serge Moati dans son livre Rêves d’Orient, mon Musée idéal, paru aux éditions Place des Victoires.
L’auteur, lui-même collectionneur de tableaux et d’objets liés à cette thématique, a élaboré un choix « de cœur » : les tableaux présentés dans son livre sont ceux qui l’ont touché, qui l’ont ému ; la plupart lui remémorent des souvenirs - la douceur, les odeurs, la sensualité - d’une enfance passée à Tunis. D’autres présentent des scènes violentes, qui font écho à l’actualité en Orient.
L’exposition entend refléter la diversité des choix de l’auteur, qui se délecte du caractère kitch de la peinture orientaliste : oscillant entre sensualité et violence ; entre scènes de bains, de harem, d’intimité de femmes voluptueuses et tableaux épiques de batailles, de chasse aux grands fauves ; un kitch propre à l’art académique du XIXème siècle, en pleine réhabilitation depuis l’entrée des peintres « Pompiers » au musée d’Orsay.