année balzacienne 2016, n° 17, Mal, maladie dans
EAN13
9782130733645
ISBN
978-2-13-073364-5
Éditeur
Presses universitaires de France
Date de publication
Collection
ANNEE BALZACIEN
Nombre de pages
472
Dimensions
21,5 x 13,5 x 2,3 cm
Poids
559 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

année balzacienne 2016, n° 17

Mal, maladie dans "La Comédie humaine"

Presses universitaires de France

Annee Balzacien

Offres

L'Année balzacienne 2016 forme un ensemble particulièrement unifié, organisé autour du sous-titre « Mal, maladie dans La Comédie humaine » qui en fournit le thème. Depuis la classique Nosographie de l'humanité balzacienne de Moïse Le Yaouanc, parue en 1959, qui fait toujours autorité, il paraissait intéressant de reprendre une enquête portant sur une problématique de la « santé » chère à Balzac et déjà à ses ascendants, source de curiosités majeures chez l'auteur de La Comédie humaine et partant d'une information aux dimensions multiples, et diversement présente dans sa création. Balzac est mort assez jeune, et les souffrances qu'il a lui-même connues méritaient analyse, de même que celles des personnages qu'il a mis en scène. La polysémie du mot « mal » s'avérait de plus en elle-même porteuse de sources d'inspiration diverses dans la production balzacienne. On trouvera donc ici rassemblées  dix-neuf contributions, qui s'attacheront successivement à examiner à nouveaux frais le rapport personnel de Balzac avec la maladie, la façon dont il peint en savant et en psychologue les maux du corps et de l'esprit, ceux notamment de l'artiste ou du savant dont le génie peut sembler ou peut-être devenir folie. La vie morbide n'intéresse pas au demeurant le seul observateur en Balzac, mais aussi le romancier, dont elle peut servir l'inspiration. D'autant plus que la pathologie individuelle entretient dans la vision balzacienne avec.la pathologie sociale, de plus en plus vivement mise en lumière et dénoncée dans son œuvre, de multiples rapports, dont la complexité méritait d'être elle aussi réexaminée. Impossible enfin d'ignorer sur un tel sujet l'importance des héritages de pensée, religieux ou plus largement interculturel.Conformément aux principes de la revue, qui ne souhaite pas être prisonnière du sujet principal qu'elle s'est donné, deux articles compléteront le volume, l'un présentant une lettre inédite de Balzac, l'autre commentant l'œuvre d'un point de vue stylistique. On y retrouvera enfin ses compléments habituels : des comptes rendus d'ouvrages récemment parus ; une revue bibliographique - pour 2014 -, complétée par une section sur « Balzac à l'étranger » ; des informations et nouvelles.

S'identifier pour envoyer des commentaires.