Chapitres
1 autre image
EAN13
9782251446479
ISBN
978-2-251-44647-9
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Collection
Les Belles Lettres / essais
Nombre de pages
400
Dimensions
23 x 16 x 3,5 cm
Poids
720 g
Langue
français
Code dewey
770
Fiches UNIMARC
S'identifier

Chapitres

Les Belles Lettres

Les Belles Lettres / essais

Offres

Autre version disponible

Jean-François Marquet est l'auteur d'une œuvre inclassable, aussi érudite qu'élégante, aussi puissante qu'inexplicablement claire, dont le propos aristocratique et rare fait résonner, à l'époque même des spécialistes exorables et patauds, le timbre d'une voix d'exception. Chapitres est le dernier livre et le testament d'un pèlerinage pensant commencé il y a près de soixante ans. En l'origine latine de son étymologie le « chapitre », qui se dit capitulum, désigne la tête, et plus précisément l'homme de tête ou l'individualité, autrement dit la singularité, thème majeur de la pensée de Marquet, mais le capitulum, et cette signification est ici indissociable de la précédente, dit également le chapiteau dans la langue des architectes, et le capitulum désigne la tête ornée sur quoi repose la partie supérieure de l'édifice. Dans les trente-deux chapitres que réunit le somptueux jeu d'écho dont est constituée l'architecture de ce livre, Jean-François Marquet récapitule ainsi en un ultime ouvrage les singularités capitulaires dont les figures accompagnèrent sa méditation ininterrompue: de Pascal à Schelling, de Schopenhauer à Heidegger, de Dante à Bergson, de la thématique trinitaire à celle de la fin de la philosophie, ces récapitulations soutiennent au-dessus d'elles-mêmes le dôme d'une Histoire posée sur le pensif chapiteau des siècles.

Le caractère imperturbable et souverain du regard et de la pensée de Jean-François Marquet, la limpidité de son langage cependant au constant contact de l'exigence verbale des réalités les plus fondamentales, font de chacune de ses pages un chemin vers l'essentiel dans la grâce des phrases les plus pures et des références les plus heureuses – où l'on voit la complexité d'une phrase de Hegel soudainement éclairée par un alexandrin de Verlaine. L'œuvre de Jean-François Marquet cultive la singularité: décalage et paradoxe, elle se détache par nature de l'institution au milieu de laquelle elle est née ainsi que de tous ces codes dont ne cesse de se jouer la sereine marginalité d'un auteur inclassable. Refusant la stérilité des morcelantes cloisons entre la littérature, la théosophie, l'art et la philosophie, il a créé une lumière dont la teneur permet un éclairage ouvrant l'histoire en chacune, singulière, de ses hautes figures. C'est en effet la rougeoyante lumière du couchant, cette lueur testamentaire que comporte encore le jour, qui éclaire le plus vivement un paysage: et c'est ainsi la lumière du crépuscule qui éclaire chacun de ces Chapitres dont ici se tisse un destin qui fut le nôtre.

Maxence Caron

S'identifier pour envoyer des commentaires.