Leonora Carrington, La mariée du vent
EAN13
9782070121649
ISBN
978-2-07-012164-9
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Livres d'Art
Nombre de pages
116
Dimensions
2 x 2 x 1 cm
Poids
645 g
Langue
français
Langue d'origine
castillan, espagnol
Code dewey
750
Fiches UNIMARC
S'identifier
Indisponible

Bon vent, mal vent, je vous présente la Mariée du Vent. Qui est la Mariée du Vent ? Sait-elle lire ? Sait-elle écrire le français sans fautes ? De quel bois se chauffe-t-elle ? Elle se chauffe de sa vie intense, de son mystère, de sa poésie. Elle n'a rien lu, mais elle a tout bu. Elle ne sait pas lire. Pourtant, le rossignol l'a vue, assise sur la pierre du printemps, en train de lire. Et bien qu'elle lût en silence, les animaux et les chevaux l'écoutaient avec admiration. C'est qu'elle lisait La Maison de la peur , cette histoire écrite dans un langage beau, vrai et pur. Préface de Max Ernst à La Maison de la peur de Leonora Carrington, 1938. Leonora Carrington, née en 1917, peintre et écrivain anglaise devenue mexicaine, a été célébrée par le grand écrivain Octavio Paz, qui voyait en elle «une somnambule échappée d'un poème de Yeats», et André Breton qui l'a parée des deux dons que Michelet attribuait à la sorcière : celui de «l'Illuminisme de la folie lucide» et «la sublime puissance de la conception solitaire».
Cet ouvrage accompagne l'exposition «Leonora Carrington, la mariée du vent» à la Maison de l'Amérique latine (30 mai - 18 juillet 2008), qui réunit pour la première fois en France depuis les années 60 un ensemble d'œuvres provenant de collections privées françaises et mexicaines.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur André Breton
Plus d'informations sur Octavio Paz
Plus d'informations sur Annie Le Brun
Plus d'informations sur Homero Aridjis
Plus d'informations sur Max Ernst