Les vrais ennemis de l'Occident, Du rejet de la Russie à l'islamisation des sociétés ouvertes
Éditeur
L'artilleur
Date de publication
Nombre de pages
560
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les vrais ennemis de l'Occident

Du rejet de la Russie à l'islamisation des sociétés ouvertes

L'artilleur

Offres

  • AideEAN13 : 9782810007288
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

    9.99

Autre version disponible

Alexandre del Valle fut précurseur en évoquant dès 1997 le totalitarisme
islamiste et en annonçant la dérive de la Turquie néo-ottomane. Trente ans
après la dissolution de l’ex-URSS, il montre que les pays de l’OTAN n’ont pas
toujours changé leurs « logiciels » hérités de la Guerre froide, désignant la
Russie comme l’Ennemi suprême. A cette erreur sur l’Ennemi correspond une
erreur sur l’Ami, l’Occident demeurant allié aux « pôles de l’islamisme
sunnite » (Arabie saoudite, Qatar, Koweit, Pakistan, Turquie, OCI, Frères
musulmans) qui oeuvrent, dans le cadre d’un projet d’expansion planétaire, à
saper de l’intérieur les valeurs des sociétés ouvertes sous couvert de défense
de la religion.
Del Valle dresse un bilan des « révolutions de couleurs » appuyées par nombre
d’ONG américaines en Europe de l’Est et les relie à l’interventionnisme
occidental en Irak ou en Libye puis au printemps arabe, devenu « hiver
islamiste ». Il dévoile de façon détaillée les stratégies et buts de guerre
des islamistes, qu'il s'agisse des pôles « institutionnels » et étatiques,
véritables ennemis, ou des djihadistes, simple face immergée de l'iceberg.
Après avoir exposé leur double matrice théocratique et totalitaire, l’auteur
démontre que pour résister à cette offensive bien plus planifiée et massive
qu’on l’imagine, l’Occident doit de toute urgence définir la Menace et
l’Ennemi dans leur globalité puis revoir totalement ses alliances et visions
stratégiques.
L’enjeu n’est autre que de préserver les valeurs des sociétés ouvertes sans
renier leurs racines civilisationnelles. La priorité est de les défendre chez
nous avant de donner des leçons de droits de l’homme ou de démocratie au reste
du monde.

S'identifier pour envoyer des commentaires.