Maux de médecins à travers les fabula simplex
Éditeur
Anfortas
Date de publication
Nombre de pages
166
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Maux de médecins à travers les fabula simplex

Anfortas

Offres

  • AideEAN13 : 9782375220146
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      17 pages

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

    9.99

  • AideEAN13 : 9782375220153
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      17 pages

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

    9.99

Autre version disponible

Extrait

Prologue
Le parcours de chacun d'entre nous est sans doute déjà écrit par ce que certains assimileront à la puissance divine et d'autres à la destinée. Par contre, il est certain que rien ne peut se construire sans la Foi : si vis potes disaient les Anciens, mais il est bien certain que rien ne serait possible sans le travail et la volonté farouches de réussir, le niveau d'ambition qui anime chacun de nous et le jeu des relations qu'on entretient avec ses semblables.
Cette construction de soi s'affiche au sein de la Société et de ses semblables et elle permet de se configurer comme individuel au sein d'un groupe dont on espère toujours une certaine cohérence. Force est de constater que le monde a considérablement évolué ces dernières années, et que les bases de notre Société, son essence même, sur des notions qu'on pensait immuables, sont sans cesse débattues et remises en question. Nous traversons sans doute une phase de rupture historique, dans laquelle bonheur individuel et bien-être social sont devenus des paramètres dissociés. La crise identitaire est indéniable dans cette Société mutante et a évidemment un impact sur la construction de soi.
Nul besoin de débat philosophique ici, il suffit d'observer les difficultés sociales que nous traversons dans tous les domaines, y compris même au sein de la Famille dont la définition même a changé. Pourtant la réflexion philosophique est, depuis la condamnation de Socrate, l'objet de réactions des plus contradictoires et des plus extrêmes ! Déjà Pascal citait la misère et la grandeur des philosophes tentés, par l'exercice d'une raison critique, de récuser, sinon la Foi en elle-même, du moins le dogmatisme religieux qui l'accompagne... De même, Kant n'a-t-il pas souhaité démontrer que la métaphysique, science de la réalité et base solide de la réflexion philosophique, n'était qu'une illusion ?
L'existence de chaque être ne peut se concevoir que comme l'élément d'un ensemble et il est alors indispensable de poser la question de sa valeur, non pas comme connaissance positive, mais comme démarche critique indispensable au bien vivre.
C'est toujours d'autrui qu'on reçoit la confirmation de son humanité, de sa dignité et de ses qualités. C'est pourquoi il est finalement impossible de réussir seul. Le concept du self-made-man est à ce titre un mythe absurde. Au moins quatre paramètres sont à prendre en considération dans la construction d'une carrière, quelle qu'elle soit.
Tout d'abord, la remise en cause permanente de ce que l'on fait et pourquoi on le fait : il faut sans cesse prouver sa légitimité. Ensuite vient la reconfiguration permanente de son avenir, par l'analyse verticale de ses connaissances, couplée à une analyse horizontale par comparaison aux autres. On doit également faire intervenir la péremption de l'expérience, car l'obsolescence guette chacun d'entre nous et la « mise à jour » des connaissances et des compétences est un passage quotidien obligé. Enfin, le quatrième phénomène est celui qui est lié à l'affectif, qui nous permet de trouver une place dans un exercice de conviction constant pour être toujours « au niveau » et « progresser ».

S'identifier pour envoyer des commentaires.