Nos vingt prochaines années, 2010-2030 : le futur décrypté
EAN13
9782809802023
ISBN
978-2-8098-0202-3
Éditeur
Archipel
Date de publication
Collection
POLITIQUE, IDEE
Nombre de pages
400
Dimensions
10 x 10 x 2 cm
Poids
410 g
Langue
français
Code dewey
303.49
Fiches UNIMARC
S'identifier

Nos vingt prochaines années

2010-2030 : le futur décrypté

De

Archipel

Politique, Idee

Indisponible

e9782809802023_cover.jpg

DU MÊME AUTEUR

Bureau d'études, récit de société, Les Impressions nouvelles, 2008.

Le Peuple des têtes coupées, enquête sur les mascarons, essai, Coprah, 2005.

En respectant le chemin des Dragons, roman, L'Harmattan, 2003.

De Conchita Watson, le Ciel était sans nouvelles, roman, L'Harmattan, 2000.

L'Île du Serpent-Coq, roman, L'Harmattan, 1999.e9782809802023_i0001.jpg

www.editionsarchipel.com

Si vous souhaitez recevoir notre catalogue
et être tenu au courant de nos publications,
envoyez vos nom et adresse, en citant ce
livre, aux Éditions de l'Archipel,
34, rue des Bourdonnais 75001 Paris.

Et, pour le Canada,
à Édipresse Inc., 945, avenue Beaumont,
Montréal, Québec, H3N 1W3.

978-2-809-80202-3

Copyright © L'Archipel, 2009.

À Isabelle, ma femme, compagne lumineuse
des vingt dernières et des vingt prochaines

À Delphine et Valentine,
mes filles chéries,
qui écrivent les nouvelles règles
du grand jeu

Sommaire

DU MÊME AUTEUR
Page de titre
Page de Copyright
Dédicace
AVANT-PROPOS - À la recherche du futur... vu d'ici
1 - Les tribulations du moi

AVANT-PROPOS

À la recherche du futur... vu d'ici

Ne croyez que ceux qui doutent.

Lu Xun

Curieux de ce qui se dit sur les deux prochaines décennies, j'y suis allé voir. J'ai interrogé et écouté citoyens et consommateurs, prospectivistes et futurologues. C'est mon métier : mener des études et des recherches en psychosociologie de la consommation. Avec une particularité : les méthodes qualitatives. Le qualitativiste explore les choses de la vie de tous les jours à la manière de l'aventurier qui remonte le fleuve en pirogue – il risque de recevoir des flèches empoisonnées dans le derrière ! Il est sur la ligne de front, il parle à chacun, les yeux dans les yeux. Il participe à la vie des « vraies gens ». Il rencontre le monde réel qui ne se cache ni derrière les chiffres ni derrière les théories. C'est donc là que j'ai mené cette enquête. L'exercice consistait à explorer les contes et les légendes que déjà l'on imagine, les ragots et les rumeurs qui vont se propager, les faits et les méfaits que l'on soupçonne, les promesses et les espoirs que le monde d'aujourd'hui raconte sur celui de demain. J'ai cherché à me mettre dans la position d'un observateur actif décidé à regarder et à s'impliquer puisque, avec les progrès de la médecine, on a des chances de vivre l'aventure. Comme chacun parlait de possibles et de probables, de désirs et de fantasmes, ce que j'observais était du virtuel, ce à quoi je participais était de l'éventuel. C'est ainsi que, bardé d'incertitudes, j'ai emprunté les chemins qui se sont présentés. J'en suis revenu tout imprégné de ce que j'ai rencontré.

Le lecteur doit donc être alerté. Cette enquête ressemble à notre perception du futur. Elle est aussi déroutante que nos vingt prochaines années vues de là où nous sommes. C'est une cybercaverne d'Ali Baba. S'y entassent, pêle-mêle, les perles semi-précieuses d'une haute technologie toujours plus téméraire, les coffres poussiéreux d'une nostalgie indécrottable, des règles du jeu sociétal qui s'agitent et d'autres immuables, et mille morceaux d'un passé-présent-futur qui gravitent autour. Un sentiment de déjà-vu, un autre d'improbable. Du bricolé, du rapiécé, tout de bric et de broc. Pas une seconde pour s'ennuyer.

À quoi est-ce dû ?

Est-ce parce cette enquête relève de la pensée buissonnière ? C'est-à-dire pas bien académique, fureteuse et furtive ? La pensée buissonnière relève de la « sérendipité », c'est-à-dire l'art de saisir au bond ce qu'on cherchait sans le savoir. C'est une technique nomade, un art de survie dans la forêt, une façon peut-être de chevaucher la flèche qu'on vous décoche. C'est une façon de faire feu de tout bois. Cette flèche, c'est de l'information. Brute. C'est ainsi que je glanais la matière première de cette enquête. Cette matière, ce sont des fragments, des bribes, des passages lancés. Quelquefois ce sont des leurres, et j'ai dû m'y laisser prendre. D'autres fois, ce sont de bonnes prises, mais comment savoir ? Ma recherche a fini par ressembler à ce que j'étudiais.

Est-ce parce qu'il n'y a aucune raison pour que le futur soit plus malin que le présent, c'est-à-dire aucune raison pour que les choses s'arrangent et que, dans les années qui viennent, nous soyons mieux organisés, plus cohérents, moins contradictoires, plus sages ? Ce futur excite, amuse, terrifie. Un futur vu d'ici, de l'Extrême-Occident, comme un dernier regard avant que les polarités basculent, avant que l'Occident ne devienne un territoire exotique. Et pourquoi pas ? Soyons beau joueur.e9782809802023_i0002.jpg

Ce futur, c'est déjà maintenant et c'est une interrogation : réalité et/ou fiction ? Une enquête sur le futur, dans le futur, est forcément fictive et pourtant chaque jour qui passe nous rapproche de son réel bien réel. Nous sommes entrés dans une ère où l'opposition entre la réalité et la fiction ne convainc plus personne. Les technologies dans le monde réel ainsi que les avancées dans le monde spirituel et mental ont créé une porosité entre le patent et l'invisible, entre l'avéré et l'imaginaire. La fiction nous en apprend plus sur le réel que le documentaire. C'est ainsi qu'il m'a semblé devoir témoigner de ce travail : une promenade en équilibre entre les deux.

On peut donc s'apprêter à lire ce livre comme on regarde un film.

On entre tout de suite dans le vif du sujet. Les gros plans sur les tribulations du moi font la part belle aux personnes – vous et moi. Qui est-on ? Où va-t-on ? avec qui ? dans quelles tribus ? comment ? dans quel courant du fleuve ? du côté de l'upstream– c'est-à-dire vers l'amont, à contre-courant, en défricheur ? du côté du mainstream– c'est-à-dire vers le confort protecteur de l'appartenance au plus grand nombre ? ou du côté du downstream, c'est-à-dire vers la pente naturelle d'une permissivité insouciante ou décalée ?

Des plans de coupe racontent ensuite notre art de vivre ses inflexions, ses sidérations, ses facéties. C'est le gras de l'enquête. Les choses simples de la vie le seront-elles encore ? Comment va-t-on « gérer le quotidien » ? Surprises et déceptions sont au rendez-vous. Ce qu'il faut prendre comme une excellente nouvelle : le neuf ne viendra sans doute pas de là où on l'attend.

Un travelling évoque ensuite la mobilitéà laquelle un chapitre entier est consacré, parce que la planète sera un immense terrain de jeux que l'on visitera, mobile ou immobile.

Une voix off chuchote dans un court interlude qu'il faut sans doute faire confiance aux artistes mais se méfier des chuchoteurs. Ce qui menace les vingt ans qui viennent, c'est probablement l'indécrottable et méchante bêtise, d'où quelques sujets d'inquiétude.

On cherche alors à définir l'horizon de nos utopies, ce qui permet de « situer l'action » : les apocalypses annoncées ne sont pas une certitude, les mythes sont une mine inépuisable de représentations pour l'imaginaire collectif, les cycles sociétaux sont une source d'espoir et les accumulations de toutes sortes le meilleur moyen de faire passer la pilule.

Puis ce sont des plans larges sur les lignes de haute tension. On s'attarde ici sur les sept registres, les sept angles de vue qui vont donner le ton aux deux décennies qui viennent : de l'émancipation au surhumain. On notera que la technologie est réduite à une portion congrue. Les priorités seront ailleurs.

Des bonus permettent toutefois d'introduire quelques paradigmeséclairants : la musique, les médias, les marques, les mythodromes, le luxe – la panoplie de l'homme moderne des vingt ans qui viennent ?

Enfin on s'intéresse à deux « passeurs », Pisani et Grunitzky, qui incarnent sans doute les réponses les plus enthousiasmantes et les plus virulentes aux théories du complot : une bienfaisante lumière, dans les nuages et les carrefours.

Il faut bien conclure. Après une illustration par le réel, on propose en annexe une série de mantras prospectifs. À déguster en silence car, si tous les témoignages recueillis dans cette enquête sont forcément sujets à caution, ils sont aussi « un lieu de construction des mémoires collectives des sociétés actuelles1 » et, tous, le point de départ ...

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Christian Gatard