Qui va prendre le pouvoir ?, Les Grands singes, les hommes politiques ou les robots
EAN13
9782738138729
ISBN
978-2-7381-3872-9
Éditeur
Odile Jacob
Date de publication
Collection
OJ.SC.HUMAINES
Nombre de pages
240
Dimensions
22 x 14 x 2 cm
Poids
400 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
UTF-8 / MARC-8

Qui va prendre le pouvoir ?

Les Grands singes, les hommes politiques ou les robots

De

Odile Jacob

Oj.Sc.Humaines

Offres

« C’est nous qui éliminons les grands singes et qui créons les robots.

Comment apprendre à vivre avec ces nouvelles intelligences artificielles pour assurer un futur meilleur à l’humanité ?

Ma réponse d’éthologue et de paléoanthropologue est qu’il nous faut d’abord comprendre les intelligences naturelles qui accompagnent notre évolution, à savoir celle des singes et des grands singes.
Sinon nous serons les esclaves des robots. » P. P.

Ce livre plein d’humour nous apprend beaucoup sur nous-mêmes, sur les hommes (et femmes) politiques, sur les grands singes… et les robots.

Ce livre est aussi un bestiaire à clés, où toute ressemblance avec des personnages existants risque de ne pas être pure coïncidence…

Pascal Picq est paléoanthropologue et maître de conférences au Collège de France. Ses recherches sur l’évolution de l’homme s’intéressent à ses origines comme aux profonds changements anthropologiques en cours. Il est à la fois très engagé dans la diffusion des connaissances en paléoanthropologie et dans les transformations de nos sociétés (Observatoire de l’ubérisation de la société, Institut de la souveraineté numérique, MENE...) sous le regard de l’anthropologie évolutionniste.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Pascal Picq

Dossiers relatifs

L’homme a fondé son humanité en opposition à la figure de l’animal. L’animal représente l’origine de l’homme dépassée par une civilisation (langage, vie sociale, morale). Sans être un objet, l’animal ne saurait être une personne : il englobe l’ensemble des vivants contre lesquels l’homme autorise la mise à mort. Sans effacer les frontières de l’humanité et de l’animalité, peut-on repenser leur fonctionnement et les partages qui en découlent ?
Ne manquez pas le café philo sur ce thème le mardi 30 mai, à 18h au café de la librairie !

Voir le dossier complet