Un service de click & collect du lundi au samedi, de 10h à 17h, est possible à la librairie Dialogues, entrée rue Louis Pasteur.

Le bon Dieu sans confession, Mélanges offerts à Yvon Tranvouez
EAN13
9791090129191
ISBN
979-10-90129-19-1
Éditeur
ARBRE BLEU
Date de publication
Collection
RELIGIONS & SOC
Dimensions
24 x 15 x 1 cm
Poids
600 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le bon Dieu sans confession

Mélanges offerts à Yvon Tranvouez

Dirigé par

Arbre Bleu

Religions & Soc

Offres

Yvon Tranvouez occupe une place à part dans l’histoire religieuse contemporaine. Cela tient autant de sa position – brestoise ! – que de sa patte – une écriture historique personnelle, précise, polie par le sens de la formule. Et des idées, toujours des idées…
Ses collègues et amis, en lui offrant ce Bon Dieu sans confession, s’en remettent volontiers à la photographie de couverture pour expliquer ce titre tranvouezien. Qu’y voit-on ?
Été 1967, à Keraudren. Le chanoine Élard, supérieur du petit séminaire, décide de capter et de fixer un entracte. Le cliché, exclusivement ecclésiastique, hésite entre le portrait de groupe et la scène de genre. On active la fin d’une session d’extérieur. On pose devant l’objectif. On sourit sans trop regarder. Entre soi, la scène est parfaitement modeste, bonhomme et bienveillante.
Soleil trompeur ? La sagesse finistérienne impose de remiser le mobilier extérieur en prévision du futur grain ou de l’humidité de la nuit. Mais les chaises qu’on range annoncent tout autant la prochaine fermeture du petit séminaire brestois qui, aux portes de « la Terre de prêtres », devait pourtant constituer une vitrine attirant le Léon.
Cette photographie appartient bien à l’univers Tranvouez, historien du « moment 68 », selon Étienne Fouilloux. Ce dernier le désigne comme le meilleur expert de la transition du catholicisme français et breton entre le temps long de la tradition qu’il n’oublie jamais et celui de la rupture qui le passionne.
Les vingt-trois contributions de ces Mélanges entendent rendre hommage à cette œuvre. Elles ont pour cadre le Finistère, la Bretagne ou le concile. Elles parlent aussi bien de cinéma ou de photographie que de littérature. Culture et religion coexistent sans mal avec le politique. Bref, la curiosité du lecteur ne sera pas épuisée, puisqu’il lui suffit de suivre celle – insatiable – d’Yvon Tranvouez.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Frédéric Le Moigne et André Rousseau dialoguent avec Yvon Tranvouez
Avec Frédéric Le Moigne , André Rousseau , Yvon Tranvouez
Le , Café de la librairie Dialogues

Quel rapport le chercheur entretient-il avec son objet, quand celui-ci est aussi susceptible d’implication que peut l’être la religion ? Et comment faire lorsque cet objet lui est contemporain, qu’il en a donc été un témoin et, même si c’est à la marge, un acteur ? Et quand bien même la bonne « distance » serait trouvée, la religion est-elle soluble dans les sciences sociales ? En d’autres termes, peut-on ou doit-on parler du bon Dieu sans confession ?