Correspondance avec Tristan Tzara et Francis Picabia, (1919-1924)
EAN13
9782070197279
ISBN
978-2-07-019727-9
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Blanche
Nombre de pages
256
Dimensions
20 x 20 x 2 cm
Poids
305 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Correspondance avec Tristan Tzara et Francis Picabia

(1919-1924)

De

Autres contributions de

Gallimard

Blanche

Offres

«Voici la correspondance échangée entre les trois principaux meneurs de Dada à Paris. Nous sommes au cœur de l’organisation de la révolution. Par chance, chacun ayant la manie de la conservation, nous avons eu accès à quasiment toutes leurs lettres. Ils utilisent peu
le téléphone, et ne se voient qu’au moment du coup d’éclat. Quelles sont leurs motivations ? Comment s’impliquent-ils ? Comment
voient-ils leur coup d’État ? Quelle stratégie envisagent-ils ? Paradoxalement, on ne lira pas le journal à plusieurs voix d’artistes
révolutionnaires, mais plutôt un échange étrangement sentimental, ponctué par des accusations, des séparations suivies, à plus ou moins
long terme, de rabibochages. Ces lettres sont rien moins que dadaïstes. Chacun use d’une langue très policée, selon les conventions de l’époque. Comment feront-ils donc pour tuer l’art ? Par le spectacle, par l’action publique. Aussi discrètement que possible, l’annotation brosse le panorama sur lequel se détachent ces échanges, évoquant les deux saisons Dada à Paris, le Procès Barrès, la préparation du Congrès de Paris, mise en échec par Tzara, la soirée de L’Œil cacodylate offerte par Picabia, sa revue insolente, 391 ; les vacances prises en commun au Tyrol, la rencontre ratée de Freud par Breton à Vienne, puis, plus tard, la mise en accusation de Dalí, les défis que la société leur lance. Car, au fond de tous ces débats, c’est toujours de création qu’il s’agit, d’un nouveau langage poétique et pictural. Faudra-t-il s’allier à un parti politique pour faire émerger l’homme nouveau ? La psychanalyse ou, plus précisément, l’automatisme verbal, offre-t-il une solution d’avenir ? À moins que ce ne soit le spiritisme, l’hypnose ? C’est le temps où se préparait le surréalisme, dont le nom n’est jamais prononcé, qui se profile à travers Les Champs magnétiques et tant de réflexions esthétiques. "Dada ne fut qu’une bombe, me disait Max Ernst, vous n’allez pas vous amuser à en recueillir les éclats !" Eh bien si, justement, car, aussi éphémère fût-il, il donna du grain à moudre à plusieurs générations, jusqu’à ce jour. Et la braise ne s’est toujours pas éteinte.» Henri Béhar.
Voici la correspondance échangée entre les trois principaux meneurs de Dada à Paris. Nous sommes au cœur de l’organisation de la révolution. Par chance, chacun ayant la manie de la conservation, nous avons eu accès à quasiment toutes leurs lettres...

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur André Breton
Plus d'informations sur Henri Béhar