Le juste milieu, roman
EAN13
9782710365167
ISBN
978-2-7103-6516-7
Éditeur
Quai Voltaire
Date de publication
Collection
Quai Voltaire
Nombre de pages
336
Dimensions
21 x 14 x 2 cm
Poids
357 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
850
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Aristote était un être de chair et de sang, et Alexandre le Grand, un adolescent plein de doutes et d'arrogance. Lorsqu'en 342 avant Jésus-Christ, le philosophe devient précepteur du futur roi de Macédoine, la relation qui s'établit est aussi singulière et enrichissante pour l'un que pour l'autre. Par ses démonstrations très concrètes sur une table de dissection, comme par ses réflexions éthiques et métaphysiques, Aristote transmet à son jeune élève la notion de «juste milieu», point d'équilibre entre deux extrêmes, si difficile à atteindre. De son côté, le fougeux Alexandre, qui désire déjà ardemment «ouvrir la gueule pour avaler le monde entier», offre des perspectives au maître peu aventureux que son père lui a choisi. Des cahutes enfumées aux chambres du palais, Annabel Lyon lève le voile sur deux hommes illustres dont l'admiration réciproque et l'intelligence ont transformé le monde. Au fil de dialogues incisifs et souvent très crus, elle explore avec finesse et jubilation des thèmes aussi universels que la transmission du savoir, les rapports filiaux, les conflits de génération, les jeux de pouvoir.
Aristote était un être de chair et de sang, et Alexandre le Grand, un adolescent plein de doutes et d'arrogance. Lorsqu'en 342 avant Jésus-Christ, le philosophe devient précepteur du futur roi de Macédoine, la relation qui s'établit est aussi singulière et enrichissante pour l'un que pour l'autre...

S'identifier pour envoyer des commentaires.

A propos de Le Juste Milieu d'Annabel Lyon

« D’une érudition exempte de toute cuistrerie, la Canadienne Annabel Lyon réussit à rendre contemporaines la vie et l’œuvre de personnages vieux de vingt-quatre siècles – la crudité de certains dialogues aide à l’entreprise.
Son premier roman est une merveille de finesse et d’intelligence : ce n’est certes pas tous les jours qu’on est invité, même comme lecteur, à se promener dans les rues de Pella au bras des deux plus grands génies de leur temps. Encore moins à voir naître un futur maître du monde : il n’y en eut pas tant que cela après Alexandre le Grand. »
Jean-Christophe Buisson, Le Figaro Magazine

« Cette fiction d'une romancière canadienne confirmée, lauréate de plusieurs prix, est haute en couleurs et en saveurs.(...) Voilà une antiquité qui sent l'oignon, l'étable et le feu de bois, le sang et l'urine. Loin du marbre
blanc, de la belle intériorité de Winckelmann, de la «patrie de tout homme libre» chère à Hegel. »
Roger-Pol Droit, Le Monde

« Le Juste Milieu prend le parti d'un récit avec des dialogues dans une langue parlée qui paraît anachronique mais donne chair à des personnages historiques. »
Frédérique Roussel, Libération

« Avec un bel aplomb, la Canadienne dépeint dans son premier roman le philosophe grec Aristote comme un être de chair et de sang. »
Aujourd'hui en France Dimanche, Le Parisien

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Annabel Lyon
Plus d'informations sur David Fauquemberg