La véritable Audrey Hepburn
Éditeur
Pygmalion
Date de publication
Collection
La véritable... (1)
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
791.43
Fiches UNIMARC
S'identifier

La véritable Audrey Hepburn

Pygmalion

La véritable...

Offres

  • Aide EAN13 : 9782756403212
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

Autre version disponible

Un regard de biche, une silhouette élancée et une élégance naturelle l'ont
tout de suite immortalisée. Dès son premier film, qu'elle tourne en vedette,
Audrey Hepburn recueille un oscar à Hollywood. Déterminée et généreuse, malgré
une apparente fragilité, elle entame une carrière fulgurante où elle côtoie
les plus grands acteurs : Gregory Peck, Humphrey Bogart, Henry Fonda, Fred
Astaire, Gary Cooper, Cary Grant, Sean Connery, Mel Ferrer, enfin, qu'elle
épouse, formant avec lui un couple rayonnant. A son insu, elle impose en même
temps une nouvelle mode vestimentaire dans le monde. Combien de femmes copient
son style, ses franges, ses foulards, ses tailleurs confectionnés par son ami,
Hubert de Givenchy ? À 39 ans, elle abandonne Hollywood pour se consacrer à
l'éducation de ses fils et à sa vie conjugale. On ne la voit plus que dans
quelques films européens et elle devient ambassadrice de l'Unicef, se dévouant
sans compter à la protection des enfants martyrs de la planète. Audrey
Hepburn, l'image d'un bonheur parfait ? Non, car son enfance fut douloureuse.
La disparition de son père, les privations endurées pendant la guerre aux
Pays-Bas, où elle manqua mourir de faim, une carrière de danseuse-étoile à
laquelle elle dut renoncer, deux mariages, enfin, qui se brisèrent, la
marquèrent à vie. Avant que vienne la miner pendant des années un cancer qui
ne put l'empêcher de s'épuiser à sa tâche humanitaire. C'est cette vie
exemplaire, dédiée au talent et à la beauté, bouleversante de délicatesse et
de générosité, que nous raconte Bertrand Meyer-Stabley, fidèlement.

S'identifier pour envoyer des commentaires.