DIRE LA VERITE AU NOM DES OPPRIMES
EAN13
9782748901245
ISBN
978-2-7489-0124-5
Éditeur
Agone éditeur
Date de publication
Collection
ELEMENTS
Nombre de pages
310
Dimensions
11 cm
Poids
176 g
Fiches UNIMARC
UTF-8 / MARC-8

Dire la verite au nom des opprimes

De

Agone éditeur

Elements

Offres


Ce livre est en stock chez un confrère du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander

Nouvelle édition revue et actualisée
Quelle est la mission politique de ceux qui font métier de savant ? « Dire la vérité au pouvoir au nom des opprimés » est la réponse qu’avance Gérard Noiriel dans un ouvrage qui interroge le rôle des intellectuels français (en particulier des historiens) depuis l’affaire Dreyfus. Si le livre s’appuie sur une longue enquête qui s’attache successivement aux figures de Charles Péguy, Paul Nizan, Jean-Paul Sartre, jusqu’à celles de François Furet, de Pierre Bourdieu et de Jacques Rancière, entre autres, il s’agit avant tout de proposer une manière d’évaluer aujourd’hui comment les intellectuels interviennent dans le débat public et y jouent leur partition.
Gérard Noiriel défend la démarche suivante : prendre position sans renoncer à la rigueur qui consiste à tenir compte des logiques d’intervention qui ne sont pas les siennes. Pour cela, il propose de comprendre le parcours des intellectuels français par l’analyse successive des figures de l’intellectuel révolutionnaire (qui refuse d’admettre la séparation du savant et du politique et qui cherche dans la philosophie et la littérature les moyens de relever le défi que constitue ce refus), de l’intellectuel de gouvernement (qui se réclame du nécessaire « gouvernement des esprits » pour éclairer l’opinion et guider l’action des hommes d’État) et de l’intellectuel « spécifique » (l’intellectuel citoyen qui apporte sa compétence particulière pour proposer une autre manière d’aborder les questions d’actualité que celle des médias ou du monde politique).


Historien, directeur d’études à l’EHESS, membre du Comité de vigilance sur les usages de l’histoire (CVUH), Gérard Noiriel a notamment travaillé sur l’articulation de l’immigration, de la nation et des sentiments xénophobes. Il intervient ici en « intellectuel dans la cité ». Une première version de ce livre est parue en 2005 sous le titre Les Fils maudits de la République. L’avenir des intellectuels en France.

S'identifier pour envoyer des commentaires.