Colonisation, globalisation et vitalité du français
Éditeur
Odile Jacob
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Colonisation, globalisation et vitalité du français

Odile Jacob

Offres

  • Aide EAN13 : 9782738172921
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      320 pages

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

    23.99

  • Aide EAN13 : 9782738172914
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    23.99

  • Aide EAN13 : 9782738172921
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    23.99

Autre version disponible

Qu’en est-il de la vitalité du français face aux pressions de la globalisation
? Des linguistes tentent de répondre à cette question. Salikoko S. Mufwene et
Cécile B. Vigouroux commencent par expliquer comment la colonisation est à
interpréter par rapport à la globalisation, dont le sens ne doit pas être
confondu avec celui de mondialisation. Ils situent la question de la vitalité
du français dans ce contexte, qui est à penser en fonction de chaque écologie
dans laquelle le français s’est inséré. Claude Hagège souligne que la
compétition entre l’anglais et le français a commencé dès l’engagement de
l’Angleterre et de la France dans l’expansion coloniale. Il attire aussi
l’attention sur le comportement linguistique des Français eux-mêmes qui, selon
lui, menacerait la vitalité de notre langue au sein même de l’Hexagone. Robert
Chaudenson indique quant à lui que la vitalité du français comme lingua franca
internationale repose sur l’Afrique. Cécile B. Vigouroux se focalise sur sa
présence en Afrique du Sud, dans la région du Cap, depuis le xviie siècle.
Sylvie Dubois se penche sur les évolutions en Louisiane, Julie Auger
s’intéresse au Québec à notre époque et Raymond Mougeon à l’Ontario, trois cas
bien différents. Douglas Kibbee propose enfin une synthèse sur l’évolution de
la langue française considérée comme une norme dans notre pays lui-même. À
travers des exemples variés dans l’espace et le temps, les auteurs de cet
ouvrage offrent un panorama des différents facteurs qui influencent le destin
de notre langue. Salikoko S. Mufwene est distinguished service professor of
linguistics and the college à l’Université de Chicago. Il a notamment publié
The Ecology of Language Evolution (2001), Créoles, écologie sociale, évolution
linguistique (2005) et Language Evolution : Contact, competition and change
(2008). Cécile B. Vigouroux est professeure au département de français de
l’Université Simon-Fraser, à Vancouver (Canada).

S'identifier pour envoyer des commentaires.