Musicologie et Occupation, Science, musique et politique dans la France des « années noires »
Éditeur
Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Date de publication
Collection
54
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Musicologie et Occupation

Science, musique et politique dans la France des « années noires »

Éditions de la Maison des sciences de l’homme

54

Offres

  • AideEAN13 : 9782735122806
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    24.99

Autre version disponible

« La nuit tout est possible », écrit Vladimir Jankélévitch dans son étude sur
Le Nocturne publiée dans la clandestinité en 1942... Pris au cœur de
l'Occupation, entre débrouille et engagement politique, entre les difficultés
matérielles du quotidien et le luxe des manifestations musicales de la
collaboration, les musicologues français vivent et survivent à la tourmente -
persécutés, marginalisés, surveillés pour les uns, impliqués pleinement dans
la propagande pétainiste ou collaborationniste pour d'autres. Mais dans ce
tableau de la musicologie des « années noires » domine la grisaille des
ambiguïtés, des hésitations, des contraintes et des jeux de pouvoir. La
musique est au centre des politiques culturelles française et allemande et les
musicologues y ont leur rôle à jouer. Du premier élan pétainiste du «
relèvement » de la nation aux règlements de compte de l'épuration en passant
par la Résistance ou les grands projets de la collaboration culturelle, les
musicologues comme Paul-Marie Masson, André Schaeffner, Jacques Chailley,
Claudie Marcel-Dubois ou Norbert Dufourcq mobilisent ainsi la musique pour des
causes politiques différentes. Au travers de nombreuses archives françaises et
allemandes et par une analyse méticuleuse des publications musicologiques,
Sara Iglesias questionne au fil d'exemples précis l'idée de l'autonomie des
sciences humaines et apporte de nouveaux éclairages à l'histoire culturelle de
la France occupée.

S'identifier pour envoyer des commentaires.