Rescapés du Bounty, Journal de bord
Éditeur
CLAAE
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Rescapés du Bounty

Journal de bord

Claae

Indisponible

**Comment survivre au milieu de l'océan Pacifique ?**

Août 1787, le gouvernement anglais nomme William Bligh commandant du navire
Bounty de 215 tonneaux, portant 4 canons de 6,4 pierriers et ayant 45 hommes à
bord. Parti pour l'océan Pacifique, il séjourne 6 mois à Tahiti afin de
récolter et ramener aux colonies anglaises des Caraïbes, l'arbre à pain et
autres fruits utiles. 24 jours après son départ de Tahiti, le 28 avril 1789,
une partie de l'équipage se révolte contre le capitaine Bligh. Ce complot muri
et tramé dans le plus grand secret amène l'embarquement de force, dans une
chaloupe de 7 mètres, de 18 hommes et du capitaine. Ils sont abandonnés au
milieu de l'océan Pacifique, sans carte ni boussole et avec à peine une
semaine de vivres. Les mutins repartent pour l'île enchanteresse de Tahiti...
William Bligh raconte le périple de 48 jours que durera la navigation jusqu'à
la terre de Timor. Tous auront survécu. Cet ouvrage a été publié en 1790 et
traduit aussitôt en français.

**Le récit d'une mutinerie et du périple du commandant Bligh et de ses hommes
pour rejoindre la terre !**

EXTRAIT

Les révoltés se pressèrent de faire passer dans la chaloupe, ceux dont ils
avaient intention de se débarrasser : lorsque la plupart y furent embarqués,
Christian fit donner un coup de rhum à chacun de ceux qu’il gardait pour son
équipage.
C’est alors que je fus pleinement convaincu qu’il n’y avait plus aucun espoir
de reprendre mon autorité ; personne ne fit mine de me soutenir et tous mes
efforts ne produisirent que des menaces d’une mort instantanée.
Ils appelèrent les officiers, les obligèrent à passer dans la chaloupe.
Pendant ce temps, j’étais gardé derrière le mât d’artimon et séparé de tous
les autres ; Christian toujours armé d’une baïonnette et me tenant par les
cordes qui tenaient mes deux mains garrottées. La garde dont j’étais entouré
avait toujours ses fusils prêts à tirer, mais comme je défiai ces malheureux
de faire feu, ils remirent leurs fusils en arrêt.

À PROPOS DE L'AUTEUR

**William Bligh** (1754-1817) est un administrateur colonial britannique et
un officier de la Royal Navy.

S'identifier pour envoyer des commentaires.