Babilus, Vivre et encore plus...
Éditeur
Société des écrivains
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Babilus

Vivre et encore plus...

Société des écrivains

Offres

  • Aide EAN13 : 9782342160314
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    6.49

Autre version disponible

« Pendant ce temps, la ville s'éveille. Indéchiffrable. Élastique. Éternelle.
Avec la stupidité des gens, ou leur intelligence, atténuées, presque effacées,
cachées. La ville comme couverture. Ici, on est sceptique. Ici, on ne croit
pas dans la réalité, on n'éprouve pas de sentiments forts, d'émotions fortes,
ni aucun désir fort. Pas de haine, pas d'ambition. Ici, c'est un excellent
endroit pour se cacher, particulièrement doux, entre l'indifférence des gens
et du fleuve. Un lieu idéal pour vivre et mourir seul, sans que cette solitude
ne soit dramatique ni ennuyeuse ; d'ailleurs, ici, on ne perçoit jamais le
danger... On y meurt sans s'en apercevoir. Ville fantôme, ville imaginaire,
somnambule, favorisant de grandes et calmes hallucinations. Une personne
pourrait y feindre d'être folle et y vivre une vie cachée, marginale, et
succomber sous le poids de fautes très anciennes, ancestrales. » La Rome
antique, l'Occident moderne. Deux époques, deux mondes. Une même décadence.
Babilus conte «?la solitude. La nostalgie des valeurs, aujourd'hui flétries
dans un monde avide et corrompu?». Avec l'élégance d'un opéra, Gianni Fasciani
convoque les voix d'antan et compose un chant funèbre empreint de nostalgie.
Peuplé de figures déchirées entre hier et aujourd'hui, hanté par des fantômes
et des regrets, son requiem dénonce la crise millénaire d'une société qui n'en
finit plus de sombrer, recroquevillée dans son agonie culturelle. Acide et
poétique, un voyage troublant au cœur des ruines.

S'identifier pour envoyer des commentaires.