Le cabinet médical de Diderot, La part de la médecine dans l'élaboration d'une philosophie matérialiste
Éditeur
Editions Matériologiques
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le cabinet médical de Diderot

La part de la médecine dans l'élaboration d'une philosophie matérialiste

Editions Matériologiques

Offres

  • AideEAN13 : 9782373611496
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

    16.99

Autre version disponible

Encyclopédiste, philosophe, romancier et auteur de théâtre, critique d'art, libertin ou encore révolutionnaire, Denis Diderot a été évoqué sous de multiples facettes. Mais existe-t-il un Diderot « médecin »??
Que Diderot ait écrit sur la médecine n'est un secret pour aucun lecteur attentif de son œuvre. Depuis la traduction du Dictionnaire universel de médecine de Robert James, dans les années 1746 à 1748, jusqu'à la parution du Rêve de D'Alembert, en 1769, la pensée du philosophe s'enrichit au contact de l'univers scientifique et médical de son temps, sur lequel il porte une attention soutenue, éveillant en lui une curiosité toujours insatisfaite.
Si Diderot n'a jamais songé à devenir médecin, son œuvre, à travers des figures imaginaires et réelles, à l'exemple du médecin Théophile de Bordeu, donne progressivement vie à un véritable « cabinet médical » au sein duquel Diderot confronte autant qu'il expérimente les effets des observations et des expériences médicales et physiologiques de son époque.
En empruntant à la médecine des concepts, en reprenant les conjectures issues des nombreuses observations et expériences rapportées dans les journaux de médecine, Diderot esquisse une anthropologie matérialiste?: les sources de la santé physique comme morale de l'Homme se logent au sein même de la matière, matière sensible, matière vivante. C'est ainsi que son « cabinet médical » participe à l'élaboration d'une philosophie matérialiste.

S'identifier pour envoyer des commentaires.