Être quelqu'un de bien
EAN13
9782130818700
ISBN
978-2-13-081870-0
Éditeur
Presses universitaires de France
Date de publication
Nombre de pages
256
Dimensions
19 x 13 x 1 cm
Poids
216 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Autre version disponible

On préfère de nos jours parler d’éthique plutôt que de morale. Les deux termes renvoient pourtant à une même réalité. Comment expliquer cette réticence ? Comment expliquer aussi que fleurisse l’expression « c’est une belle personne », qui ne veut rien dire, mais qui exprime ce refus de toute référence à la morale ? Serait-ce parce que la morale rappelle la "leçon de morale", entre punition et contrainte ? Pourquoi est-il si difficile d’être quelqu’un de bien ? Pourquoi nous sentons-nous obligés d’ajouter, lorsque nous disons de quelqu’un qu’il est gentil, que c’est là un compliment ? La gentillesse serait-elle un défaut et la méchanceté un signe d’intelligence, à tout le moins de lucidité ? Qu’est-ce que la méchanceté ?
Philosophie du bien et du mal, des gentils et des méchants, cet ouvrage fait appel, sans jargon mais avec le sérieux requis, aux thèses, souvent radicales, et aux critiques, parfois étonnantes, des philosophes pour interroger notre rapport au bien et au mal, et pour tenter de déterminer ce qui peut faire de nous quelqu’un de bien.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Être quelqu’un de bien, éd. Puf
Avec Laurence Devillairs
Le , Café de la librairie Dialogues

On préfère de nos jours parler d’éthique plutôt que de morale. Les deux termes renvoient pourtant à une même réalité. Comment expliquer cette réticence ? Comment expliquer aussi que fleurisse l’expression « c’est une belle personne », qui ne veut rien dire, mais qui exprime ce refus de toute référence à la morale ? Serait-ce parce que la morale rappelle la "leçon de morale", entre punition et contrainte ? Pourquoi est-il si difficile d’être quelqu’un de bien ? Pourquoi nous sentons-nous obligés d’ajouter, lorsque nous disons de quelqu’un qu’il est gentil, que c’est là un compliment ? La gentillesse serait-elle un défaut et la méchanceté un signe d’intelligence, à tout le moins de lucidité ? Qu’est-ce que la méchanceté ?
Philosophie du bien et du mal, des gentils et des méchants, cet ouvrage fait appel, sans jargon mais avec le sérieux requis, aux thèses, souvent radicales, et aux critiques, parfois étonnantes, des philosophes pour interroger notre rapport au bien et au mal, et pour tenter de déterminer ce qui peut faire de nous quelqu’un de bie

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Laurence Devillairs