Le Courage n°5 / Orphée retourne toi, Revue annuelle dirigée par Charles Dantzig
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
Le Courage
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Courage n°5 / Orphée retourne toi

Revue annuelle dirigée par Charles Dantzig

Grasset

Le Courage

Offres

  • AideEAN13 : 9782246821021
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

    33.99

Autre version disponible

Plus qu’une revue, _Le Courage_ est un essai à plusieurs auteurs, puisque tous
interviennent sur le même thème. Alternant chaque année un thème esthétique («
Littérature 2015  ») et un thème politique («  Les salauds  »), 2019 est un
millésime «  esthétique  ». Nous visons des temps d’injonction morale
perpétuelle faite à l’art. L’art devrait en particulier représenter le «  réel
». Quel «  réel  »  ? Qui décide de ce qu’il est  ? L’art devrait ne pas se
retourner vers son passé, sa forme, son idéal, notion «  élitistes  » et donc
odieuses. L’art devrait renier Orphée.
Contre ces injonctions terroristes, les auteurs du _Courage 5_ , qu’ils soient
français, grecs, marocains, écrivains, musiciens ou chorégraphes, se
retournent avec Orphée. C’est ainsi que le grand poète arabe Mohamed Bennis
nous offre un «  Orphée à Tanger  », que Charles Dantzig, revenant à la
fiction, nous offre deux étonnantes nouvelles sur un homme qui choisit de
mourir sur l’autoroute et sur un amoureux qui se soigne par le rire à Venise,
qu’Adrien Goetz, en historien d’art qu’il est aussi, nous rappelle les
métamorphoses du dieu des poètes, que Loïc Prigent, avec son esprit et son
humour, fait un flash-back orphéïque anglais, que Sandrine Treiner, directrice
de France Culture et essayiste, se rappelle qu’Orphée aujourd’hui peut être un
cinéaste ukrainien emprisonné. L’artiste Enzo Mianes, les chorégraphes Pierre
Rigal, Mithkal Alzghair nous donnent «  leur  » Orphée, de même que les
musiciens (l’ Orfeo n’a-t-il pas été le premier opéra  ?) Gluck, Offennbach et
Catastrophe… Comme tous les ans, trois jeunes écrivains débutants clôturent la
revue par leur première fiction.

S'identifier pour envoyer des commentaires.