Je voudrais exister, Roman
Éditeur
Pierre Téqui éditeur
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Je voudrais exister

Roman

Pierre Téqui éditeur

Offres

  • AideEAN13 : 9782740321843
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    13.99

  • AideEAN13 : 9782740321843
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    13.99

Autre version disponible

**L'illusion de l'équilibre sociétal cède peu à peu, mais des jeunes basculent
encore... Parmi eux, Brenden, un jeune homme qui devra puiser en lui le
courage de retrouver sa liberté.**

Comment Brenden en est-il venu à basculer dans le terrorisme ? Par quelles
folles circonstances Marie, la fille d'un haut fonctionnaire de la police
judiciaire, s'est-elle retrouvée au cœur de l'incroyable traque ? Jusqu'où
l'État est-il prêt à aller pour maintenir l'illusion de l'équilibre d'une
société vérolée par l'absence de repères ?

Plus qu'un simple thriller, il s'agit de la quête d'un jeune homme qui voit
l'absurdité de sa propre vie lui éclater au visage. Des rencontres
bouleversantes, des rebondissements inattendus et la tension permanente d'une
vie de fugitif vont lui permettre de trouver le courage de la liberté.

Ce roman philosophique dévoile toute l'intériorité d'un homme qui voudrait
exister.

**De rencontres en rebondissements, ce thriller philosophique à la tension
palpable suit la quête d'un jeune homme confronté à l'absurdité de sa propre
vie, dans une société sans repères.**

EXTRAIT

Il se retourna alors, presque par réflexe. De ses yeux devenus lave
jaillissaient rancune et agressivité. Brenden cherchait sa victime. Sa fureur
se jeta dans la direction du fauteur de trouble, mais, scrutant les sièges
devant lui, il ne trouva pas le guerrier qui l’avait défié. Il avait
simplement face à lui un enfant qui l’observait de son regard doux et
tranquille. N’importe quel être humain aurait été pétrifié de terreur devant
la hargne qui se dégageait de chacun des pores de la peau de ce puissant jeune
homme et se serait éloigné avec hâte. Au contraire, l’enfant regardait Brenden
en souriant. Totalement déboussolé par cet événement auquel il ne s’attendait
pas et sans qu’il puisse la retenir, sa rage glissa. Il se trouvait là,
sidéré, sans pouvoir bouger aucun de ses membres. Il était avec cet enfant
comme dans l’œil d’un cyclone, au calme, ne reconnaissant plus rien de ce qui
tournait autour.
L’enfant renouvela son sourire. Ce n’était pas de la moquerie. Bien au
contraire, cela semblait être une volonté de compassion qui venait au secours
de Brenden dont l’état de sidération manifestement se prolongeait. C’était un
garçon d’une douzaine d’années aux cheveux châtains et aux yeux bleus. Son
visage et son regard étaient purs et, malgré son jeune âge, il dégageait une
sérénité et une maturité déroutantes.
– Je m’appelle Artus.
Brenden n’avait pas répondu, mais cette parole avait commencé à le faire
sortir de sa léthargie. Il chercha aussitôt à dissimuler les sentiments qui
l’habitaient, mais sans y parvenir vraiment.
– Je prends le train seul pour la première fois, reprit l’enfant. Et vous ?
S’il continuait à être stupéfié par cette rencontre, il s’était globalement
ressaisi et tenta de se sortir de cette situation qui ne faisait que
l’éloigner de la mission divine qu’il avait reçue.

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

Suspense, psychologie et porte d'entrée vers la philosophie, sont quelques-uns
des points fort de cette histoire qui se lit d'une traite. Cet excellent
roman, le premier de Gabriel de Beauchesne, peut être proposé aux lycéens
avant l'entrée en Terminale. - **1.2.3 Loisirs**

À PROPOS DE L'AUTEUR

Père de famille et saint-cyrien, **Gabriel de Beauchesne** , qui est investi
dans de nombreux mouvements de jeunes, signe ici son premier roman.

S'identifier pour envoyer des commentaires.